Les grands indicateurs : 1 pour commencer, 100 pour l’infini

Autres informations / 03.06.2015

Les grands indicateurs : 1 pour commencer, 100 pour l’infini

Il n’est pas forcément nécessaire de savoir compter jusqu’aux grands nombres pour toucher au concept de l’infini. C’est du moins l’avis de Peter Greenaway, l’un des cinéastes contemporains les plus engagés dans les voies formelles du septième art. Ce Britannique, passé par l’école de la peinture, en fait un sublime exposé dans un de ses longs métrages, intitulé Drowning by Numbers (en français : noyade par les nombres). Dans ce thriller d’un autre temps, où les nombres de 1 à 100 défilent dans les plans au fur et à mesure de la progression de l’intrigue, conduisant inéluctablement au dénouement, on apprend en effet que l’univers ne peut aller au-delà de 100. Une jeune fille compte ainsi les étoiles dans le ciel et s’arrête à 100. Ensuite, dit-elle, « il suffit de recommencer ».Nulle question de se (vous) noyer par les chiffres et nombres dans ce supplément mensuel de Jour de Galop, intitulé "Les Grands Indicateurs", le deuxième du genre après l’édition inaugurale du 7 mai dernier. Tout simplement parce que nous avons (pour l’instant) décidé d’arrêter nos classements à la première centaine. Pour ce deuxième supplément "statistiques", toutes établies du 1er janvier au 2 juin 2015, des données vont vous surprendre. Comme l’installation du haras des Coudraies à la première place des éleveurs d’obstacle. Avec seulement sept partants différents – mais deux éléments de premier plan que sont Kotkivova (Martaline) et Kobrouk (Saint des Saints)–, les chiffres de l’obstacle, dans la catégorie éleveurs, tournent à l’avantage de l’effectif créé par le comte Pierre de Montesson, disparu la semaine dernière [lire notre article page suivante]. Le haras des Coudraies prouve en l’espèce que la quantité n’est pas la seule variable d’arbitrage. Et que les sommets peuvent être atteints sans l’extravagance des grands nombres. Si Peter Greenaway avait raison ? S’il suffisait de (savoir) compter jusqu’à cent pour appréhender le monde ? Willy Flambard, Editorialiste à Jour de Galop

FOCUS OBSTACLE : UN HOMMAGE POSTHUME AU COMTE DE MONTESSON

« Il n’est pas de hasard heureux, il est des rendez-vous attendus. » Le fait qu’au 2 juin 2015, l’éleveur tête de liste en obstacle soit le comte Pierre de Montesson n’est un étonnement pour personne. Cette première place mérite même que l’on parle, à son sujet, d’un rendez-vous attendu. Décédé lundi 25 mai, l’homme qui a créé et animé le haras des Coudraies avec sa femme Anne (disparue en 2011), propriétaire-éleveur à la casaque bleu ciel, toque orange, connaît donc un honneur posthume et bienvenu, sous forme de statistiques gagnantes. Depuis 1995, soit lors des vingt dernières années, il n’avait jamais conclu en tête des éleveurs d’obstacle. Et il faut remonter à 2001 (deuxième) et 2004 (troisième) pour le retrouver sur le podium. Il s’agissait de l’époque Kotkijet (Cadoudal). Relativement discret par la suite, le haras des Coudraies a réintégré le top 10 en 2011 (sixième) et a conclu la saison 2014 à la sixième place. Soit, l’année n’est pas finie, loin de là. Mais le fait d’évoluer en tête après les grandes échéances du weekend du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) projette une lumière de circonstance sur l’un des plus grands élevages français de la fin du vingtième siècle, et bien sûr de ce siècle entamé. La particularité du comte aura été de créer son élevage d’obstacle à partir d’une seule jument souche, la fameuse Kotkie (Rheffic), avec un nombre finalement restreint d’éléments. De là la particularité des résultats du haras des Coudraies. Tout tient souvent en l’émergence et la réussite d’un ou deux éléments de premier plan. Cette année, ce sont Kotkikova (Martaline) et Kobrouk (Saint des Saints) qui portent haut les couleurs De Montesson. Et tous les deux sont des descendants de Kotkie ! La première est invaincue en trois sorties cette année sur le steeple et vient de décrocher son plus grand titre en s’imposant (de toute une classe) dans le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Le second compte trois premiers accessits ces derniers mois et vient de conclure deux fois comme dauphin de Kotkikova !

LE MÊME CASTING DEPUIS 2012 CHEZ LES "PROPRIÉTAIRES"

Au début juin, le duo de tête des propriétaires d’obstacle est le même que celui qui règne dans les palmarès de fin d’année depuis 2012 ! La famille Papot, sous la casaque de madame Patrick Papot, précède en effet Magalen Bryant – pourtant boostée par les prouesses de Milord Thomas (Kapgarde). Le haras des Coudraies, qui ne compte que Kotkikova sous ses couleurs, n’arrive de ce fait qu’au dixième rang.

LES MEILLEURS PROPRIETAIRES 2015 EN OBSTACLE SELON LES GAINS(AU 2 JUIN 2015)

Rg Propriétaires                     Chvx   Vict.    Gains (€)        Gains/cheval (€)

1 Mme Patrick Papot                        63        31        1 478 030       23 461

2 Mme Magalen Bryant        57        33        1 209 503       21 219

3 Écurie des Dunes                45        20        449 698          9 993

4 Mme Guy Denuault           23        9          402 610          17 505

5 Écurie Mirande                   17        10        390 125          22 949

6 Haras de Saint-Voir            37        20        366 378          9 902

7 M.L. Bloodstock Ltd         33        10        358 612          10 867

8 Écurie Centrale                   59        10        335 125          5 680

9 Palmyr Racing                    45        38        332 409          7 387

10 Haras des Coudraies         1          3          326 250          326 250

 

LES MEILLEURS ELEVEURS 2015 EN OBSTACLE SELON LES PRIMES (AU 2 JUIN 2015)

Rang Éleveurs                                    Chvx   Vict.    Primes éleveur (€) Primes/cheval (€)

1 Haras des Coudraies                       7          5          78 057            11 151

2 Scea Haras de Mirande                   22        13        74 901            3 405

3 Jean-Marc Lucas                            15        7          68 677            4 578

4 E.A.R.L. Michel                             3          2          68 381            22 794

5 Haras de Saint-Voir                        44        21        60 116            1 366

6 Mme Henri Devin                          11        4          55 070            5 006

7 Scea Hamel Stud                             18        7          53 489            2 972

8 Jacques Cyprès                              24        14        50 887            2 120

9 Guy Denuault                                4          6          38 122            9 531

10 Mme Bernard Le Gentil               10        11        36 698            3 670

La particularité des statistiques du haras des Coudraies a toujours été de signer des ratios "primes à l’éleveur/cheval" ou "primes à l’éleveur/partant" (3.548 € en ce début d’année), qui reflètent le choix de préférer la qualité à la quantité.