Kataniya decroche la victoire avec panache

Autres informations / 31.05.2015

Kataniya decroche la victoire avec panache

Après s’être isolée dans les premiers mètres de la course, la pensionnaire d’Alain de Royer Dupré, Kataniya (Raven’s Pass), a mené le Prix de Royaumont de bout en bout. Dans la ligne droite, la représentante de Son Altesse l'Aga Khan a accéléré en progression. À cent mètres du disque final, au moment de son changement de jambes, elle est repartie pour finalement s’imposer d’une encolure. Sea Calisi (Youmzain) a voyagé en troisième épaisseur avant de connaître un très beau passage à trois cents mètres du but. Elle n’échoue que de très peu face à la pouliche princière. Âme Bleue (Dubawi) a évolué dans le sillage de la future lauréate, après que celle-ci se soit rabattue côté corde. Elle a ensuite tenté de venir, mais la pensionnaire de François Doumen s’est montrée supérieure. L’invaincue Bella Donna Borget (Early March) ne démérite pas en décrochant la quatrième place.

KATANIYA RESTE PERFECTIBLE

La fille de Raven’s Pass a débuté en compétition cette année, prenant un premier accessit dans une "F" sur la "fibrée" de Chantilly. Elle effectue un sans-faute depuis cette place. Kataniya a remporté le Prix Mirska (F) à Maisons-Laffitte, en bon terrain, et le Prix de la Seine (L) récemment à Longchamp. Alain de Royer Dupré a gagné le Prix de Royaumont à deux reprises durant ces dix dernières années. En 2005, Shawanda lui offrait la victoire. Cette jument allait ensuite s’offrir les Irish Oaks (Gr1). La dernière course citée pourrait être une option pour la lauréate de l’édition 2015 du Prix de Royaumont, même si, comme l’expliquait son entraîneur, Kataniya a encore besoin de temps. Elle devrait accuser de nouveaux progrès sur cette sortie. Alain de Royer Dupré nous a expliqué : « Elle a été en tête et a résisté jusqu’au bout. J’avais le sentiment, avant la course, de l’avoir mieux qu'en dernier lieu. Elle était plus avancée en condition cette fois-ci, ce qui a rendu sa performance ce dimanche possible. C’est une pouliche très sérieuse, avec un gros physique, ce qui nous laisse penser qu’elle a encore une marge de progression. C’est une superbe femelle qui a un magnifique pedigree. Elle me fait penser à Darshaan [son père de mère, ndlr], qui m’avait offert mon premier "Jockey Club". Elle est partie à l’extérieur en début de parcours, parce que c’est une pouliche qui a une grande action et qui avait besoin de s’isoler pour ne pas être ennuyée par les autres. C’est une jument à qui il faut laisser un peu de temps, mais qui devrait pouvoir aller plus haut. »

Manager des haras de Son Altesse l’Aga Khan, George Rimaud nous a expliqué : « Nous sommes ravis du fait que la pouliche gagne de cette manière. Elle a trouvé du bon terrain en début de parcours, à l’extérieur. Cette stratégie fut payante. Puis elle a fait ce qu’on lui a demandé. C’est très bien pour l’élevage. Nous allons réfléchir à la suite de son programme. Plusieurs options s’offrent à elle, mais rien n’est encore défini pour le moment. »

IL NE MANQUE PLUS QUE LA "MATURITE" A SEA CALISI

Pouliche encore peu expérimentée, puisqu’elle n’a couru qu’à deux reprises, la pensionnaire de François Doumen restait sur une victoire dans une course de niveau G à Lyon. La fille de Youmzain avait débuté par un premier accessit derrière Lady of Kyushu (Smart Strike), qui avait remporté une course principale par la suite. Sea Calisi a largement dominé cette dernière dans ce Prix de Royaumont, ce qui prouve qu’elle a fait de gros progrès. François Doumen a d’ailleurs expliqué au sujet de Sea Calisi : « Elle me montre tant de choses le matin. Elle manque juste de métier. La pouliche a gagné tellement facilement à Lyon qu'elle n'a pas appris à lutter. Aujourd'hui, elle a dû se battre et a manqué de métier. Maxime Guyon pensait qu'il allait réussir à venir gagner, tant il avait des ressources. Mais elle a manqué de maturité, tout simplement. Elle a un bon changement de vitesse. Elle aurait certainement été mieux sur une piste plus souple. Avec elle, nous pensons à Deauville où, normalement, il y a de la pluie. À chaud, je dirais qu'elle peut aller vers le Prix de Pomone.

