Des bases, mais pas de certitude par pierre laperdrix, redacteur en chef d’equidia.fr

Autres informations / 30.05.2015

Des bases, mais pas de certitude par pierre laperdrix, redacteur en chef d’equidia.fr

Cette année encore, les préparatoires au Prix du Jockey Club (Gr1) n’ont pas affirmé de leader avant la finale de dimanche. Le classique cantilien va donc jouer pleinement son rôle, celui d’élire le chef de file parmi les mâles de 3ans français, sur 2.000m et plus. Ils sont quatorze à briguer ce titre et la victoire doit se jouer entre cinq ou six concurrents. Trois concurrents ont évité de se disperser dans trop de préparatoires : War Dispatch, Silverwave et Mostaneer.

WAR DISPATCH : UN TOUR DE FRANCE EN VUE DE CHANTILLY

Le plan de carrière de War Dispatch (War Front) ne fait pas de lui le plus "classique" des poulains. Il a gagné une course "G", puis une "D", une "B" et enfin une "A". Il n’a pas expérimenté les courses "E", mais a tout de même gagné sa "L" (sa Listed !) à Cagnes-sur-Mer, dans le "Policeman", couru sur une piste détrempée. Mais ce qui nous intéresse, c’est de savoir s’il a une chance dimanche et la réponse est oui ! Ce représentant de la casaque Allen (dont les couleurs sont à la recherche d’un premier Gr1 en France) possède un atout essentiel pour ce "Jockey Club" : il est le seul du lot à avoir déjà gagné à Chantilly,

et par deux fois en plus ! Dès le 7 novembre 2014, Jean-Claude avait déclaré que s’il avait un cheval de "Jockey Club" dans son écurie, c’était ce War Dispatch. À cette époque, War Dispatch commençait déjà à grimper les échelons à son rythme. Dernièrement, il a gagné avec de la marge le Prix de Guiche (Gr3) – préparatoire de référence pour l’actuel "Jockey Club" – pour son premier essai sur le gazon et au niveau Groupe. Jean-Claude Rouget n’a pas voulu se disperser avec War Dispatch. Il a préféré viser ce "Jockey Club" plutôt que de tenter l’aventure à l’étranger (UAE Derby ou Triple Couronne américaine)  avec ce fils de War Front. War Dispatch n’a jamais réalisé de grandes envolées, mais il gagne toujours avec la marge qui lui suffit. Il n’a été battu qu’une fois dans sa vie : en débutant, face à Full Mast (Mizzen Mast), dont les "lignes" ont toutes répété (Gleneagles, Territories). Sans incident, War Dispatch va terminer sur le podium.

SILVERWAVE, PREPARE POUR

Toujours invaincu après quatre sorties, Silverwave (Silver Frost) possède un profil qu’on peut rapprocher de celui de Vision d’État (Chichicastenango), héros du "Jockey Club" 2008. Pour sa première tentative dans un Groupe, Silverwave n’a pas fait de détail, surclassant Epicuris (Rail Link), le meilleur mâle français de 2014 (mais comment ce dernier avait-il évolué ?). Alain Couétil mise sur la fraîcheur, puisque son pensionnaire n’a pas recouru depuis ce Prix La Force du 6 avril. Au fil de ses sorties et alors qu’il montait à chaque fois de catégorie, Silverwave a été de plus en plus impressionnant. Sur sa lancée, il doit terminer sur le podium de ce Prix du Jockey Club. C’est l’un des chevaux à battre dans cette édition 2015 du Derby français.

MOSTANEER, LA SURPRISE DOIT VENIR DE LUI

Au papier, les performances de Mostaneer (Dutch Art) ne sautent pas tout de suite aux yeux, mais attention, car Mostaneer possède de la qualité et sans doute plus de marge que ne l’indiquent ses écarts à l’arrivée. Il vient de gagner de peu et sur un sprint le Prix de Suresnes (Listed), une préparatoire atypique à ce "Jockey Club", car disputée sur 1.800m en ligne droite à Maisons-Laffitte. Il y devançait notamment Almanaar (Dubawi), brillant gagnant de Listed depuis Saint-Cloud. À l’arrivée, il n’y avait pas grand-chose en faveur de Mostaneer, mais qui aurait pu créer la sensation sur les 1.800m en ligne droite de Maisons-Laffitte face à seulement quatre adversaires ? Mostaneer faisait sa rentrée ce jour-là et n’a pas recouru depuis. Nicolas Clément n’a pas voulu se "perdre" dans les préparatoires et faire un "Jockey Club" avant le "Jockey Club" avec ce cheval. C’est certainement une bonne option…Mostaneer est un peu "bouillant" et peut vite monter en pression. Son entourage joue la carte de la fraîcheur pour ce Derby. S’il y a une surprise à l’arrivée du "Jockey Club", elle viendra de Mostaneer.

