La surprise el valle

Autres informations / 16.04.2015

La surprise el valle

MERCREDI À CHANTILLY - PRIX SIGY (Gr3) - El Valle (Dobby Road) faisait partie des concurrents parmi les plus délaissés au betting dans ce Prix Sigy (Gr3). Pourtant, le pensionnaire de Valérie Dissaux s’est imposé assez facilement dans cette épreuve labellisée Gr3 cette année. Muni d’œillères pour la première fois, il a patienté au sein du peloton. Puis il a placé une très belle accélération dans les deux cents derniers mètres pour venir chercher Finsbury Square (Siyouni), deuxième à une encolure. Goken (Kendargent), vu en tête appuyé le long de la lice, est troisième pour sa rentrée. Le premier Groupe de Valérie Dissaux depuis… Dobby Road Valérie Dissaux est propriétaire, éleveur et entraîneur d’El Valle. C’est une famille qu’elle connaît très bien puisqu’elle a aussi entraîné son père, Dobby Road (Grape Tree Road), et sa mère, Dohibane (Danehill). La dernière victoire de Groupe de Valérie Dissaux remonte d’ailleurs à Dobby Road, lorsque ce dernier a remporté le Prix d’Arenberg (Gr3). Après la victoire d’El Valle, Valérie Dissaux nous a confié : « J’ai toujours pensé que c’était un bon poulain. À 2ans, comme il n’était pas qualifié F.E.E., il a eu un programme un peu plus particulier. Cependant, il s’était tout de même placé de Listed à cet âge. Je vais réfléchir à son futur programme en regardant aussi bien en France qu'à l’étranger. Je pense qu’il est encore un peu tendre pour affronter les sprinters d’âge. Il est aussi capable d’aller sur plus long, comme il l’a montré dans le passé sur les 1.400m de Longchamp. » Les œillères lui ont été bénéfiques. Valérie Dissaux a expliqué : « Il avait montré le matin et en course qu’il avait tendance à regarder partout. Nous lui avions donc mis les œillères à l’entraînement, et il était plus concentré. »

Un pur produit maison Concernant les origines d’El Valle, Valérie Dissaux nous a confié : « J’avais acheté son père, Dobby Road, lorsqu’il était foal. Il avait remporté le Prix d’Arenberg (Gr3) avant de se classer troisième du Prix Jean-Luc Lagardère - Grand Critérium (Gr1) de Rock of Gibraltar (Danehill). Je l’ai gardé comme étalon et il m’appartient. Il a très peu sailli [une petite vingtaine de produits sur ses six premières saisons de monte, ndlr], quasiment que des juments m’appartenant ou propriété de mon compagnon [Marc Hovelacque, ndlr]. Mais il a déjà donné plusieurs gagnants et il a désormais un gagnant de Groupe. Quant à sa mère, Dohibane, je l’ai achetée aux ventes. Elle est très bien née mais elle ne s’est pas montrée très bonne en course. Cependant, comme elle avait un beau papier, j’ai choisi de la garder pour l’élevage, d’autant plus qu’elle ne s’était pas trop fatiguée en compétition ! Dohibane est retournée à la saillie de Dobby Road cette année et elle a un foal par Rajsaman. »

Finsbury Square répond à nouveau présent Finsbury Square a très longtemps fait illusion pour la victoire, ne se faisant rattraper qu’aux abords du poteau par El Valle. Le pensionnaire de Fabrice Chappet confirme en tout cas qu’il a sa place parmi les meilleurs sprinters de 3ans français. Son entraîneur nous a déclaré : « Il va aller vers le Prix Texanita (Gr3 depuis 2015). Il montre aujourd’hui qu’il était bien dans cette catégorie. »

Bonne troisième place de Goken Goken ne trouvait pas un engagement facile pour sa rentrée. Il devait rendre du poids à ses concurrents, lesquels avaient pour la plupart déjà couru cette année, et il n’évoluait pas sur sa distance favorite. De plus, durant le parcours, il a trébuché à deux ou trois reprises. Goken allait encore très facilement à trois cents mètres du but, puis il a un peu plafonné pour se relancer et conserver une courageuse troisième place. Le représentant d’Henri-Alex Pantall ne finit pas très loin du gagnant, dans une arrivée groupée. Ludovic Gadbin nous a déclaré : « Goken court très bien. Il a montré beaucoup d’influx en partant. Il a fait quelques fautes durant le parcours. Il rendait du poids et est battu par deux poulains qui avaient l’avantage d’avoir déjà couru. Il allait très facilement et a un petit peu plafonné. Mais il s’est quand même relancé pour finir et s’est montré courageux pour prendre la troisième place. Dans l'immédiat, il va rester parmi les 3ans en se dirigeant vers le Prix Texanita (Gr3). Nous allons aussi l’engager dans le nouveau Gr1 pour 3ans de Royal Ascot, même s’il faudra apprécier la façon dont il court en mai avant de décider si nous y allons ou non. » Le meilleur produit de sa mère Dohibane (Danehill), la mère d’El Valle (Dobby Road) n’a pas particulièrement brillé en compétition. En revanche, du côté de ses origines, elle peut se targuer d’être la fille de Danehill. El Valle est son meilleur produit. La deuxième mère d’El Valle, Liver de Saron (Mt. Livermore) est gagnante d’une course à conditions sur la distance intermédiaire à Maisons-Laffitte. Elle n’a pas eu d’élément black type dans sa production. Cette dernière est en revanche la sœur de Ken de Saron (Kenmare) qui est gagnant d’un Gr3 aux États-Unis. La souche remonte dans les années 70 à Rose de Saron (Carvin). Cette dernière, après avoir remporté ses deux premières courses, a pris de nombreux accessits au plus haut niveau. Jument possédant de la vitesse et de la précocité, elle se classait deuxième à Deauville du Prix Morny et troisième, montée par Yves Saint-Martin, du Critérium des Pouliches – Prix Marcel Boussac – (Grs1). Rose de Saron a produit la propre sœur de Lyre de Saron (Luthier), la troisième mère d’El Valle, Luth de Saron (Luthier). Cette dernière est gagnante du Prix de Malleret (Gr2).?