Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Après longchamp, les beaufs brille à auteuil

Autres informations / 30.03.2015

Après longchamp, les beaufs brille à auteuil

Lauréat du Prix Royal-Oak (Gr1) 2012 à Longchamp, Les Beaufs (Apsis) a brillé de l’autre côté du bois de Boulogne, à Auteuil. Il s’est imposé aisément dans le Prix Hubert de Navailles. Le pensionnaire de Valérie Seignoux s’est montré allant en début de course, alors que son jockey, Julien Guillochon, essayait de le faire patienter. Plutôt que de se battre avec lui, ce dernier a préféré le laisser aller après la deuxième haie du parcours. Les Beaufs s’est alors posé devant, à son rythme, et il a dirigé les débats. Même s’il est parti de loin sur la troisième haie de la ligne d’en face, il a conservé le meilleur. Dans la ligne droite, Lord Emery (Mamool) et Twist and Run (Hurricane Run) se sont lancés, vainement, à sa poursuite. De fait, Les Beaufs a filé au poteau, sans jamais être sollicité par Julien Guillochon, qui a eu le temps de saluer les tribunes pour sa première victoire à Auteuil. « En obstacle, nous préférons le faire attendre, mais aujourd’hui, il n’y avait pas de rythme, nous a dit Valérie Seignoux, ravie et soulagée du succès de Les Beaufs. C’est pour cela que je me suis dit que cela n’irait pas avec le rythme en début de course. Il était bien mieux devant. S’il y a plus de rythme, il pourra en revanche attendre. Maintenant qu’il est bien réglé à Auteuil, nous allons le laisser là. Nous réfléchirons à la suite de son programme. Il a été très facile à dresser, c’est vraiment un amour de cheval. »

Lauréat dans un canter, à Nantes, pour ses débuts en haies en 2014, Les Beaufs avait ensuite terminé deuxième à Auteuil, battu seulement par La Vaticane (Turgeon). Aujourd’hui, le lot était largement à sa portée, sans compter qu’il avait son terrain. Un coup de cœur à 3.500 euros Les Beaufs avait été présenté yearling à Osarus, au Liond’Angers, où il avait été racheté. Valérie Seignoux, à qui il plaisait beaucoup, l’a ensuite acheté à l’amiable pour 3.500 euros. Yeomanry (Saumarez), la mère de Les Beaufs, a gagné en plat et en obstacle. Il faut remonter à la troisième mère du poulain pour trouver du black type : Debbie’s Next (Arctic Tern) est en effet la mère de Caffe Latte (Seattle Dancer), gagnante du Ramona Handicap et deuxième des Yellow Ribbon Stakes (Grs1).?