Le doublé des étalons "français" dans les poules d'essai : une première lors des trente dernières années

Autres informations / 12.05.2015

Le doublé des étalons "français" dans les poules d'essai : une première lors des trente dernières années

LE DOUBLÉ DES ÉTALONS "FRANÇAIS" DANS LES POULES D'ESSAI : UNE PREMIÈRE LORS DES TRENTE DERNIÈRES ANNÉES

Par Willy Flambard, éditorialiste à JDG

Il n'y a pas de précédent lors des trente dernières années. Que le lauréat de la Poule d'Essai des Poulains (Gr1), Make Believe (Makfi), et la lauréate de la Poule d'Essai des Pouliches (Gr1), Ervedya (Siyouni), soient issus d'étalons stationnés en France au moment de leur sacre, est un cas qui ne s'est jamais produit depuis 1985. Mais ce constat, simple au demeurant, nécessite d'entrer dans les nuances car, pour ce même libellé général, se cachent plusieurs scénarios bien distincts que l'on peut partitionner en deux grands cas.

Cas 1 : les étalons pères des lauréats des Poules d'Essai sont en activité en France au moment de leur sacre mais ne l'étaient pas au moment de la conception des produits considérés. C'est le schéma mis en œuvre cette année. Makfi (Dubawi) officiait en effet en Grande-Bretagne lorsqu'il a rencontré Rosie's Posy (Suave Dancer), la mère de Make Believe. En revanche, Siyouni (Pivotal), lui, était bien dans l'Hexagone lorsqu'il a conçu Ervedya.

Cas 2 : les pères des vainqueurs des Poules d'Essai ne sont pas en activité sur le territoire français au moment des prouesses de leur progéniture. Mais ils l'ont été auparavant ou le seront postérieurement. Cette définition, naturellement élargie, permet de dénombrer quatre éditions qui répondent aux critères depuis 1985. Il s'agit de 2009, 2004, 1990 et 1989 :

-2009 est l'année des sacres d'Elusive Wave (Elusive City) dans la Poule d'Essai des Pouliches, et de Silver Frost (Verglas) dans celle des Poulains (Grs1). Elusive City est encore en Irlande cette année-là mais arrivera en France l'année suivante, en 2010, au haras d'Etreham. A contrario, Verglas, qui avait été stationné en France, au haras de la Haie Neuve, a été acquis par l'Irish National Stud et est en Irlande depuis 2005 ;

- 2004 voit la double victoire de Torrestrella (Orpen) chez les pouliches, et d'American Post (Bering) chez les poulains. Le cas du second est vite réglé puisque Bering n'a officié qu'en France, au haras du Quesnay. La première, en revanche, permettra à son père de se faire un nom chez nous. Étalon depuis 2000, il arrivera en France au haras du Thenney en 2008, soit quatre ans après le titre de gloire de Torrestrella ;

- 1989 et 1990 proposent une histoire similaire.

Chez les poulains, Kendor (Kenmare, 1989) et Linamix (Mendez, 1990) ont été conçus avec des étalons stationnés en France. Mais au moment du fait victorieux de son fils Linamix, Mendez est déjà parti au Japon. Quant à Kenmare, il est toujours en France en 1989, année du sacre de Kendor, avant d'être exporté en Nouvelle-Zélande en 1996.

Chez les pouliches, Pearl Bracelet (Lyphard, 1989) et Houseproud (Riverman, 1989) sont toutes deux issues d'étalons ayant officié en France lors de leurs débuts de carrières de reproducteurs, en 1974, avant de partir vivre des heures glo-

rieuses aux États-Unis à la fin des années 1970.

2015 : une rareté mais pas une exception

Le scénario 2015 propose indéniablement une configuration difficile à répéter. En fait, les années 1970 apporteront toutes les réponses à la recherche d'un schéma préexistant du même type.

En 1978, Dancing Maid (Lyphard) et Nishapour (Zeddaan) remportent respectivement la Poule d'Essai des Pouliches et la Poule d'Essai des Poulains (Grs1). Les deux ont été conçus par des étalons du parc français qui se trouvent être toujours en activité sur le territoire quand leurs rejetons gagnent leurs titres de gloire. Bizarrerie du destin, Lyphard et Zeddaan s'envoleront en 1979 vers d'autres futurs : le premier ira dans le Kentucky et le second au Japon.Mieux, en 1974, Dumka (chez les pouliches) et Moulines (chez les poulains) projettent en lumière leur même géniteur, Kashmir II (Tudor Melody). Il fallait remonter à 1923 pour retrouver tel type d'exploit avec Teddy (Ajax), sire d'Anne Bolena et de Sir Gallahad. L'étalon est alors en activité en Mayenne, au haras des Vignes, et rejoindra le haras de Bonneval en 1978. Le même haras forme d'ailleurs un trait

d'union inattendu avec les deux étalons français vedettes des "Poules" 2015.

Siyouni et Makfi qui proposent la particularité supplémentaire d'avoir donné Ervedya et Make Believe lors de leur première année de monte présentent la singularité d'œuvrer tous les deux au haras de... Bonneval. On ne peut trouver meilleur argument pour boucler la boucle.