Le retour des guerriers

Autres informations / 01.03.2015

Le retour des guerriers

Le Prix Jean Doumen n’est pas qu’une simple course à conditions. En 2014, le champion Storm of Saintly (Saint des Saints) y effectuait sa rentrée avant d’enlever, quelques mois plus tard, le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). En 2015, deux des meilleurs chevaux de ces dernières années à Auteuil feront leur retour dans cette épreuve. Deux chevaux de Grand Steeple-Chase de Paris, deux guerriers victimes d’importantes blessures et que l’on ne pensait pas forcément revoir en piste un jour : Rhialco (Dom Alco) et Bel La Vie (Lavirco).

Bel La Vie n’a pas été revu depuis le mois de septembre 2013. Gagnant du Grand Steeple-Chase de Paris la même année, il effectuait sa rentrée dans une course à conditions sur les haies. Il a été arrêté par Bertrand Lestrade, et est revenu péniblement, en main, au rond de présentation. Bel La Vie a été victime d’une fracture du bassin et c’est une grande surprise que de le revoir en compétition. On regrettera malheureusement que Bertrand Lestrade, victime d’une chute vendredi à Fontainebleau ne puisse piloter son cheval de coeur ce dimanche. Il est difficile de savoir où en est Bel La Vie. Sur sa classe pure, il n’y a que Rhialco pour pouvoir l’inquiéter dans ce Prix Jean Doumen. La victoire s’annonce compliquée, mais c’est déjà un très grand plaisir de le revoir en piste.

Rhialco n’a pas été revu depuis sa troisième place dans le Grand Steeple-Chase de Paris. Le guerrier d’Emmanuel Clayeux a lui aussi connu son lot de problèmes de santé, se remettant d’une grave blessure subie en 2012 pour revenir au plus haut niveau. Il n’a pas été revu depuis sa très bonne troisième place dans le Grand Steeple-Chase de Paris 2014, où il s’est battu jusqu’au bout. Il aura besoin de cette course, mais, tout comme Bel La Vie, il est au-dessus du lot de ce Prix Jean Doumen.

Les autres ne sont, sur le papier, pas en mesure d’inquiéter Bel La Vie et Rhialco, mais ils tenteront de tirer leur épingle du jeu. Valtor (Nidor) aura pour lui d’aimer le terrain lourd tout comme l’anglo-arabe Foudre du Pécos (Network), troisième du Prix Sytaj (Gr3). Orange Run (Hurricane Run) aime lui aussi les pistes pénibles et s’était classé bon deuxième du Prix Metatero en novembre 2014. Quant au belge Chilbury Hills (Bahhare), il ne devrait en théorie inquiéter aucun des concurrents au départ.