Dubawi, le rêve réalisé du cheikh

Autres informations / 22.07.2015

Dubawi, le rêve réalisé du cheikh

Propriété

privée, accès interdit. Dubawi (Dubai Millennium) vient de terminer sa dixième

saison de monte et il est plus que jamais "l’étalon maison" de la

famille Maktoum. Le prix de saillie, à 125.000 livres, le rend désormais

presque inaccessible. Même un éleveur pouvant s’offrir une telle saillie peut

voir sa jument refusée parce qu’elle n’est pas assez "bonne". En

attente des données 2015, on notera que Dubawi a sailli 160 juments en 2014,

dont 96 à la famille Maktoum et ses amis. Cela n’a rien de surprenant. Un jour,

Gerhard Kru¨ger, grand professionnel du trot qui élevait aussi des vaches,

m’avait expliqué :  « Dans l’élevage,

c’est celui qui a le taureau qui commande. » Cela semble aussi se vérifier chez

les pur-sang.

AU DELA

DES CHIFFRES

Les

chiffres mis en avant dans la publicité de Dubawi sont impressionnants. Il est

l’étalon ayant le plus rapidement franchi le cap des 50 gagnants de Groupe. À

ce jour, il a produit 63 gagnants de Groupe – dont 20 de Gr1 – avec un taux de

réussite de 10 %. Il y a un autre élément que les chiffres ne soulignent pas :

Dubawi a remporté, en tant qu’étalon, le Prix du Jockey Club et le Juddmonte

Grand Prix de Paris la même année avec deux chevaux différents, New Day et

Erupt. Le dernier fut Tourbillon en 1945 – il y a 70 ans ! – avec Coaraze et

Caracalla II, l’avant-dernier fut Saxifrage avec Monarque et Ténébreuse en

1887.

DUBAI

MILLENNIUM, LE TRESOR DU CHEIKH MOHAMMED AL MAKTOUM

Pour

comprendre l’amour que le cheikh Mohammed portait à son champion Dubai

Millennium, il faut avoir assisté à la présentation des partants dans le rond

de Nad Al Sheba, avant l’édition 2000 du Dubai World Cup (Gr1). La seule

présence de ce grand cheval bai semblait remplir l’hippodrome. Le cheikh

Mohammed avait accordé une interview télévisée dans le box de Dubai Millennium

deux jours avant la grande épreuve, qui fut le sommet d’une carrière auréolée

de quatre victoires de Gr1 – avec une marge totale de 22 longueurs et demie –

et d’un seul échec (neuvième du Derby). Le cheikh avait déclaré à cette

occasion : « Il suffit de le regarder dans les yeux et de le caresser pour

réaliser qu’il est un cheval différent de tous les autres. » Dubai Millennium

était un véritable plaisir pour les yeux pour les spectateurs. Un instant

d’autant plus précieux qu’il est malheureusement rapidement disparu,  après une seule saison de monte.

LES 54

PRODUITS DE DUBAI MILLENNIUM

Lors de

l’entrée de son chouchou au haras, en 2001, le cheikh Mohammed l’avait proposé

à 100.000 livres et l’étalon avait rassemblé 105 poulinières dans son carnet de

monte. Le sire n’a pas eu le temps de terminer sa première saison car il est

mort fin avril. Les statistiques nous apprennent qu’il a eu le temps de saillir

65 poulinières qui ont donné 54 produits vivants. La famille Maktoum possédait

déjà la majorité des fils de Dubai Millennium– via son élevage personnel – mais

le cheikh Mohammed décida alors d’en récupérer le plus possible, en achetant

les poulinières pleines et les foals. Après les ventes de yearlings en 2003, où

il a acheté une femelle pour 1.200.000 guinées et un mâle pour 1.200.000 euros

(le futur Echo of Light), le cheikh Mohammed et la famille Maktoum avaient le

contrôle de 50 des 54 "Dubai Millennium" existants et 28 étaient

enregistrés sous l’entraînement de Saeed bin Suroor. Dubawi était l’un deux. Il

était l’un des 16 fils de Dubai Millennium issus d’une mère gagnante de Gr1. Sa

mère, Zomaradah (Deploy), issue d’une demi-soeur du Derby winner High Rise,

avait remporté les Oaks d’Italie (Gr1) sous l’entraînement de Luca Cumani et

pour la casaque du cheikh Mohammed bin Obaid Al Maktoum. Zomaradah avait ajouté

à son palmarès les E.P. Taylor Stakes (Gr2) en fin de saison et le Premio Lydia

Tesio (Gr2) à 4 ans, avant de terminer troisième du Breeders’ Cup Filly &

Mare Turf (Gr1), à Gulfstream Park, un hippodrome maudit pour les européens.

