Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

New bay jockey club vs golden horn derby d’epsom : le trop grand ecart

Autres informations / 10.06.2015

New bay jockey club vs golden horn derby d’epsom : le trop grand ecart

Samedi, le Derby d’Epsom (Gr1) a sacré Golden Horn (Cape Cross), qui s’est imposé en champion. Un peu moins d’une semaine auparavant, New Bay (Dubawi) remportait avec classe le Prix du Jockey Club (Gr1). Lundi, l’agence anglaise Timeform a crédité Golden Horn d’un 131p (le "p" signifie "plus", pour indiquer une progression probable du rating dans les semaines à venir). De son côté, New Bay hérite d’un 123p après sa victoire dans le Prix du Jockey Club (Gr1). L’écart est très important. Mais est-il justifié ?

Par Anne-Louise Echevin, journaliste à Jour de Galop

En étudiant le profil de New Bay et Golden Horn, ainsi que leurs victoires dans leurs Derby respectifs, on constate qu’ils ont beaucoup de points communs.

DES DOUTES SUR LA DISTANCE

Golden Horse et New Bay posaient des interrogations avant de décrocher leur Graal. Commençons par Golden Horn. Anthony Oppenheimer, éleveur et propriétaire du poulain, n’avait pas souhaité l’engager dans le Derby d’Epsom, doutant trop de la capacité du cheval à tenir les 2.400m. Il avait donc fait, initialement, le choix des 2.100m du Prix du Jockey Club. C’est dans cette optique qu’il avait choisi les Dante Stakes (Gr2), traditionnelle préparatoire au Derby ayant la particularité de se disputer sur… 2.100m. Mais les Dante Stakes, bien qu’ayant lieu quinze jours avant le Prix du Jockey Club lors des deux dernières années, peuvent aussi mener au classique français. La preuve en est avec The Grey Gatsby (Mastercraftsman), auteur du doublé "Dante-Jockey Club" en 2014. Cependant, en remportant par près de trois longueurs les Dante Stakes, sans faiblir à la fin, Golden Horn a laissé entendre qu’il pouvait tenir la distance. Après deux jours à laisser planer le suspense malgré la pression médiatique, Anthony Oppenheimer a confirmé que son cheval confié à John Gosden serait supplémenté dans le Derby. Golden Horn n’avait plus qu’à prouver à son entourage qu’il avait raison et il l’a fait, avec la manière. New Bay était quant à lui la note de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), finissant très fort à l’extérieur, depuis l’arrière-garde, pour prendre la deuxième place après avoir été handicapé par un très mauvais numéro dans les stalles. Sa fin de course, tout en puissance, indiquait que le poulain pouvait aller sur plus long. Il lui fallait faire mentir ses premières origines, en tant que fils du miler Dubawi et de Cinnamon Bay (Zamindar), laquelle n’avait pas tenu la distance dans le Prix de Diane (Gr1). Mais son pedigree plus profond venait en contrepoint et pouvait rassurer les sceptiques avec les présences de Sadler’s Wells et de chevaux de haut niveau sur 2.400m et plus (Wemyss Bight, Beat Hollow, Martaline, Reefscape, Coastal Path). New Bay a non seulement montré qu’il tenait les 2.100m, mais son entraîneur estime, en sus, qu’il tiendra les 2.400m.

