Tony mccoy annonce sa retraite : une légende vivante des courses va tirer sa révérence

Autres informations / 08.02.2015

Tony mccoy annonce sa retraite : une légende vivante des courses va tirer sa révérence

Stupeur et tremblements, ce samedi, à Newbury. Alors qu’il vient de remporter le Game Spirit Chase (Gr2) en selle sur Mr Mole (Great Pretender), signant ainsi sa 200e victoire de la saison, Tony McCoy annonce au micro de Channel 4 qu’il compte prendre sa retraite à la fin de la saison. « Je pense que le moment est bon. Je veux partir pendant que j’aime encore les courses et en étant encore au top », explique le jockey âgé de quarante ans, des sanglots dans la voix. La stupéfaction est à la hauteur de la surprise causée par cette annonce. Les courses d’obsttacle anglaises sans "The Champ", cela n’a plus la même saveur. Le jockey est une légende vivante, comptant dix-neuf titres de Champion Jockey (l’équivalent de la Cravache d’Or). Un seul homme peut être comparé à Anthony Peter McCoy dans le monde : il s’agit de Christophe Pieux, le jockey fran- çais, quinze fois Cravache d’Or. « Je sais qu’il est temps de mettre un terme à une carrière que j’ai toujours aimée. » Le Racing Post a publié une déclaration que leur a envoyée Tony McCoy pour annoncer sa retraite prochaine. « Il s’agit sans aucun doute de la décision la plus difficile que j’ai eu à prendre. J’ai toujours craint ce jour et, si je dois être honnête, je ne peux toujours pas imaginer une vie sans les courses. Cependant, je sais qu’il est temps de mettre un terme à une carrière que j’ai toujours aimée, et ce, tous les jours. Même lorsque je suis tombé et me suis blessé, je n’avais qu’une envie : me remettre en selle et atteindre mes buts, réaliser le rêve que j’avais eu en étant un petit garçon. Mais je suis maintenant prêt à arrêter. Je veux finir ma carrière en étant Champion Jockey, et je souhaite la terminer sur une victoire. Je ne sais pas précisément quand cela sera, mais vingt titres de champion, cela sonne comme un nombre décimal parfait. Mais je n’ai pas encore tout à fait fini. Je vais me concentrer sur le Festival de Cheltenham et, une fois cela passé, j’aviserai. Il y a beaucoup de personnes qui m’ont aidé au cours de ma carrière et je les remercie. Ma dette envers elles est immense, elles m’ont aidé à réaliser mes rêves. » L’homme de fer des courses anglaises Anthony Peter "A. P." McCoy, né le 4 mai 1974 à Moneyglass, débute en course en septembre 1990, et s’impose le 26 mars 1992 à Thurles, en selle sur Legal Steps (Law Society). Deux ans plus tard, il effectue ses premiers parcours sur les obstacles anglais et gagne sa première course le 7 septembre 1994. Il remporte son premier Gr1 en 1996, avec Viking Flagship dans le Melling Chase. Il a aussi porté les couleurs de S. M. la Reine d’Angleterre, décrochant un premier succès avec la casaque royale en 2008. Tony McCoy, c’est une histoire jalonnée de records, plus étourdissants les uns que les autres.Malgré les blessures, les différentes fractures et autres poumons perforés, Tony McCoy a réalisé l’exploit d’être sacré Champion Jockey (l’équivalent de la Cravache d’Or) sans discontinuer depuis la saison 1995/1996, soit dix-neuf fois consécutives ! Il a aussi été sacré "Jockey de l’année" sans discontinuer depuis 1997. Le premier jockey de J. P. McManus compte aussi un record de 289 victoires en une seule saison (2001-2002). Cet exploit est à la hauteur du record de Christophe Pieux, auteur de 119 succès en 2001… Rappelons qu’il y a beaucoup plus d’épreuves en obstacle en Grande-Bretagne qu’en France. Tony McCoy est officiellement entré dans le Guinness des Records avec ses victoires et ses titres de Champion Jockey. Iron Man, l’homme de fer, comme certains l’appellent, est un super-héros des courses anglaises. On pourrait aussi le surnommer Man of Steel, l’homme d’acier, un des surnoms de Superman. La carrière de Tony McCoy est exceptionnelle de longévité et de constance au plus haut niveau. Plus qu’un jockey, Tony McCoy est aussi une véritable idole nationale. D’ailleurs, son nom a été le mot clé le plus recherché sur Twitter, ce samedi au Royaume-Uni, à la suite de son annonce. Il a été le premier jockey à être élu sportif de l’année par la BBC, en 2010. Sa victoire dans le Grand National de Liverpool a certainement été pour beaucoup dans cette récompense. Tony McCoy fut élu avec 42 % des votes, soit 293 152 voix. Un chiffre impressionnant. En décembre 2013, il a été élu sportif de l’année par la chaîne irlandaise RTE. Sa popularité s’étend au-delà des frontières du Royaume-Uni. Quinze ans pour remporter le Grand National de Liverpool Tony McCoy a remporté les plus belles épreuves du calendrier d’obstacle anglais. Il compte ainsi à son palmarès deux Cheltenham Gold Cup (Gr1), avec Mr Mulligan (Torus), en 1997, et avec le regretté Synchronised (Sadler’s Wells) en 2012. Il a enlevé le Queen Mother Champion Chase en 2000, avec Édredon Bleu (Grand Trésor), deux fois le Ryanair Chase ainsi que le RSA Chase avec Albertas Run (Accordion), ou encore le King George VI Chase avec l’idole nationale Best Mate (Un Desperado)… La liste de ses victoires au plus haut niveau est très longue.