INVAINCU

EN TROIS SORTIES A 2ANS

Dubawi a

débuté le 4 juin à Goodwood, en semi-nocturne, le jour des Oaks. Il était

estimé au point que Frankie Dettori, deux heures après avoir remporté les

Princess Elizabeth Stakes (Gr3) avec Gonfilia (Big Shuffle), fit le déplacement

depuis Epsom pour le monter. Le poulain était démonstratif le matin mais il

n’était que le deuxième favori d’un maiden à cinq partants sur 1.200m.

Nonchalant à l’ouverture des stalles, il s’était réveillé à quatre cents mètres

du poteau pour gagner d’un peu plus d’une longueur, se montrant très vert.

Suite à ce succès, le poulain s’est retrouvé propulsé favori des Superlative

Stakes (Gr3, 1.400m), à Newmarket en juillet. Dubawi s’était alors imposé d’une

demi-longueur devant Henrik (Primo Dominie) et Wilko (Awesome Again), lauréat

du Breeders’ Cup Juvenile (Gr1) quelques mois plus tard. Godolphin décidait

alors de le supplémenter dans les National Stakes (Gr1, 1.400m) en Irlande.

Ballydoyle avait des 2ans assez moyens cette saison-là et Dubawi remporta son

premier Gr1 dans un canter.

UN TOP

MILER MAIS PAS SEULEMENT

Apres

l’hiver à Dubaï, Dubawi a fai sa rentrée dans les 2.000 Guinées (Gr1, 1.600m)

avec le statut de favori à 11/8. Pas à son aise sur le terrain léger, il ne

finissait que cinquième, à trois longueurs du lauréat Footstepsinthesand

(Giant’s Causeway). Godolphin décidait alors de l’envoyer au Curragh, pour

l’équivalent irlandais. Dans cette épreuve, Dubawi a fait la différence en

quelques foulées, s’imposant de deux longueurs face à Oratorio (Danehil). Dès

lors, le Derby (Gr1, 2.400m) s’imposait comme un passage logique. Frankie

Dettori était serein avant l’épreuve : « Dubawi est le meilleur cheval du lot.

S’il tient, il va gagner et s’il ne tient pas... tant pis, il reviendra sur

d’autres distances ». Dubawi n’a pas tenu. Apres avoir galopé librement avec le

favori, Motivator, en point de mire, il a baissé de pied dans les trois cents

derniers mètres. Il conclut troisième à huit longueurs. Dubawi pouvait par

contre tenir 2.000m, mais il ne s’est jamais essayé sur cette distance. Deux

mois et demi après le Derby, il a effectué sa rentrée dans le Prix Jacques Le

Marois (Gr1, 1.600m). À Deauville, il a battu Whipper (Miesque’s Son) en

terrain très souple, ce dernier étant un grand spécialiste de la ligne droite

normande. Suite à cette victoire, Godolphin avait deux options pour la sortie

suivante de Dubawi: les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1) sur 1.600m ou les

Champion Stakes (Gr1) sur 2.000m. Dirigé sur le mile, il se retrouva pris au

piège dans une "course bidon" au cours de laquelle son leader,

Blatant (Machiavellian), avait travaillé pour l’adversaire Starcraft (Soviet

Star) alors que le petit peloton (six partants) s’était divisé en deux. Dubawi

était dans la mauvaise portion de la piste… Il termina deuxième. Dans

l’alternative des 2.000m, il aurait été bien supérieur à David Junior (Pleasant

Tap) et Pride (Peintre Célèbre), les deux premiers des Champion Stakes. Ce fut

sa dernière sortie.

SHAMARDAL,

"AMICALEMENT VOTRE"

Darley

avait deux étalons débutants en 2006, Dubawi et Shamardal (Giant’s Causeway).

Ces deux jeunes sires présentaient plusieurs points communs : lauréats de Gr1 à

2ans, classiques à 3ans, issus de jeunes étalons (Dubai Millennium et Giant’s

Causeway). Le choix fut de proposer les deux dans la même tranche de prix.

Dubawi faisait la saillie à 25.000 livres à Dalham Hall, alors que Shamardal

fut assigné à Kildangan Stud en Irlande, au tarif de 40.000 euros. Dubawi a été

très soutenu lors de sa première saison. 

