Dariyan devient grand

Autres informations / 19.07.2015

Dariyan devient grand

Il y

avait plusieurs manières d’aborder le Prix Eugène Adam - Grand Prix de

Maisons-Laffitte (Gr2), dimanche sur l’hippodrome des bords de Seine. Soit

comme le retour attendu du fils prodig(u)e Epicuris  (Rail Link), après ses déboires du printemps

avec les stalles de départ et son semi-échec d’Epsom (cinquième du Derby, Gr1).

Soit comme un match retour entre des battus du Prix du Jockey Club (Gr1), à

savoir War Dispatch (War Front), Piment Rouge (Evasive) et Mostaneer (Dutch

Art). Soit comme une possibilité de rattrapage pour Dariyan (Shamardal),

décevant dans le Prix du Lys Longines (Gr3), le 14 juin. C’est finalement cette

dernière hypothèse qui s’est concrétisée. Le représentant de Son Altesse l’Aga

Khan a en effet fait preuve d’une belle supériorité pour dominer à la fin War

Dispatch et Toruk (Arcano), l’invité surprise sur le podium de ce Gr2.

UN FINAL

LONGTEMPS MENAGE

Le train

a été assuré, faute de véritable volontaire, par War Dispatch. Piloté par

Ioritz Mendizabal, le pensionnaire de Jean-Claude Rouget n’a jamais été mis

sous pression, avec dans son sillage et/ou à ses côtés Toruk, visiblement

satisfait de cette position. Ce n’est qu’à quatre cents mètres du but que les

choses sérieuses ont vraiment commencé à se précipiter. War Dispatch était

alors empoigné par Ioritz Mendizabal pour conserver le meilleur, Toruk, lui,

était sollicité par Pierre-Charles Boudot pour garder le contact, tandis que

Dariyan était déboîté par Christophe Soumillon pour produire son effort. Encore

plus en pleine piste, Epicuris se démenait pour être dans le coup mais

n’arrivait pas vraiment à progresser. Idem pour Mostaneer à son extérieur. Une

fois bien équilibré, Dariyan a fait preuve d’une nette supériorité pour laisser

à une longueur et demie derrière lui War Dispatch. Ce dernier a dû faire preuve

d’un beau courage pour tenir en respect jusqu’au bout, le long de la lice

intérieure, Toruk qui n’a jamais "molli".

UN

RETOUR BIENVENU SUR 2.000M

Battu,

donc, le 14 juin, dans le Prix du Lys Longines (Gr3), sur 2.400m, Dariyan a

retrouvé dans ce Prix Eugène Adam ce qui semble être sa vraie distance

(2.000m), pour le présent. C’est l’avis de son entraîneur, Alain de Royer Dupré

: « Le raccourcissement de la distance a joué en sa faveur. Les 2.000m lui

conviennent à merveille. C’est un cheval massif qui avait besoin de temps pour

venir. Il a vraiment bien accéléré aujourd’hui. C’est la première fois que je

le sentais aussi prêt aujourd’hui. Il a changé ces derniers temps. Cela se voyait

à l’oeil. » Dans le créneau des 2.000m, une autre cible de choix est déjà

désignée pour ce petit-fils de Daryaba (Night Shift), lauréate du Prix de Diane

(Gr1) 1999. Il s’agit du Prix Guillaume d’Ornano-Haras du Logis Saint-Germain

(Gr2), le 15 août prochain. Sur ce qu’il a réalisé ce dimanche à

Maisons-Laffitte, il aura une belle carte à jouer. La course sera d’autant plus

intéressante qu’il devrait avoir face à lui un certain New Bay (Dubawi),

lauréat du Prix du Jockey Club (Gr1).

WAR

DISPATCH DEFEND LA "LIGNE" DU "JOCKEY CLUB"

Dauphin

de Dariyan et premier des trois candidats du "Jockey Club" en quête

d’un titre de Gr2, War Dispatch a confirmé sa prestation du 31 mai. Insatisfait

de l’état du terrain (le terrain a été jugé "piégeux" par plusieurs

professionnels), Jean-Claude Rouget n’a pas tenu à commenter la prestation de

son pensionnaire. Le "son de cloche" était en revanche différent dans

le camp de Toruk, troisième tout près. Pour Yan Durepaire, « il court très bien

car il passait un test dans cette épreuve. Après sa performance dans le Prix

Noailles (Gr2) [cinquième, ndlr], nous étions un peu déçus et dubitatifs. Mais

il faut se souvenir qu’il avait animé l’épreuve en se battant un peu avec

Sarrasin (Monsun). Je pense qu'il sera mieux à l’avenir sur 2.400m. Nous

voulions voir ce dimanche ce qu'il était capable de faire à ce niveau de

compétition. Nous avons monté les échelons petit à petit avec lui, dans le but

d’avoir un 4ans encore tout neuf. Il est imposant et devrait encore progresser

et, surtout, il sera mieux sur plus long. »