REVELES PAR LEURS SORTIES PRECEDENTES

Au début de l’année 2015, New Bay et Golden Horn n’apparaissaient pas comme favoris du Derby ou du "Jockey Club" chez les bookmakers. Cela est bien logique : ils n’avaient pas brillé au plus haut niveau à 2ans. Tous deux ont débuté tardivement. New Bay par une deuxième place sur la P.S.F. de Chantilly le 25 novembre, et Golden Horn par une courte victoire dans un maiden à Nottingham le 29octobre. Pour sa rentrée, New Bay a remporté le Prix Machado (B) de bout en bout et avec la décharge de Vincent Cheminaud. L’impression était correcte, mais pas exceptionnelle. New Bay n’était pas le favori de la Poule d’Essai des Poulains suite à cette performance. On a d’ailleurs presque plus évoqué son cas dans la "Poule" à cause de son jockey Vincent Cheminaud... La suite est connue : il a crevé l’écran. Cela l’a propulsé parmi des favoris du Prix du Jockey Club, dans une édition extrêmement ouverte où aucun cheval ne se détachait vraiment. Golden Horn, contrairement à New Bay, est arrivé invaincu sur le Derby. Pour sa rentrée, il a remporté facilement une Listed avant d’être dirigé vers les Dante Stakes. Il n’était pas favori des "Dante", puisque le betting lui préférait le "Coolmore" John F. Kennedy (Galileo), qui venait pourtant de sombrer, et même son compagnon d’entraînement Jack Hobbs (Halling), gagnant auparavant d’un handicap par dix longueurs ! Résultat : Golden Horn s’est imposé en roue libre. Supplémenté, il est devenu le favori – tombé du ciel –d’un Derby d’Epsom qui se cherchait un cheval à battre.

DES STYLES SIMILAIRES

Si l’on s’intéresse à leurs victoires dans leurs Derby respectifs, on trouve là encore des points communs. Tous deux ont patienté à l’arrière-garde dans des épreuves rythmées, disputées sur une piste en parfait état et "medium" (ni trop légère, ni trop souple). À Epsom et à Chantilly, aucun cheval n’a été vraiment malheureux ; chacun a eu sa chance. New Bay comme Golden Horn se sont tous les deux imposés après de très belles fins de course durant lesquelles ils ont "refait" tout le peloton. Conclusion de ces deux courses, rythmées et sur des pistes propices à la vitesse : les chronomètres sont excellents. Golden Horn signe le troisième meilleur temps du Derby d’Epsom, derrière Workforce et Lammtarra. New Bay enregistre quant à lui le deuxième meilleur chrono du "tout jeune" Prix du Jockey Club sur 2.100m, le record étant détenu par The Grey Gatsby en terrain encore plus léger, en 2014.

POURQUOI HUIT LIVRES D’ECART ?

Mais si Golden Horn et New Bay se ressemblent comme deux gouttes d’eau dans leur profil, alors comment justifier un écart de huit livres ? écarts à l’arrivée : avantage Golden Horn, mais… Nous avons donc deux bons gagnants de Derby venus s’imposer depuis l’arrière-garde. Avec ce type de tactique, les écarts à l’arrivée sont rarement très importants. Et pourtant, New Bay s’est imposé d’une longueur et demie et Golden Horn de trois longueurs et demie. Si l’on compare les deux, il est facile de conclure que Golden Horn s’est imposé avec une marge supérieure sur le lot qu’il affrontait. Mais… il y a bien un "mais". Epsom comme Chantilly sont deux pistes sélectives. Néanmoins le profil extrêmement particulier d’Epsom, tout en dénivelé avec une ligne droite d’abord en descente puis en montée, encourage beaucoup plus la création d’écarts importants à l’arrivée qu’à Chantilly. Les écarts à l’arrivée montrent bien que le Derby d’Epsom est une course sans pitié :

Derby d’epsom : 3. 1/2 L - 4. 1/2 L - 2. L - 1. 3/4 L.

"Jockey club" : 1. 1/2 L - 1. 3/4 L - Tête - 1. L.

Certainement aidé par la piste, Golden Horn a laissé une impression visuelle spectaculaire, un peu plus même que New Bay. Golden Horn a clairement le droit d’avoir un rating supérieur au pensionnaire d’André Fabre sur le style, mais pas de huit livres.

QUI BATTENT-ILS ?

