Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Pascal noue : « nous voulons recréer une vraie dynamique normande autour des élevages à vocation "obstacle" »

Autres informations / 15.05.2015

Pascal noue : « nous voulons recréer une vraie dynamique normande autour des élevages à vocation "obstacle" »

L’Annco (Association normande du cheval de courses d’obstacles) organisera son traditionnel National de l’Obstacle le vendredi 24 juillet. Son président, Pascal Noue, a répondu aux questions de Jour de Galop sur les nouveautés du concours et son évolution.

JDG. – QUELLES SONT LES NOUVEAUTES POUR LE NATIONAL DE L’OBSTACLE 2015 ?

Pascal Noue. – Nous organisons le National le 24 juillet, la veille d’une réunion de courses, sur l’hippodrome de Clairefontaine. Cette année, un lot de yearlings sera jugé en plus des foals et des 2ans (Trophée JDG). C’est là l’une des nouveautés. Le matin, les yearlings et les 2ans seront à l’honneur avec l’élection d’un Champion suprême suite à la confrontation du meilleur mâle et de la meilleure femelle. L’après-midi, les foals précoces et tardifs seront là encore en compétition avec l’élection d’un Champion suprême (Trophée "Dynavena"). Nous avons abandonné la présentation des chevaux dans la cour d’honneur du haras, pour une question de logistique. Nous sommes victimes de notre succès et le nombre de participants devenait trop important ! Nous allons la faire dans la carrière qui jouxte le haras. Les boxes sont à côté, ce qui est pratique. Les bordereaux d'inscription seront téléchargeables sur notre site internet ou via Facebook.

COMMENT JUGEZ-VOUS L’EVOLUTION DU CONCOURS ?

Le National a trouvé sa place et les succès de chevaux tels que Terre et Mer [élue meilleure femelle de 2ans en 2014 et gagnante du Prix Auricula, ndlr] et Barbarella Smart [distinguée aux Trophées AQPS] sont de belles publicités. C'est l'esprit même de notre concours, qui accueille des chevaux pur-sang et AQPS, sans distinction géographique... mais qui sont avant tout des chevaux d’obstacle ! Quand un cheval est bien classé par un jury de professionnels, de courtiers, d’entraîneurs, d’éleveurs, qui savent ce qu’est un cheval d’obstacle, cela donne des garanties et donc, autour du ring, il se passe toujours du commerce. Les éleveurs peuvent comparer leurs poulains avec ceux de leurs concurrents et juger la production des étalons. Cette année, à mon tour, j’ai repris les rênes après Céline [Gualde, ndlr] pour un C.D.D. ! Nous ne voulons pas que le concours soit identifié à deux, trois personnes ou au haras. Donc l'équipe reste la même : Aliette Forien, Céline Gualde, Denis et Fabienne Legeard, Laurence Soquet, Stéphanie Perrier, Pierre Julienne, etc. Et nous intégrons avec plaisir de "nouvelles recrues" comme AnneCharlotte André, Aline Giraud, Christian Boutolleau, Jean-Pierre Cosnuau. Dans deux ans, l'un d'eux prendra ma place.

CETTE ANNEE, VOUS ALLEZ AUSSI TRAVAILLER POUR DYNAMISER L’EVENEMENT ET L’ELEVAGE REGIONAL AVEC VOS PARTENAIRES, LES ELEVEURS LOCAUX, LE F.R.B.C...

Effectivement, nous allons essayer de créer une dynamique autour du concours avec les haras normands, les courses et tous les partenaires qui voudront bien se joindre à cette idée. Nous souhaitons que les éleveurs, acheteurs, français ou étrangers, saisissent cette occasion pour aller dans notre campagne et découvrir la région et les élevages, à une période de l'année où nous sommes un peu plus au calme. Dans cette optique, le F.R.B.C. doit être un partenaire privilégié.