Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Chacun son style chacun son histoire chacun son avenir

Autres informations / 03.04.2015

Chacun son style chacun son histoire chacun son avenir

À l’issue de scenarii très différents, les Prix Imprudence et Djebel (Grs3) ont sacré des chevaux aux profils également très différents. Dans une course sélective, Ervedya (Siyouni) a nettement dominé ses rivales, confirmant son statut de meilleure femelle française acquis lors de son année de 2ans.

Elle montre ainsi qu’elle a passé le cap entre 2 et 3ans et devient une concurrente sérieuse pour la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), la course vers laquelle elle sera dirigée. Son superbe tempérament et sa grande maniabilité seront des atouts sérieux sur le parcours particulier des 1.600m de Longchamp. Ervedya a devancé des pouliches qui avaient elles aussi fait leurs preuves à 2ans. Ameenah (American Post), qui n’a cessé de progresser l’an dernier, a confirmé la valeur affichée dans le Prix Miesque (Gr3), et Queen Bee (Le Havre), elle aussi lauréate de Groupe l’an dernier, répond présente pour sa rentrée. Ces trois-là devraient se retrouver à Longchamp le 10 mai.

Chez les mâles du Prix Djebel, l’arrivée a été beaucoup plus serrée. Make Believe?(Makfi), qui n’avait que deux sorties à son actif, l’an dernier, et n’avait jamais couru à ce niveau, s’est fait surprendre à la fin par la pointe de vitesse de Ride Like the Wind (Lope de Vega). Le pensionnaire de Freddy Head avait l’avantage d’avoir déjà effectué sa rentrée, et d’avoir une certaine expérience à ce niveau de compétition. Il avait en effet participé au Darley Prix Morny (Gr3), pour sa troisième sortie, après s'être classé quatrième du Prix de Cabourg d’Ervedya. Son entraîneur estime que le mile sera sûrement le bout du monde et préfère le diriger sur la ligne droite de Newmarket. Il suivra donc le parcours de Charm Spirit (Invincible Spirit), gagnant du Prix Djebel l’an dernier. Le poulain devra encore apprendre à se détendre s’il veut aller bout du mile anglais.

Les deux lauréats de ces préparatoires partagent toutefois un point commun. Ils sont issus des premières années de production de leurs pères, respectivement Siyouni?et Lope de Vega. Les deux étalons ont été très remarqués avec leurs premiers 2ans l’an dernier, mais eux aussi devaient montrer qu’ils pouvaient faire des classiques. Ils en ont pris le bon chemin.