Disparition de rubi ball

Autres informations / 19.07.2015

Disparition de rubi ball

La

triste nouvelle a été révélée ce dimanche sur le blog de l’écurie Papot : Rubi

Ball (Network) nous a quittés. Le cheval a malheureusement dû être euthanasié,

suite à une infection au pied. Rubi Ball aurait marché sur un objet contendant,

causant un abcès au pied. Transporté au Troytown Abbey Hospital, un IRM a

montré que Rubi Ball souffrait d’une tenosynovite perforante. Le traitement à

la clinique n’a pas réussi à stopper l’infection et l’entourage du cheval a dû

se résoudre à l’endormir.

LE

PREMIER GAGNANT DE GR1 DE LA FAMILLE PAPOT

Entraîné

par Jacques Ortet, Rubi Ball débute sa carrière à Auteuil par une huitième

place dans le Prix Pride of Kildare. Ce bel alezan, très élégant, ouvre son

palmarès à Toulouse mais c’est à domicile, lors du meeting de Pau, qu’il se

fait découvrir. Il remporte ses trois premières sorties lors du meeting de Pau,

toutes sur le steeple, avant de malheureusement chuter dans le Prix Antoine de

Palaminy (L). Rubi Ball pose ensuite ses ambitions à Auteuil dès le premier

semestre 2009 : il remporte le Prix Duc d’Anjou (Gr3), se fait remarquer lors

de sa troisième place dans le Prix Jean Stern (Gr2). Il offre ensuite une

première victoire de Gr1 à la famille Papot, en remportant le Prix Ferdinand

Dufaure 2009 (Gr1), devant le champion Long Run (Cadoudal). Ce dernier prendra

sa revanche la même année, dans le Prix Maurice Gillois (Gr1),  Rubi Ball concluant deuxième après voir animé

et commis une faute au dernier obstacle. Il se console en enlevant le Prix

Morgex (Gr3), devant le très prometteur mail de Bièvre (Cadoudal). En 2010,

Rubi Ball remporte le Prix Renaud du Vivier (L) et le Grand Prix de Pau (Gr3)

lors du meeting d’hiver palois. Il est ensuite absent de la compétition au

premier semestre, avant de revenir à l’automne, se classant troisième du Prix

Héros XII (Gr3) avant de remporter le Prix La Haye Jousselin (Gr1) devant le champion

Mid Dancer (Midyan). En 2011, il se classe deuxième du Grand Steeple-Chase de

Paris (Gr1) remporté par Mid Dancer, tout en étant très nettement détaché du

reste de ses adversaires. À l’automne, il défend son titre dans le Prix La Haye

Jousselin, devançant notamment le guerrier Rhialco (Dom Alco).

2012 :

AUTEUIL, MON DESAMOUR

En 2012,

les choses se compliquent pour Rubi Ball. Il remporte à nouveau le Grand Prix

de Pau (Gr3), sur l’hippodrome éponyme si cher à la famille Papot. Il conclut

cinquième du Prix Troytown (Gr3), après avoir commis une faute et en étant

respecté par son jockey. Aligné ensuite au départ du Prix Murat (Gr2), il chute

au moyen open ditch. Rubi Ball revient à Auteuil, dans le Grand Steeple-Chase

de Paris. Malheureusement, alors qu’il avait des ressources, il ne peut éviter

la chute au rail ditch and fence. Dans la consolante, le Prix des Drags, il

saute mal la rivière des tribunes et est arrêté ensuite. L’histoire de désamour

entre Rubi Ball et Auteuil continue à l’automne lorsque, dans le Prix La Haye

Jousselin, il commet une faute à la rivière des tribunes avant de chuter au

rail ditch. En 2013, Rubi Ball prend trois deuxièmes places lors du meeting de

Pau. Le "moteur" est encore là, mais le cœur n’y est plus. Rubi Ball,

lors de sa saison 2012, a montré qu’il ne voulait plus d’Auteuil. Son

entourage, qui remporte en 2013 le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) avec Bel

la Vie (Lavirco), décide de le faire changer d’air. Rubi Ball s’envole pour

l’Irlande, où il rejoint les boxes de Willie Mullins. Il débute outre-Manche

par une deuxième place sur les claies, qui ne sont pas son sport, en novembre

2013, sur le tourniquet de Thurles. Il se classe ensuite troisième du Lexus

Chase (Gr1) à Leopardstown, battu par Bobs Worth (Bob Back) et First Lieutenant

(Presenting), qui ne sont pas les premiers venus. Il devance de bons chevaux

comme Sir des Champs (Robin des Champs), un cheval de Gold Cup (Gr1), et Lord

Windermere (Oscar), futur gagnant du Gold Cup de Cheltenham. Malheureusement,

les soucis de santé le rattrapent et Rubi Ball est obligé de faire l’impasse

sur le reste de la saison. Revenu au préentraînement puis à l’entraînement

depuis quelques mois, il nous a malheureusement quittés ce vendredi 17 juillet

au soir. Très ému, Xavier Papot nous a déclaré : « Rubi Ball était notre

champion… Il restera notre champion. »