Le Prix du Jockey Club et le Derby d’Epsom 2015 n’ont pas déclenché beaucoup d’enthousiasme, de nombreux spécialistes estimant qu’il s’agissait là de petits lots. Cela se fonde aussi sur le fait qu’au papier, aucun cheval ne se détachait vraiment. Les "lignes" ne sont pas un exercice fiable, mais elles peuvent donner quelques indications. New Bay a devancé Highland Reel (Galileo), sixième décevant pour sa rentrée dans la Poule d’Essai et gagnant de Gr2 à 2ans. Le troisième, War Dispatch (War Front), a remporté le Prix de Guiche (Gr3) en ayant auparavant suivi un trajet peu conventionnel : il n’avait couru que sur P.S.F. Le quatrième, Piment Rouge (Evasive), est gagnant de Listed à Saint-Cloud mais n’a pas ensuite brillé dans les Groupes préparatoires, tout en courant bien et en étant placé. Quant au cinquième, Sumbal (Danehill Dancer), il avait survolé un Prix Greffulhe (Gr3) avec seulement trois partants, délesté du poulain de classe du lot, Epicuris (Rail Link). Epicuris est d’ailleurs le seul moyen d’établir une "ligne" indirecte entre le "Jockey Club" et le Derby. Le pensionnaire de Christiane Head-Maarek a conclu cinquième du Derby, plafonnant à la fin. Lors de sa rentrée à 3ans, Epicuris avait été nettement dominé par Silverwave (Silver Frost).

LE TROP GRAND ECART

Ce dernier a très mal couru dans le Prix du Jockey Club, concluant neuvième. Cela joue du coup, en théorie, en faveur de notre "Jockey Club" ! À la réserve près que Silverwave, brillant, n’a pas réussi à aller au bout de l’effort et a certainement des excuses. Penchons-nous sur la "ligne" du Derby d’Epsom. Le deuxième, Jack Hobbs, est deuxième des "Dante" et avait auparavant remporté un handicap. Il est sans aucun doute en progrès et vise le Derby d’Irlande, mais il n’a pas encore revêtu l’habit d’un champion. Storm the Stars est gagnant de Listed et avait été nettement battu par Hans Holbein (Montjeu) dans le Chester Vase. Ce dernier a conclu septième courageux du Derby, après avoir fait le train. Giovanni Canaletto (Galileo), quatrième, a quant à lui été battu pour sa rentrée dans les Gallinule Stakes (Gr3) par un poulain provenant des handicaps. Il avait été préservé à 2ans et courait là son premier Groupe. Quant à Epicuris, l’un des meilleurs poulains français à 2ans, il n’avait encore pas montré grand-chose en 2015, du fait de son caractère taquin. En prenant en compte les chevaux battus, le rating de 123p de New Bay est justifié. En revanche, le rating de 131p de Golden Horn est totalement exagéré.

CONCLUSION : PETITES EDITIONS… TRES BONS GAGNANTS

Que ce soit dans le cas de New Bay ou dans celui de Golden Horn, les lots n’étaient pas forcément des plus enthousiasmants, même s’il y avait au départ quelques poulains ne pouvant que progresser. Les "lignes" françaises, côté performances au niveau black type des cinq premiers, apparaissent un peu plus fournies que celles du Derby. Mais les "lignes" ne font pas tout, bien au contraire. Ce qui importe surtout dans les deux performances, c’est le style. Or, les deux poulains se sont imposés en laissant de très belles impressions, survolant leur course. Les chronomètres ne sont pas toujours des indicateurs très fiables mais permettent tout de même de situer les performances. Et ils donnent la confirmation que nous avons vu deux excellents poulains en piste. Les lots avaient beau être petits, les deux gagnants sont, eux, certainement grands. À eux de le prouver dans le futur.

LES 3ANS CHEZ TIMEFORM

#          Course                                   Gagnant                                 Rating Timeform

1er       Kentucky Derby                   American Pharoah                 132p

(revalorisé après les Belmont Stakes)

2e        Derby d’Epsom                     Golden Horn                          131p

3e        Prix du Jockey Club              New Bay                               123p

3e        Derby japonais                      Duramente                             123p

LES 2.400M DU DERBY D’EPSOM… ET APRES ?

