L'eftba s'oppose à l'usage rétrospectif des banques d'adn

Autres informations / 13.05.2015

L'eftba s'oppose à l'usage rétrospectif des banques d'adn

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION EUROPÉENNE DES ASSOCIATIONS D'ÉLEVEURS DE PUR-SANG

L'EFTBA S'OPPOSE À L'USAGE RÉTROSPECTIF DES BANQUES D'ADN

" Le 10 mai 2015, au cours de leur Assemblée générale annuelle, les membres de la Fédération européenne des Associations d'éleveurs de pur-sang (Eftba) ont adopté à l'unanimité une résolution au sujet des échantillons d'ADN stockés par les autorités d'enregistrement des pur-sang. Les membres de l'Eftba affirment leur totale opposition à tout usage rétrospectif de ces échantillons, en particulier dans des objectifs de profilage des performances.

Ces échantillons ont été collectés uniquement dans un but d'identification et de vérification de pedigrees. L'accès rétrospectif aux performances ADN pour le profilage par des compagnies commerciales n'a jamais été envisagé lors du lancement de la collecte de ces échantillons ADN. Aucun accord pour ce type d'usage n'a jamais été recherché ou donné par le secteur économique de l'élevage.

L'accès rétrospectif à ces échantillons dans ce but de profilage des performances pourrait avoir des conséquences immédiates et très importantes pour le système historique d'investissement et de valorisation de la filière qui est basé sur le pedigree, la conformation et les performances. Ce n'est pas la première fois qu'un accès rétrospectif a été demandé par des entreprises de profilage des performances ADN. L'Eftba a étudié ces demandes d'accès rétrospectifs à d'autres fins lors de son Assemblée générale 2014 et les a unanimement rejetées, tout comme elle le refait aujourd'hui.

Accepter ces requêtes pour n'importe quelle société entraînera inévitablement des demandes de la part de leurs concurrents commerciaux. Il y aura toujours un doute sur le fait que les échantillons diffusés pour une raison donnée puissent être utilisés à d'autres fins.Ces inquiétudes s'étendent aux investissements qui ont été réalisés par beaucoup d'éleveurs, dont la majorité ne possède qu'un faible nombre de juments. La parution de ces échantillons pourrait entraîner une soudaine réduction de la diversité génétique, à travers des impacts négatifs sur les populations d'étalons et de juments.

Le Comité de conseil vétérinaire de l'Eftba a précisé au Conseil que le profilage des performances ADN a un rapport avec la présence de gènes décrits, sans pour autant que soit précisé si ces gènes ont été ou non activés. Ce Comité a aussi précisé que cette technologie est relative au génotype et qu'il ne s'agit donc que d'une portion du phénotype qui représente, lui, le cheval tel que nous le voyons. Ce Comité a averti que la filière n'avait pour le moment aucun moyen de se protéger du fait que le profilage des performances ADN pourrait avoir la même conséquence que dans d'autres secteurs d'élevage, avec la sélection par inadvertance de traits indésirables. Le Comité a rapporté que la création d'un système de surveillance avec des conséquences commises par inadvertance est importante.

L'Eftba demande à toutes les autorités hippiques concernées, y compris l'International Stud Book Committee, les autorités des stud books nationaux, les autorités d'enregistrement, la Fédération internationale des éleveurs de pursang, le Sita et la Fédération internationale des autorités hippiques, d'adopter urgemment une interdiction à l'accès rétrospectif des échantillons ADN de pur-sang, pour protéger le futur du secteur mondial d'élevage et de course.

L'Eftba reconnaît que le profilage des performances ADN est devenue partie intégrante de l'évaluation du secteur économique du pur-sang mais insiste sur le fait que son impact doit être graduel, surveillé et contrôlé. Ceci ne peut être atteint que par l'évolution prospective et non par un accès rétrospectif. L'Eftba va faire appel à l'aide de la Fédération internationale des éleveurs de pur-sang dans cet objectif, lors du congrès de septembre prochain. "