LE CLAN O’BRIEN

Hormis une troisième place dans l’édition 2009 avec Westphalia, Aidan O’Brien n’a guère brillé dans le Prix du Jockey Club, même lorsqu’il a pu amener des Cape Blanco (Galileo). Ce manque de résultat est finalement assez logique, puisque Aidan O’Brien garde ses meilleurs éléments pour Epsom. Néanmoins, cela prouve aussi que le niveau du "Jockey Club" reste élevé, car même les "seconds couteaux" (ce qui n’est pas péjoratif, car ces chevaux seraient des vedettes dans bien des écuries…) de Coolmore ne parviennent pas à devancer les meilleurs français à domicile. Cette année, Coolmore présente donc trois chevaux. Orienté dès le début de l’année sur 2.000m et plus, après avoir fait ses preuves à 2 ans sur 1.200m, Cape Clear Island (Fastnet Rock) n’est pas un inconnu en France. Il vient de conclure à la deuxième place du Prix Hocquart (Gr2), n’étant battu que par Ampère (Galileo), un cheval en devenir qui sera dirigé vers le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Cape Clear Island est un cheval avec de l’expérience, qui a montré à Longchamp qu’il savait lutter. Il lui manque, peut-être, le petit brin de classe pour gagner un "Jockey Club", mais il est largement capable de s’emparer d’une place. Il faut noter que Ryan Moore l’a préféré à Highland Reel (qu’il montait dans la Poule d’Essai). Favori de la Poule d’Essai des Poulains, Highland Reel (Galileo) y a déçu, se classant sixième après un bon parcours. Mais c’était une rentrée et le cheval était assez tendu avant la course. Aidan O’Brien insiste au niveau Gr1 et rallonge le tir avec Highland Reel. Le cheval peut se montrer plus percutant qu’à Longchamp et doit être capable de prétendre à une place dimanche. War Envoy (War Front) n’a jamais couru sur plus de 1.600m et va donc tester cette nouvelle distance directement au niveau Gr1. War Envoy est sûrement très estimé au sein de l’écurie de Coolmore, car il n’a couru que des courses black type, à la suite de ses débuts victorieux. Il lui a, pour l’instant, toujours manqué le petit plus pour gagner sa course de Groupe. Ce bon finisseur peut prendre une place dimanche, mais viser la victoire est difficile pour lui, vu ce qu’il a montré en course jusqu’à présent.

KARAKTAR : + 10 KILOS ENTRE 2 ANS ET 3ANS

Bon à 2ans, sans qu’on puisse le considérer comme un premier plan au sein de l’effectif d’Alain de Royer Dupré, Karaktar (High Chaparral) a passé un vrai cap cette année. Il a balayé l’opposition dans le Prix François Mathet (Listed), avant de confirmer dans le Prix Noailles (Gr2). On peut préférer sa performance de Saint-Cloud, car sa démonstration de Longchamp est aussi due au train très sélectif imprimé en tête par deux concurrents, Sarrasin et Toruk. Finalement, c’est en s’imposant brillamment dans le "François Mathet"que Karaktar est devenu un vrai espoir pour le "Jockey Club".S.A. Aga Khan possède vingt et un mâles entiers de 3ans déclarés à l’entraînement en France (source France Galop) et Karaktar est donc le seul parmi eux capable de défendre les couleurs de son propriétaire avec une chance. Être le meilleur mâle de 3ans des "Aga Khan" est suffisant pour terminer dans les cinq premiers du "Jockey Club". Karaktar a un rang à tenir, l’espoir d’une casaque de prestige.

NEW BAY TIENDRA-T-IL ?