John Gosden a annoncé la suite du programme de Golden Horn. Le poulain n'ira pas sur le Derby irlandais,  puisque l’entraîneur alignera Jack Hobbs au départ. Golden Horn, après avoir réussi son test sur 2.400m, va finalement être raccourci. En allant d’abord vers les 2.000m des Eclipse Stakes puis vers les International Stakes (Grs1), toujours sur distance intermédiaire. New Bay pourrait lui aussi aller sur les Eclipse Stakes, ce qui permettrait de juger si l’écart de rating avec Golden Horn est réaliste. Mais son entourage a exprimé le souhait de le tester sur 2.400m. Le Derby d’Irlande n’a pas été évoqué, mais les 2.400m des King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1) à Ascot sont une possibilité. Outre le Derby d’Epsom, y-a-t-il encore un vrai programme sur 2.400m en Europe pour les 3ans ? Le Derby irlandais a beaucoup perdu de sa valeur, souffrant notamment – mais pas uniquement – du raccourcissement de la distance du Prix du Jockey Club. Il n’est plus le Derby "du partage", permettant de déterminer qui, du gagnant du Derby anglais ou français, est le meilleur. Quant au Grand Prix de Paris, il n’a jamais vraiment réussi à se faire une place dans le créneau "classique" depuis la refonte du programme français. Sans compter les risques inhérents à se produire un 14 juillet sur la piste de Longchamp souvent légère. Les "King George", l'“Arc” anglais, perdent progressivement de leur attrait : disputés en plein coeur de l’été sur une piste souvent très dure et dans la chaleur, la course n’attire plus foule, les grandes joutes de l’automne se profilant. De plus, affronter les "vieux" sur 2.400m aussi tôt dans l’année n’est pas chose simple, même si la concurrence est de moins en moins importante. Taghrooda n’avait fait qu’une bouchée de ses adversaires dans ce Gr1 en 2014. Cette année, ce sont les Eclipse Stakes, Gr1 souffrant beaucoup de la proximité de Royal Ascot, qui pourraient recevoir un grand coup de boost si Golden Horn, voire même New Bay, se décidaient à venir. En regardant ce qu’il s’est passé en 2014, on constate qu’Australia, gagnant du Derby anglais, a ensuite enlevé face à peu de concurrence le Derby irlandais. Par la suite, le pensionnaire d’Aidan O’Brien a été raccourci,  courant les International Stakes puis les Irish Champion Stakes (Grs1). Pour la fin de saison, son entourage hésitait même entre les Champion Stakes et le mile des Queen Elizabeth II Stakes (Gr1). À l’automne, le programme anglais ne fait pas la part belle aux 2.400m. En France, reste le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, une course jamais simple à remporter… Même lorsque l’on est un gagnant de Derby d’Epsom.

LE "JOCKEY CLUB" EST-IL DISCRIMINE ?

S’il nous semble impossible de justifier un écart de huit livres entre les ratings de Golden Horn et de New Bay sur les performances et les passés des deux poulains, il faut donc soulever une autre question – la question qui fâche… A-t-on jugé les chevaux objectivement ou le nom de l’épreuve a-t-il joué ? Golden Horn, s’il avait couru –et gagné – le "Jockey Club", aurait-il eu un rating de 131p, devenant le meilleur cheval européen devant Solow, Trêve et Cirrus des Aigles (ce qui est le cas depuis lundi chez Timeform) ? On est en droit d’en douter très fortement. Le Derby d’Epsom a toujours eu plus de valeur et de relief aux yeux des Anglais que notre Prix du Jockey Club, et ce tout particulièrement depuis qu’il se court sur 2.100m. À titre d’exemple, combien d’anglais au départ du "Jockey Club" cette année ? Zéro.  Aidan O’Brien a délégué trois pensionnaires mais le "team Coolmore" garde traditionnellement ses meilleurs éléments de 3ans en vue du Derby d’Epsom. En ce sens, la deuxième place dans le Prix du Jockey Club de Highland Reel n’est pas forcément rassurante, même s’il aurait certainement peiné sur les 2.400m du Derby.