Il a sailli 140 poulinières dont 27 gagnantes de Stakes. Le prix était

correct et plusieurs éleveurs avaient choisi le fils de Dubai Millennium, avec

un pedigree assez facile à croiser, Northern Dancer et Raise z Native se

situant en quatrième et cinquième génération. Dubawi ne fut pas explosif avec

ses premiers yearlings en 2008 – 58 vendus à un prix moyen de 66.586 guinées

–et sa deuxième production avait même subi une baisse – 59 vendus, prix moyen

de 51.472 guinées. Cette baisse fut par la suite difficile à expliquer car, fin

2009, Dubawi était tête de liste des étalons de première production avec 26

gagnants individuels, devant Shamardal qui dominait le classement par les

gains. Avant les débuts de leurs premiers poulains,  Dubawi et Shamardal avaient échangé leur

place dans les haras de Darley pour une saison de monte, en 2008, soit l’année

avant la hausse de leur prix de saillie. Dubawi était alors proposé à 15.000

livres et Shamardal à 20.000 euros. Beaucoup d’éleveurs ont saisi cette

opportunité et c’est la raison pour laquelle on a trouvé assez facilement des

femelles par Dubawi et Shamardal sur le marché. Même en 2010, les deux étaient

proposés à un prix très raisonnable : 20.000 livres pour Dubawi et 20.000 euros

pour Shamardal.  La première génération

de Dubawi fut remarquable, avec 16 gagnants de Groupe, dont 4 dans l’hémisphère

Sud. Makfi, Worthadd, Prince Bishop, lauréat du Dubai World Cup (Gr1) cette

année, Monterosso et Lucky Nine, champion sprinter à Hongkong en sont issus.

15.000,

LA GRANDE PROMOTION

La

décision de baisser le prix de saille de Dubawi en 2009 a eu un impact sur le

plan de la qualité du "harem" qui lui fut proposé. Ce n’est pas un

hasard si sa génération la moins titrée, celle des 5ans, correspond à celle où

son prix fut le plus bas. Avec la promotion 2010, Dubawi n’a donné que six

gagnants de Groupe – dont deux en Europe – quand il a officié à 15.000 livres.

En 2011, Dubawi a fait son entrée dans le marché des "top-étalons" en

affichant un prix de saillie à 55.000 euros avant de monter à 75.000 euros en

2012 et 2013 puis à 100.000 euros en 2014 et 125.000 euros en 2015. La

génération 2012 est forte de sept gagnants de Groupe, avec Erupt et New Bay en

tête de liste Mais il faut aussi porter beaucoup d’estime à Time Test, lauréat

de Gr3 à Royal Ascot à la manière d’un gagnant de Gr1, au très bon Mubtaahij,

au hongre Almanaar… En outre, les "Dubawi" ont montré leur capacité à

progresser avec l’âge. Il faut aussi remarquer le fait que, sur les 20 gagnants

de Groupe âgés de 5ans et plus, aucun n’a été élevé par Darley. Et pourtant sur

les 144 poulinières envoyées à Dubawi en 2011, Darley en avait pas moins de 50.

Shadwell, avec 15 juments, a sorti deux gagnants de Groupe. Juddmonte a tout

particulièrement réussi, avec deux poulinières, Cinnamon Bay et Passage of

Time, qui ont donné New Bay et Time Test. La famille Niarchos a connu la même

réussite. Avec le recours de seulement deux saillies en 2011, elle a obtenu

Erupt, le lauréat du récent Grand Prix de Paris (Gr1).

 

LES 2ANS

PAR DUBAWI ISSUS DE MÈRES LAURÉATES DE GR1

Éleveur           Poulain                       Sexe    Mère

              Père de mère

Darley             Aurora Leigh              F          Asi

Siempre    El Prado

Darley             Bailarico                     M        Baila

Me         Samum

Darley             Praia                           F          Cape

Verdi     Caerleon

Darley             Silk Words                 F          Gossamer

       Sadler's Wells

Darley             Kashira                       F          Kazzia

            Zinaad

Darley             Race Day                    M        Nadia

             Nashwan

Darley             Night Winer               M        Nahoodh         Clodovil

Darley             Pietrafiore                   F          Porto

Roca      Barathea

Darley             Pergamino                  M        Pryka              Southern Halo

Darley             Strepitant                    H         Shawanda

      Sinndar

Darley             Dufay                         F          White

Moonstone Dynaformer

Darley             Dubawi Flame            M        Flame of

Gibraltar Rock of Gibraltar

Darley             Amerindia                  F          Satwa

Queen Muhtathir

W.