gLa consécration de sa carrière a eu lieu en 2010, près de vingt ans après ses débuts en compétition. Après quinze tentatives, Tony McCoy a enfin remporté l’une des plus prestigieuses courses anglaises, et certainement la plus difficile de toutes : le mythique Grand National de Liverpool (Gr3), avec don’t push it (Old Vic), pour John Patrick McManus. Tony McCoy a aussi été récompensé par deux "Jump ride of the year" (monte de l’année en obstacle) : en 2009 pour sa victoire dans le William Hill Trophy, en selle sur Wichita Lineman (King’s Theatre), où il a porté son cheval vers la victoire, sous les clameurs d’un public de Cheltenham plus déchaîné que jamais. Il a aussi décroché ce titre en 2012, pour son succès dans le Gold Cup avec Synchronised, où il a toujours cru en son partenaire alors que celui-ci semblait battu dès le début de la course. RÉAcTIONS Les réactions n’ont pas tardé à tomber à la suite de cette annonce. En voici quelques-unes. Martin Pipe : « Quel choc ! Je lui ai juste dit qu’il était temps ! C’est une légende absolue pour les courses, il ne sera jamais surpassé par personne. C’est le meilleur que nous ayons jamais vu. » Paul Nicholls : « Il a été un grand ambassadeur pour notre sport et personne ne peut exprimer ce qu’il est. Il va manquer à tout le monde, car c’est une légende, mais il ne peut pas continuer toujours. Il monte encore comme il en avait l’habitude et c’est certainement le moment de partir. » Philip Hobbs : « Peu de jockeys montent pendant vingt saisons, et encore moins se voient sacrer champion pendant vingt saisons. En plus de cela, il est un grand ambassadeur pour les courses. » Ruby Walsh : « C’était exceptionnel de pouvoir monter contre lui. Il était tellement fort qu’il vous obligeait à vous dépasser. » John Fergurson : « Il n’est pas seulement le plus grand des jockeys, il est aussi la meilleure des personnes. Peu importe ce qu’il fera dans le futur, ce sera une réussite. C’est un des champions parmi les plus humbles, et c’est un plaisir de travailler avec lui. » Jamie Osborne : « J’ai détesté monter avec toi. J’ai essayé de ne pas t’apprécier, mais je n’ai pas pu. Trop dévoué. Trop fort. Trop talentueux. Quelle carrière ! Quel homme ! Bravo ! » Gary Moore : « Il a amené les courses d’obstacles à un autre niveau. J’ai eu la chance de monter contre John Francome, qui était le meilleur, et après il y a Richard Dunwoody. Mais ce que McCoy a réalisé est incroyable. » Richard Johnson : « Il a dominé notre sport et c’est un choc, mais ce sera un choc encore plus grand à la fin du dernier jour de la saison à Sandown. Il a été incroyable et laissera des souvenirs pour longtemps. Je suis certain que nous allons le revoir, il ne va pas disparaître de la surface de la Terre. »