Plus de paris sur les courses en espagne

Autres informations / 25.05.2015

Plus de paris sur les courses en espagne

PLUS DE PARIS SUR LES COURSES EN ESPAGNE

La Loterie d'État est chargée de collecter les paris, notamment hippiques, en Espagne. Un communiqué de presse est sorti en fin de semaine annonçant qu'elle ne prendrait plus de paris sur les courses après le 31 mai. Depuis l'arrêt du galop en Espagne, le 30 novembre, la Loterie prenait des paris sur les courses de trotteurs à Séville, Majorque et Manacor, en attendant la reprise du galop. Mais elle vient donc d'annoncer qu'elle n'assurerait plus les paris hippiques jusqu'au retour du galop dans la péninsule.

Plusieurs dates avaient été annoncées pour cette reprise du galop tant attendue : 1er mars, 8 mars, 5 avril, 10 mai, 17 mai et enfin 24 mai. Le 24 mai, tous les feux étaient au vert pour le retour du galop à Madrid, avec un calendrier chargé. Mais pour que cet événement ait lieu, il fallait que la Fédération hippique espagnole, nouveau régulateur des courses, valide les programmes de Madrid et San Sebastian, ainsi que le nouveau Code des courses. La Sociedad de Fomento (France Galop espagnol), en liquidation, a néanmoins fait savoir qu'elle étudierait la possibilité de porter plainte contre la Fédération, notamment pour plagiat du Code des courses. La Fédération hippique a donc refusé de valider les programmes et le nouveau Code des courses, pour éviter des problèmes juridiques. L'Association des hippodromes espagnols et la direction de l'hippodrome de Madrid tentent de la convaincre d'organiser de nouveau une commission pour faire valider les programmes et le Code. Cette commission pourrait se réunir cette semaine, mais rien n'est sûr... À l'horizon se profile la saison de San Sebastian, qui doit débuter le 5 juin, avec une réunion support d'enjeux PMU. Mais pour que cette réunion ait lieu, il faudra que la Fédération hippique soit devenue le régulateur officiel des courses...

Devant cette situation, nombre de professionnels ont pris le chemin de la France, comme Enrique León, installé à Pau, qui vient d'obtenir sa licence française, Tiago Martins, Guillermo Arizkorreta, qui a gardé une antenne à Madrid, Barbara Valenti et de nombreux autres qui profitent du programme français en espérant revenir ensuite en Espagne. C'est ainsi que la majeure partie des réunions de courses organisées dans le Sud-ouest rassemblent une moyenne comprise entre vingt-cinq et trente partants entraînés en Espagne. Une tendance qui n'est visiblement pas près de s'arrêter.