Farish        Eyeshine                     F          Casual Look   Red

Ransom

Haras de

la Perelle Robiano               M        Reggane          Red

Ransom

Haras de

Saint-Pair N.                       M        Pearly Shells   Efisio

Haras de

S.A. l'Aga Khan Vedevani            M        Vadawina       Unfuwain

Haras de

S.A. l'Aga Khan Zarak       M        Zarkava           Zamindar

Juddmonte

Farms Forge                    M        Heat Haze       Green Desert

Shadwell

Estate Raaqy                      F          Natagora         Divine Light

Shadwell

Estate Elraazy                    F          Eswarah          Unfuwain

Stanley

Estate Frontiersman              M        Ouija Board    Cape Cross

Watership

Down Stud Firmas           M        Crystal Music Nureyev

Watership

Down Stud So Mi Dar     F          Dar Ré Mi       Singspiel

 

LE

MEILLEUR EST A VENIR

Dubawi a

commencé à vraiment devenir un étalon "maison" en 2012 quand il reçu

62 poulinières Darley sur 144. Le cheikh Mohammed peut donc compter sur une

cinquantaine de 2ans par Dubawi, dont une douzaine sont issus de lauréates de

Gr1 ! À noter que six 2ans par Dubawi, qui courent sous la bannière Godolphin,

font partie de l’effectif d’André Fabre. Fort logiquement les yearlings par

Dubawi sont devenus plus rares sur le marché. En 2012, ils étaient 66 – 62

vendus à un prix moyen de 113.364 guinées. Douze mois après, ils n’étaient plus

que 21 – 17 vendus au prix moyen de 366.350 guinées. En 2014, 13 poulains sur

15 ont trouvé preneur à un prix moyen de 620.608 guinées. Six

"Dubawi" ont dépassé le million d’euros l’année dernière aux ventes

de yearlings et John Ferguson a signé le bulletin d’achat de cinq d’entres eux.

Le sixième, une pouliche fille de la gagnante des Oaks Casual Look, a été vendu

pour 1.450.000 dollars à la famille Niarchos. La qualité des poulinières

envoyées à Dubawi s’est encore améliorée. Darley a communiqué sur le fait que

330 des 381 poulinières pleines de Dubawi, au cours des trois dernières saisons

– soit les mères des 2ans, yearlings et foals actuels – sont gagnantes de

Groupe ou filles ou sœurs de lauréats à ce niveau.

EN

ATTENDANT L’ETIQUETTE "PRIVATE"

Fonctionner

comme seul étalon "maison" serait un facteur limitant pour Dubawi car

cela l’exclurait simultanément d’une grande diversité de sang et de pratiques

d’élevage différentes. Le fait que tous les grands haras aient envoyé une ou

plusieurs poulinières à l’étalon de Darley ces dernières saisons est de ce

point de vue rassurant. Reste le facteur prix. Pour ceux qui n’ont pas un budget

"sans limite", il y a dorénavant un choix conséquent de fils de

Dubawi en Europe : Makfi (stationné en France aux Aga Khan Studs), Poet’s Voice

(Darley), Worthadd (Irish National Stud), Waldpark (stationné en France au

haras du Thenney) et Universal (Yorton Farm). Le prix de saillie de Dubawi ne

baissera pas en 2016. Au fil du temps, Darley – qui a toujours suivi une

politique commerciale très agressive avec Dubawi – peut décider de faire encore

monter le prix ou de simplement afficher l’étiquette "private" comme

l’avait fait Coolmore en 2008 pour Galileo. Après une longue bataille sur le

terrain de l’élevage avec le groupe irlandais, le cheikh Mohammed a trouvé son

"Galileo" et il doit en profiter. Son amour fou pour Dubai Millennium

trouve en son fils miraculeux Dubawi une récompense à la hauteur de ses

rêves.  Du moins, c’est ce qu’on est en

droit de croire. Car le cheikh Mohammed Al Maktoum a toujours rêvé avec les

courses.  Il ne s’en est jamais caché.

 

LA

CARRIÈRE DE DUBAWI AU HARAS

(sauf

précision les prix sont exprimés en livres anglaises)

Année de

naissance    Prix de saillie Gagnants de Groupe Gagnants        Prix moyen    Nbre                                                                                                                               yearlings

(hém. Nord/Sud)        de

Gr1                  yearlings vendus

2007                           25 000             16 (12/4)                     9                      66

586             58

2008                           25 000             12 (12/0)                     3                      51

472             59

2009                           40 000€           14 (9/5)                       3                      101

476           36

2010                           15 000             6 (2/4)                         2                      85

154             25

2011                           20 000             8 (8/0)                         1                      114

364           62

2012                           55 000             7 (7/0)                         2                      366

350           17

2013                           75 000             -                                  -

                     620 608           13

TOTAL                                              63

(50/13)                   20