Droit de réponse : précisions sur la stratégie marketing, développement et communication de france galop

Autres informations / 22.07.2015

Droit de réponse : précisions sur la stratégie marketing, développement et communication de france galop

Jean-Christophe

Giletta, directeur général adjoint de France Galop, en charge de la

communication, du marketing et du développement, nous a fait suivre sa réponse

à la tribune libre de Patrick Fellous, président du Syndicat national des

propriétaires de chevaux de courses au galop, parue dans notre édition du 18

juillet. Il s’agit du troisième volet d’un échange né de la présentation du

bilan des actions marketing et communication de France Galop du premier

semestre 2015, parue dans Jour de Galop du 17 juillet.

Dans la

tribune libre parue dans JDG du samedi 18 juillet, Patrick Fellous réagit au

bilan du premier semestre des actions menées par France Galop dans le domaine

du marketing et de la communication. Je regrette que Patrick Fellous n’ait pas

assisté au dernier Comité du 22 juin, instance de débat collectif qui lui

aurait permis de partager ses interrogations directement, comme d’autres

membres ont pu le faire. La stratégie marketing et le plan d’actions portés par

la Direction marketing et communication de France Galop, pour redonner de

l'attractivité aux courses à moyen terme, ont été partagés et validés en

Conseil d’administration en mai 2013 avant d’être présentés au Comité un mois

plus tard. Loin d’être "du sable", c’est une véritable stratégie

bâtie sur cinq ans, accompagnée d’un plan d’actions détaillé. Cette stratégie

marketing vise à redonner de la valeur aux courses françaises et à remettre le

client au centre de nos préoccupations. Et on parle bien ici de tous les

clients : parieurs/turfistes, propriétaires, néophytes, annonceurs, diffuseurs,

médias, etc. Ce plan d'actions prend appui sur quatre leviers majeurs (les

courses, les hippodromes, les propriétaires, le marketing), à actionner concomitamment

car ils sont tous interconnectés. Vingt-et-un chantiers au total, illustrant

ces quatre leviers, ont été identifiés et lancés. Certains sont encore en

cours, notamment celui du marketing commun des courses. L’ensemble des

chantiers développés depuis deux ans l’a été sans budget supplémentaire, à

partir d’économies réalisées. C’est notamment le cas de la transformation

digitale en cours de nos outils de communication, de la théâtralisation de

vingt grandes réunions de courses par an, de toutes les actions en région du

"Département Propriétaires", des nouveaux services destinés aux

propriétaires, comme l’espace des vainqueurs et les jardins lors des Grand

Prix. Il faut aussi inclure dans ces chantiers les moyens additionnels de

captation comme les caméras embarquées et les drones, etc. Toutes les actions

engagées par France Galop dans le domaine du marketing, du développement et de

la communication s’inscrivent dans le cadre de cette stratégie et nourrissent

le plan d’actions. Les moyens additionnels financiers dégagés en 2015 pour des

investissements marketing de France Galop ont été mis en grande partie entre

parenthèses car ils poursuivaient les mêmes objectifs que les futurs

investissements nécessaires au marketing commun des courses. Conscient que le

plan d’actions mis en oeuvre côté galop ne suffirait pas à inverser durablement

la tendance générale, France Galop a initié début 2014 la démarche d’analyse

stratégique du groupe de travail du marketing commun des courses en

collaboration avec Le Trot, le PMU, Equidia et la F.N.C.F. (Fédération

nationale des courses françaises). La présentation générale, réalisée le 22

février dernier, du plan de transformation des courses françaises à l’horizon

2020, devant les deux Comités, réunis pour la première fois de l'histoire des

courses, a été validée. Patrick Fellous a assisté à cette présentation et a

même salué le travail d’analyse sans précédent et les recommandations proposées

par le groupe de travail

Le 7

juillet dernier, ce même groupe de travail a présenté au Comité stratégie et

finances du marketing commun des courses la traduction financière en matière de

charges et de revenus additionnels de ce plan de transformation à l'horizon

2020. Cette stratégie commune du marketing commun des courses doit aboutir à

des partis pris clairs en matière de messages, de publics à toucher et définir

les canaux de diffusion les plus porteurs. Je souhaite à présent revenir sur

deux points de la tribune de Patrick Fellous du 18 juillet en particulier.

1/ LES

USAGES CHANGENT

Tout le

monde peut visionner le Quinté Plus en direct tous les jours sur son smartphone

ou sa tablette. Quel intérêt de payer au prix fort une exposition pour une

rediffusion du Quinté Plus sur TF1 ou France 2 à 20 h 30, avec cinq heures de

différé ? Quel intérêt de diffuser les mêmes images de courses aux parieurs et

aux néophytes alors que l’on sait que leurs attentes ne sont pas les mêmes ? Le

groupe marketing commun des courses répondra cet automne à ces nouveaux enjeux

qui impliquent des investissements coûteux pour l’Institution sur les canaux

les plus efficaces, que ce soit en télévision ou par les nouveaux médias.

Évitons de choisir sans fondement ni stratégie.

2/ ENFIN

SUR NOTRE CHAMPIONNE TREVE

Un plan

d’actions digital # Follow Trêve inédit est mis en oeuvre depuis deux mois pour

sa médiatisation avec le concours de Christiane Head-Maarek et de son neveu

Christopher. Plus de 55.000 personnes suivent la championne sur les réseaux

sociaux. Des médias généralistes suivent également # Follow Trêve. Ainsi, à la

rentrée, France 2 consacrera dans son émission Stade 2 un portrait de 10

minutes de cette grande championne. L’Équipe Magazine lui consacrera huit pages

également. D’autres médias généralistes suivront, c’est certain. Nous donnons

rendez-vous à Patrick Fellous au moment du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe dans

la tribune Follow Trêve, déjà largement préemptée par ses supporters et

internautes.

Enfin,

j’encourage vivement Patrick Fellous à ouvrir un compte Facebook et un compte

Twitter pour soutenir, partager avec ses amis et mesurer l’impact de

l’opération # Follow Trêve ainsi que le travail des équipes de France Galop

dans le domaine du digital et des réseaux sociaux. Car aujourd’hui déjà, la

tendance est "mobile and digital first" ! »