Les changements autour de la "cravache d'or anglaise" déchaînent les passions

Autres informations / 17.03.2015

Les changements autour de la "cravache d'or anglaise" déchaînent les passions

INTERNATIONAL

LES CHANGEMENTS AUTOUR DE LA "CRAVACHE D'OR ANGLAISE" DÉCHAÎNENT LES PASSIONS

Le British Flat Racing Champion Jockey, l'équivalent de notre Cravache d'or, devrait subir de toutes nouvelles modifications en 2015, annoncées dimanche par voie de presse et officialisées ce lundi. Le principal changement est celui qui fait le plus débat : quand débute et se termine ce championnat.

En effet, ce n'est pas comme en France où il s'étend sur une année, du 1er janvier au 31 décembre. Un choix justifié par la présence de la saison d'obstacle durant l'hiver. Traditionnellement, le championnat se tenait de mars à novembre. Il devrait désormais débuter lors du weekend des "Guinées", en mai à Newmarket, et se terminer à Ascot lors du Qipco British Champions Day, à la mi-octobre.

Problème : de ce fait, ce nouveau calendrier ne devrait pas comprendre le Betway Lincoln meeting à Doncaster, ni même le Craven meeting à Newmarket, au tout début de la saison de plat. Le Racing Post Trophy et le Betfred November Handicap à Doncaster, à la fin de la saison, se retrouvent aussi exclus.

Les modifications se sont aussi portées sur les récompenses pour le gagnant du challenge (25.000 livres), ainsi que pour son dauphin (10.000 livres) et le meilleur apprenti (5.000 livres). Une compétition pour le meilleur jockey du mois est également prévue, en association avec Channel 4 Racing.

Des voix contre...

Mark Johnston, entraîneur britannique, a ainsi manifesté son mécontentement face aux changements apportés à ce championnat. Selon lui, cela risque d'encourager la fuite des talents : il met en garde contre le fait que les meilleurs jockeys iront courir à l'étranger plus tôt que d'habitude et ne monteront en Grande-Bretagne que six mois de l'année.

" Les meilleurs jockeys rateront maintenant d'importants meetings ", a-t-il écrit dimanche sur son site web. Lundi matin, il a ajouté : " Préparez-vous à ce que nos meilleurs jockeys partent début octobre pour des hippodromes plus chauds et plus lucratifs. Ils rentreront éventuellement pour le Craven meeting, mais vous pouvez être sûrs que la majorité ne montera plus en Grande-Bretagne que six mois de l'année. Encore une idée géniale des gars de "Racing for no change". " Cela fait un moment que Great British Racing (G.B.R.), qui a repris les affaires de Racing for change, cherche à effectuer des modifications, et les jockeys auraient soutenu ces projets. Toutefois, certains d'entre eux ont aussi du mal à les accepter. Luke Morris, par exemple, estime ainsi que la période entre le début de la saison de plat en mars, et les "Guinées" en mai, ne serait du coup plus assez pertinente pour rester courir en Grande-Bretagne. L'entraîneur Jamie Osborne pense que cela revient à compliquer un système qui l'était déjà bien assez, tandis que Brendan Powell a décrit ce changement comme étant complètement " fou ".

... Des voix pour

G.B.R. s'est défendu ce lundi en donnant la parole à quelques-uns des jockeys anglais les plus connus. Ces derniers sont de fait beaucoup à l'étranger pendant la saison hivernale, de Meydan à Hongkong en passant parfois par l'Australie, le Qatar ou le Japon.

Parmi eux, Richard Hughes, qui a remporté les trois dernières éditions du championnat. Le jockey a déclaré : " C'est une bonne évolution et je serai présent pour tenter de décrocher le titre, sous ce nouveau format, pour une quatrième et dernière fois avant de prendre ma retraite. Toutes les initiatives permettant de mettre en avant les courses et qui bénéficient au vestiaire me conviennent. Le nombre de journées de courses a quasiment doublé au cours des trente dernières années. Cela implique que la course au titre est devenue très éprouvante. Le fait que cela ne couvre plus que la saison d'été va permettre aux jockeys de moins la vivre comme une corvée. " Frankie Dettori approuve lui aussi les changements : " Cela a du sens. Les courses ont changé. Vous avez besoin d'un début et d'une fin marquants avec les principaux intéressés présents. Les courses ont besoin de mettre plus en avant les jockeys et leur rivalité pour attirer un nouveau public. Je pense que cela va mettre en lumière la compétition, ce qui est exactement ce que nous devons faire pour le sport. "

Précisons que des changements similaires ont été proposés par G.B.R. aux entraîneurs pour le titre les concernant. Les deux parties n'ont pas réussi à s'accorder et le championnat dédié aux entraîneurs va donc rester le même en 2015.