LA FILLE D’AQUARELLISTE PREND DU BLACK TYPE

Âme Bleue produit sa meilleure performance, et par là-même la meilleure performance de sa mère, Aquarelliste. Elle avait déjà montré de la qualité quand elle finissait quatrième dans l’arrivée serrée du Prix de la Seine (L) de Kataniya. La performance de la pouliche d’André Fabre laisse plein de promesses, comme a dit Anthony Stroud, manager de Ballymore Thoroughbred Ltd, propriétaire d’Âme Bleue : « Je trouve qu'elle court bien. La gagnante est sans doute une très bonne pouliche. La nôtre a besoin de courir, et elle va progresser au fil du temps. Rien n'est encore décidé quant à ses prochaines compétitions. Nous allons y réfléchir. »

BELLA DONNA BORGET PERD SON INVINCIBILITE, MAIS CONFIRME SON POTENTIEL

Il n'y avait pas vraiment de "ligne" pour pouvoir juger la pensionnaire de Jehan Bertran de Balanda consécutivement à ses deux victoires cette année. C’est chose faite et la fille d’Early March prouve qu’elle a le niveau pour ce genre d’épreuves. Son entraîneur nous a expliqué : « Nous sommes très contents de la performance de Bella Donna Borget, qui a fait sa course. C'est une pouliche que nous allons faire vieillir. Elle a besoin d’un peu de temps entres ses compétitions. Elle est très courageuse mais pas encore endurcie.  Nous avions l'option de courir le Prix de la Seine (L), mais cette épreuve était trop proche du Prix de Royaumont. »

LA SOEUR DE KATIYRA

La mère de Kataniya, Katiykha (Darshaan), est lauréate de ses deux premières épreuves à l’âge de 3ans. Elle a décroché son caractère gras en prenant le premier accessit d’une course principale à Milan, sur 2.400m. Elle remporte une Listed-race l’année suivante, pour son avant-dernière sortie au Curragh, toujours sur 2.400m. Au haras, elle a produit Katiyra (Peintre Célèbre). Cette dernière est gagnante pour sa seule sortie à 2ans. Lors de sa rentrée à 3ans, elle décroche le premier accessit dans les 1.000 Guinées Trial (Gr3) à Leopardstown. Elle termine troisième des Oaks d’Espom (Gr1). La même année, cette jument gagne les Blandford Stakes (Gr2). La seule fois où elle a foulé notre sol c’était à l’occasion du Prix de l'Opéra (Gr1), où elle prenait le deuxième accessit. À noter que Katiyfa (Auction Ring), la deuxième mère de Katiyra, est gagnante d’une Listed à Deauville sur le mile. Son meilleur produit au haras est Katiykha.

 

PRIX DE ROYAUMONT - RMC

Gr3 - Plat - Femelles - 80.000€ - 2.400m

Pour pouliches de 3 ans, n'ayant jamais gagné une course de Groupe. Poids : 57 k .

 1re KATANIYA (57) F3

Raven's Pass & Katiykha

Pr/S. A. Aga Khan - El/S.A. Aga Khan

Ent/A. de Royer Dupré - J/C. Soumillon

 2e SEA CALISI (57) F3

Youmzain & Triclaria

Pr/Mulungu Bloodstock - El/Derek Bloodstock

Ent/F. Doumen - J/M. Guyon

 3e AME BLEUE (57) F3

Dubawi & Aquarelliste

Pr/T. L. Ballymore - El/Dayton Investments Ltd

Ent/A. Fabre - J/M. Barzalona

Autre(s) partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Bella Donna Borget, Moi Même, Lady of Kyushu, Rosa Tea, Toujours l'amour, Maybe River. Tous couru (9).

(Turf) Bon souple. 2'30''42. Ecarts : ENC - 1 1/2 - 2 1/2.