New Bay (Dubawi) peut-il tenir la distance de 2.100m et donc faire aussi bien dans le "Jockey Club" que dans la "Poule d’Essai" ? C’est LA question. Ce n’est pas un problème de qualité, mais bien de tenue.  Sa fin de course, après avoir couru "battu" dans la Poule d’Essai des Poulains (Gr1 – 2e), alors qu’il s’élançait de la corde 16, a forcément marqué les esprits. Mais il faut se souvenir qu’en 2007, sa mère, Cinnamon Bay, n’avait pas tenu la distance dans le Prix de Diane. C’est d’ailleurs le seul véritable échec dans la carrière de cette pouliche de 1.600m. Alors, New Bay est-il seulement un miler ou bien est-il capable de faire mieux que sa mère ? La réponse ne sera connue que dimanche. New Bay sera peut-être le favori au betting dimanche et c’est un vrai risque de le placer en retrait. Mais l’inconnue de la distance et sa génétique expliquent pourquoi il est possible de le prendre…

ON VA SAVOIR CE QUE VAUT SUMBAL

Quel est le réel niveau de Sumbal (Danehill Dancer) ? Il est invaincu après trois courses, toutes courues corde à gauche. Le Prix Greffulhe (Gr2), qu’il a survolé, ne veut pas dire grand-chose, puisqu’ils n’étaient plus que deux face à lui, suite au forfait d’Epicuris. Finalement, on ne sait pas grand-chose sur le réel niveau de Sumbal. Il a gagné en bon cheval, avec une belle action, le "Greffulhe", mais vaut-il un "Jockey Club" ? Son entourage a longtemps hésité entre le "Jockey Club" et le Derby d’Epsom. Il s’est finalement décidé jeudi matin pour Chantilly. Sumbal est l’un des incontournables du "Jockey Club", mais pas le cheval à battre.

EN EMBUSCADE

Les poulains que nous allons détailler maintenant ne sont pas des prétendants à la victoire, sauf si quelque chose nous a échappé…Dès les débuts victorieux d’High Dynamite (Kentucky Dynamite), le 14 janvier à Cagnes-sur-Mer, Antoine de Watrigant a annoncé que ce cheval était son atout pour le Prix du Jockey Club. Depuis, High Dynamite, n’a pas gagné en trois sorties, étant notamment battu par Piment Rouge dans le "Maurice Caillault", puis par Karaktar dans le "Noailles". Il se présente ici avec une chance d’outsider et peut viser une quatrième ou cinquième place, comme beaucoup d’autres…Meilleur mâle de 3ans de la région marseillaise – en attendant, le retour d’Evasive’s First – Piment Rouge (Evasive) a été l’un des premiers à faire feu en remportant le Prix Maurice Caillault (Listed). Bien battu ensuite dans le "La Force", il a plutôt bien couru dans le "Guiche" (Gr3). Mais sa troisième place derrière War Dispatch –qui rentrait ce jour-là – ne suffit pas pour gagner. Son expérience, ajoutée à sa connaissance de Chantilly, peut lui permettre de viser une quatrième ou une cinquième place. Dans le Prix de Suresnes, Kahouanne (Cockney Rebel) n’est pas passé loin de la victoire, mais malgré tous les efforts de Christophe Soumillon,  il a été dominé sur le fil par Mostaneer. Au papier, les chances de Kahouanne sont difficiles à évaluer : il n’a jamais couru sur plus de 1.800m et ses deux courses à 3ans n’ont pas permis d’apprendre grand-chose sur ce cheval qui avait été bon à 2ans. Pour sa rentrée, dans le Prix Omnium II (Listed), il avait eu un très bon parcours, mais n’avait pas franchement accéléré ensuite. Mieux vaut voir en lui un candidat aux petites places. Après une très bonne rentrée à Saint-Cloud (2e de Grey Lion), Campione (King’s Best) a franchement déçu dans le Prix Noailles, y terminant dernier, désemparé et sans action. Il a ensuite couru le Prix de Guiche, toujours en bon terrain, s’y classant cinquième et dernier. Campione ne paraît pas à l’aise en bon terrain et le terrain devrait être rapide dimanche. Ses deux essais dans les préparatoires au "Jockey Club" ne suffissent pas à lui voir une première chance. Listan (Lope de Vega) vient d’ouvrir son palmarès le 14 mai, à Tarbes. Il l’a fait avec la manière, mais ce n’était qu’une "G". La marche est donc très haute pour Listan qui, a priori, ne possède pas encore le palmarès nécessaire pour briguer une première place dans le Derby français. Regardons-le courir pour l’avenir, car si son entraîneur le présente ici, c’est forcément parce que le cheval a du potentiel.