Le représentant des jockeys espagnols reçu par un député du parti populaire

Autres informations / 26.03.2015

Le représentant des jockeys espagnols reçu par un député du parti populaire

Représentant  des  jockeys  espagnols,  Francisco  Jimenez  a été reçu mardi matin au Congrès des députés par un membre du Partido Popular (droite ibérique), le député Antonio Gallego. Pendant une heure, Francisco Jimenez lui a expliqué les ravages qu’était en train de faire la crise des courses en Espagne, et les milliers d’emplois menacés par celle-ci. Le  jockey  lui  a  aussi  remis  les  1.700  signatures  recueillies pour que les courses reprennent. À la sortie de ce rendezvous, Francisco Jimenez a expliqué : « Cette réunion a été très positive. Gallego s’est montré très intéressé et il va travailler sur le sujet. Dans trois ou quatre jours, il entrera en contact avec moi pour me dire comment évolue la situation de son côté. » En attendant, la fuite des entraîneurs espagnols continue. Après Enrique León, Tiago Martins et Guillermo Arizkorreta (qui installe seulement une antenne), partis s'installer à Pau, Manuel Alvarez, Andrés Carabajal et Teo Callejo, à Mont-de- Marsan,  ou  encore  Barbara  Valenti,  à  La  Teste-de-Buch, c’est au tour d’Eduardo Buzón de quitter la péninsule ibérique, mais pour Chantilly. Ce jeune professionnel a rapidement réussi en Espagne grâce à son bon sprinter Valiant blue. Ainsi, il a pu se constituer une écurie d’une trentaine de chevaux, récupérant notamment ceux du Grupo Bolaños, les propriétaires de Noozhoh canarias (Caradak). Mais il s’est résigné à quitter Madrid pour Chantilly avec une quinzaine de ses pensionnaires. Par le passé, il a travaillé pour Carlos Laffon-Parias et connaît donc bien le centre d’entraînement cantilien.