EPICURIS

CHERCHE SES APPUIS

Une des

attractions de ce Gr2, Epicuris (Rail Link), a conclu quatrième, une longueur

trois quarts derrière Toruk. Il s’est allongé à quatre cents mètres du but, en

pleine piste, mais n’a pu prolonger son effort jusqu’au bout. À chaud,

Christiane Head-Maarek était dubitative, cherchant visiblement les explications

à cette performance non concluante. « Il a flotté et s’est désuni dans la ligne

d’arrivée. Il a changé plusieurs fois de jambes et j’ai du mal à comprendre

pourquoi», nous a fait part l’entraîneur. C’est vrai qu’Epicuris a flotté et

paru hésitant au passage des trois cents derniers mètres. De nouvelles données

viendront peut-être apporter une explication rationnelle. Mais, comme nous l’a

déclaré Teddy Grimthorpe, manager de Juddmonte Farms, « le point positif de

cette épreuve concernant Epicuris est qu’il est bien rentré dans sa stalle.

Concernant la suite de son programme, nous aviserons. »

LA

"LIGNE" DU "JOCKEY CLUB" SOUFFRE

À

l’exception de War Dispatch, les échecs de Piment Rouge (Evasive) et de

Mostaneer (Dutch Art), respectivement cinquième et sixième (ou dernier et

avant-dernier) de ce Prix Eugène Adam, ne sont pas là pour rassurer sur la

solidité du verdict de notre Prix du Jockey Club. Comme supposé, le lauréat,

New Bay (Dubawi) pourrait cette année avoir fait à lui seul la qualité de notre

Derby. Reste que la prestation dominicale de War Dispatch sauve un peu le cru

2015 de notre grand Gr1 pour 3ans.

UN PETIT

FILS DE DARYABA

Dariyan

est le premier produit de la très bonne Daryakana (Selkirk), gagnante du Hong

Kong Vase (Gr1) et du Qatar Prix de Royallieu (Gr2). Elle-même est issue d’une

autre gagnante de Gr1, Daryaba (Night Shift), lauréate des Prix de Diane et

Vermeille (Grs1) en 1999. Daryaba a donné au total cinq gagnants à ce

jour.  Hormis Daryakana, Daryaba a comme

meilleurs produits Daramsar (Rainbow Quest), lauréat du Prix du Conseil de

Paris (Gr2), et Daraybi (Street Cry), gagnant du Prix Marchand d’Or (L).

Daryakana a un 2ans par Dansili, nommé Darabad, et un yearling par Dubawi.

 

PRIX

EUGENE ADAM

Gr2 -

Plat - 130.000 € - 2.000m

Pour

poulains entiers, hongres et pouliches de 3 ans. Poids : 56 kg. Le gagnant,

cette année, de deux courses du Groupe III ou d'une course du Groupe II portera

2 kg, d'une course du Groupe I, 3 kg.

 1ER DARIYAN (56) M3

(Shamardal

& Daryakana)

Pr/S.A.

Aga Khan

El/S.A.

Aga Khan

Ent/A.

de Royer Dupré - J/C. Soumillon

 2E WAR DISPATCH (56) M3

(War

Front & Photograph)

Pr/J.

Allen - El/M. Joseph Allen

Ent/J.-C.

Rouget - J/I. Mendizabal

 3E TORUK (56) M3

(Arcano

& Celestina Agostino)

Pr/Ecurie

Normandie Pur Sang

El/Ecurie

des Monceaux

Ent/Y.

Durepaire - J/P.-C. Boudot

Arqana,

août 2013, Deauville, yearling, 22.000 €, vendu par l’écurie des Monceaux à Christophe

Ferland

Autre(s)

partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Epicuris, Piment Rouge,Mostaneer. Tous

couru (6). (Turf) Bon. 2'09"30. Ecarts : 1 1/2 - CTETE - 1 3/4.