Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Ervedya, l'élève modèle devenue classique

Autres informations / 10.05.2015

Ervedya, l'élève modèle devenue classique

POULE D'ESSAI DES POULICHES (GR1) : ERVEDYA, L'ÉLÈVE MODÈLE DEVENUE CLASSIQUE

Le duel annoncé dans la Poule d'Essai des Pouliches (Gr1) a bien eu lieu. Celui de deux pouliches, Ervedya (Siyouni) et Mexican Gold K (Medaglia d'Oro), lauréates des deux préparatoires, les Prix Imprudence et de la Grotte (Grs3). Elles ne s'étaient encore jamais rencontrées. Et l'avantage a tourné sans discussion possible à la première nommée. Comme à son habitude, Ervedya est partie assez lentement. Christophe Soumillon ne l'a pas brusquée et l'a laissée patienter dans le dos de Mexican Gold. Devant, Fontanelice (Vale of York) imprimait un rythme sélectif à l'épreuve, favorable aux attentistes. Christophe Soumillon a encore temporisé dans la ligne droite, et il a filé au maximum sa grande rivale. Les deux pouliches ont progressé à l'extérieur, et quand Ervedya a déboîté, le doute n'était plus permis. La pouliche de Son Altesse l'Aga Khan a eu le passage de classe qu'on lui connaissait déjà à 2ans. Celui qui lui avait permis de survoler le Prix de Cabourg (Gr3) à 2ans, puis de confirmer, face aux mâles du Prix Morny (Gr1), et face à l'élite européenne dans le Total Prix Marcel Boussac (Gr1). La classe, l'accélération, le tempérament...  Meilleure pouliche française à 2ans, Ervedya a conforté son statut cette année. Le genre de pouliches que tout professionnel rêverait d'entraîner... Jean-Claude Rouget est cet entraîneur chanceux et il était ému aux larmes après ce succès : " C'est une pouliche que j'adore. Elle a tout pour elle : la classe, l'accélération des chevaux de Gr1, le tempérament. Elle est facile à entraîner, facile à monter et peut aussi se sortir de terrains pénibles. Le temps de la course est très bon, même meilleur que celui des poulains. Elle n'est pas sortie très vite de sa stalle, mais ce n'est pas un problème. Cela lui permet de courir cachée, et on sait ensuite qu'elle a la pointe de vitesse pour faire la différence. C'est

une vraie pouliche de 1.600m et la suite logique passe par les Coronation Stakes (Groupe 1) à Ascot, le 19 juin.

Siyouni devient  un étalon classique

Les Aga Khan Studs ont vécu une grande journée, les étalons de Bonneval remportant les deux premiers classiques français, avec leur première génération de 3ans. Le succès d'une fille de Siyouni, étalon 100 % Aga Khan, a évidemment une saveur particulière, comme nous l'a expliqué Georges Rimaud, manager des Aga Khan Studs : " C'est une journée formidable avec deux étalons de la maison qui nous offrent deux gagnants classiques le même jour. Make Believe, un fils de Makfi, qui remporte la Poule d'Essai des Poulains et Ervedya, une fille de Siyouni que nous avons élevée et qui gagne la Poule d'Essai des Pouliches ! Et dans les deux cas, ce sont les premiers 3ans des étalons. C'est formidable ! Nous avons bien fait de les garder en France, ou de les y amener. Cela montre bien que l'on peut avoir de bons étalons en France et qu'ils peuvent produire à un niveau international classique. C'est une journée exceptionnelle à la fois pour la victoire de notre pouliche et pour celle de nos étalons. "

Mexican Gold se heurte à la ténacité d'Irish Rookie

Deuxième chez les poulains avec New Bay, la casaque du prince Abdullah a dû cette fois se contenter de la troisième place avec Mexican Gold, pilotée elle aussi par le jeune Vincent Cheminaud. Mais les deux ont eu des parcours très différents. Si New Bay avait énormément de terrain à combler dans la ligne droite, Mexican Gold a bénéficié d'un meilleur parcours, et laisse sans doute moins de regrets à son entourage. Toutefois, à la fin elle s'est heurtée à la ténacité de la pouliche anglaise Irish Rookie (Azamour), montée de façon offensive, et qui a profité de la meilleure portion de la piste, celle de la corde. Irish Rookie venait de terminer sixième des 1.000 Guinées (Gr1). Courant à une semaine d'intervalle, elle a fait preuve de la dureté des pouliches britanniques. Martyn Meade, son entraîneur, nous a confié :" Nous avions choisi de la courir à une semaine car elle avait vraiment très bien pris sa course dans les 1.000 Guinées. De plus, nous nous sommes dit qu'une piste un peu moins rapide ne pouvait que l'avantager. Elle s'est comportée comme à son habitude. Malheureusement, elle est venue trop tôt. C'est une pouliche qui a besoin d'attendre pour venir sur les autres. Nous sommes tout de même très contents. Nous allons y réfléchir à son futur programme. Royal Ascot est une option. " Quant à Mexican Gold, rien n'est encore défini, comme nous l'a confié Teddy Grimthorpe, manager du prince Abdullah :" La pouliche court très bien, elle a produit un bel effort et a bien accéléré dans la ligne droite. Nous verrons plus tard dans quelles épreuves nous l'engagerons... "

Fontanelice montre un autre visage en allant devant:

Les trois premières ont laissé leur plus proche poursuivante, Fontanelice, à près de deux longueurs. Mais la pensionnaire de Christiane Head-Maarek, montée de façon plus offensive que lors de ses deux précédentes sorties, réalise sa meilleure performance depuis qu'elle est arrivée en France. Après avoir mené, elle s'est montrée courageuse pour préserver la quatrième place. Christiane Head-Maarek nous a dit : " C'est une bonne pouliche, et elle court très bien aujourd'hui. Il y a trois très bonnes juments devant elle, c'était difficile d'être à l'arrivée aujourd'hui. Sa quatrième place est encourageante pour l'avenir. Elle est dure et se gère bien devant. Le temps réalisé dans cette course est très bon. Thierry Jarnet pense qu'elle sera mieux sur plus long, donc en toute logique nous devrions essayer le Prix de Diane-Longines. "

Le cœur de Qatar Dance

Qatar Dance (Zebedee) a causé une petite surprise en venant arracher la cinquième place. Georges Mikhalides a toujours cru en sa pouliche, même si ces deux prestations au niveau Listed posaient interrogation. Il nous a déclaré : " C'est extra ! C'est une pouliche qui a malheureusement un petit souci de santé, sinon elle vaut un tel lot. Elle a d'ailleurs beaucoup changé de jambes mais elle a un cœur énorme. Elle est courageuse. Je voulais malgré tout tenter le coup aujourd'hui, mais elle va désormais partir au repos. Elle a un petit bout d'os qui s'est détaché dans le boulet, et nous allons l'opérer pour le lui enlever. Nous la reverrons l'année prochaine. "

Une fille d'Elva

Elva (King's Best), la mère d'Ervedya, s'était classée deuxième du Prix Vanteaux (Gr3). Elle a déjà produit un gagnant, Elmal (Dalakhani). La quatrième mère d'Ervedya est Euliya, gagnante du Prix de Royallieu (Gr3 à l'époque).