Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Missions délicates à epsom

Autres informations / 03.06.2015

Missions délicates à epsom

Dans quelques jours, en cette fin de semaine, Epicuris et Al Naamah verront se dresser face à eux ce qui se fait de mieux dans les élites britanniques et irlandaises dans les Derby d’Epsom (samedi 6 juin) et les Oaks (vendredi 5 juin). On sait néanmoins depuis lundi que ces monuments de la saison hippique sont débarrassés de Gleneagles (Galileo) et Found (Galileo), deux éléments de premier plan d’Aidan O’Brien, réservés pour Royal Ascot. Le duo tricolore n’aura pas la partie facile et aucun des deux n’attise d’ailleurs la grande chaleur chez les bookmakers d’outre-Manche. Le premier est proposé à 25/1, la seconde à 20/1. Il faut convenir que chacun possède quelques lacunes dans sa cuirasse… qui n’en est pas vraiment une. Epicuris, présenté par Christiane Head, connaît le désamour que l’on sait avec les stalles de départ. Ses manières et son anxiété ne peuvent au final, y compris s’il entre dans les "boîtes", que lui être préjudiciables. Sa grande action et son caractère électrique sont au surplus à lire comme des faiblesses potentielles. A contrario, Epicuris possède un évident talent très largement au-dessus de la moyenne. Son palmarès bâti l’an dernier est là pour en attester. Quant à Al Naamah, elle n’a pas le profil d’Intrepidity  (Sadler’s Wells), seule lauréate à ce jour des Oaks pour André Fabre. Arrivée invaincue au départ du classique d’Epsom, cette représentante du cheikh Mohammed Al Maktoum restait sur son succès du Prix Saint-Alary (Gr1). Al Naamah a échoué à ce jour dans ses deux tentatives au niveau Groupe mais sa rentrée laisse entrevoir de possibles progrès. Dans tous les cas, il convient de saluer cette présence française,  bien plus que symbolique.

LES ECLIPSE STAKES EN LUMIÈRE

Avec cinq engagés dans les Eclipse Stakes (Gr1, 2.000m), le 4 juillet à Sandown, le contingent d’intention français est important. Il faudra faire le compte au départ mais la liste compile les noms, chez les aînés, de Cirrus des Aigles (Even Top), dont l’entourage a émis une préférence pour l’instant pour le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1, 2.400m) ou les Prince of Wales’s Stakes (Gr1, 2.000m) de Royal Ascot, de Free Port Lux (Oasis Dream) qui pourrait courir dans la Coupe (Gr3, 2.000m) la semaine prochaine, et d’Ectot  (Hurricane Run) dont le programme à court terme est toujours axé sur les Prince of Wales’s Stakes (Gr1, 2.000m). Chez les 3ans, les noms de Karar (Invincible Spirit) et de New Bay figurent, sans doute, en solution de repli.

ROYAL ASCOT DANS LE VISEUR FRANCAIS

Une première revue d’effectif réalisée la semaine dernière éclairait déjà l’importante délégation probable. Plus de trente-cinq compétiteurs entraînés en France sont sur les rangs à ce stade. Dans les temps forts, commençons par les St James’s Palace Stakes (Gr1, 1.600m, le 16 juin), la grande épreuve sur le mile pour 3ans. On y attend Territories (Invincible Spirit) avec impatience dans ce qui pourrait être un match revanche des 2.000 Guinées contre Gleneagles. L’entourage de Make Believe (Makfi), cheval non-engagé et pour lequel il serait donc nécessaire de souscrire une supplémentation, a évoqué la possibilité de ce Gr1. Pour lui, l’alternative resterait en France le Prix Jean Prat (Gr1, 1.600m). Du côté des pouliches, dans les Coronation Stakes (Gr1, 1.600m, 19 juin), la candidature d’Ervedya (Siyouni) est dans les "tuyaux". Le scénario qui voit la lauréate de la Poule d’Essai des Pouliches se lancer dans ce challenge nous renvoie à Elusive Wave (Elusive City). Or, et ce n’est évidemment pas un hasard, elle était aussi entraînée par Jean-Claude Rouget, en charge d’Ervedya. Chez les aînés, sur le mile toujours, dans les Queen Anne Stakes (Gr1, 1.600m, le 16 juin), les présences de Solow (Singspiel) et d’Avenir Certain (Le Havre) sont toujours d’actualité. La terreur hongkongaise Able Friend (Shamardal) apportera le supplément d’épice pour transformer ce mile en climax royal. Autre choc attendu, en particulier avec un camp français de premier ordre, les Prince of Wales’s Stakes (Gr1, 2.000m, 17 juin) devraient convoquer Ectot (Hurricane Run) et Gailo Chop (Deportivo). Pour un peu que Corine Barande Barbe arbitre en faveur de ce Gr1 pour Cirrus des Aigles (Even Top), et voilà une autre affiche d’exception. Le reste du monde pourrait bien se retrouver ici en challenger malgré des éléments de la classe du britannique The Grey Gatsby (Matercraftsman),  de l’américain California Chrome (Lucky Pulpit) et de l’australien Criterion (Sebring).

LE DERbY IRLANDAIS EN PLAN B

Trois français sont engagés dans l’Irish Derby (Gr1, 2.400m), programmé le 27 juin au Curragh. Les entourages d’Epicuris (Rail Link), de Sumbal (Danehill Dancer) et de Karaktar (High Chaparral) n’ont pas fait de ce Derby un objectif annoncé, mais tous ne l’ont pas encore exclu de leur plan de route.

DES SUSSEX STAKES ALTERNATIFS

Positionnés le 29 juillet dans le calendrier, les Sussex Stakes de Goodwood (Gr1, 1.600m) pourraient avoir la vertu de réunir plusieurs frenchies. Les engagements contractés pour Karakontie (Bernstein), Solow, Karar (Invincible Spirit) et Make Believe (Makfi) offrent une belle opportunité de calendrier décalé et anglo-saxon encore pour quelques-uns de nos meilleurs milers. La présence du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois le 16 août à Deauville exigera un choix de la part des différents entourages.  Mais il positionne aussi les Sussex Stakes en alternative élégante pour éviter ce qui est traditionnellement le mile le plus relevé de l’année.

ANDRE FABRE EN TETE DES ENGAGEMENTS FRANÇAIS DE ROYAL ASCOT

L’engagement ne fait pas le printemps mais il se donne à lire comme un indicateur toujours instructif. Avec six engagés dans les Grs1 de Royal Ascot, André Fabre est l’entraîneur hexagonal le plus représenté. Il précède Freddy Head (cinq). Les autres professionnels souscripteurs multiples sont : Pascal Bary (trois), Alain de Royer Dupré, Henri-Alex Pantall, Jean-Claude Rouget, Carlos Laffon-Parias, Élie Lellouche et François Rohaut, tous à deux engagés.