Elliptique ou le grand jour d’amélie foulon

Autres informations / 22.07.2015

Elliptique ou le grand jour d’amélie foulon

Moment

d’émotion à l’arrivée du Grand Prix de Vichy (Gr3). En s’imposant de bout en

bout dans cette course, Elliptique (New Approach) a offert un premier Groupe à

son jockey, Amélie Foulon, laquelle est devenue professionnelle suite à cette

victoire. En effet, la jeune femme a fait coup double avec un premier succès au

plus haut niveau et une soixante-dixième victoire synonyme de perte de la

décharge.  Une grande soirée pour un

grand moment. L’apprentie d’André Fabre a installé Elliptique en tête à la

sortie des stalles. Se montrant allant, le cheval de la famille Rothschild

s’est progressivement détaché de Baz (Mount Nelson), lequel galopait plusieurs

longueurs devant Dartagnan d’Azur (Slickly). Dans le tournant, Elliptique s’est

posé. À l’entrée de la ligne droite, Amélie Foulon a été bien avisée en allant

chercher le bon terrain en dehors. Attaqué par Mambomiss (Mastercraftsman) à mi-ligne

droite, Elliptique est reparti courageusement pour signer sa deuxième victoire

de Groupe, après son succès dans le Prix de Condé (Gr3) 2013.

LA

PREMIERE FEMME JOCKEY GAGNANTE D’UN GROUPE EN PLAT EN FRANCE

Si, en

France, dans la discipline de l’obstacle, les femmes au palmarès des Groupes

sont bien présentes, ce n’est pas le cas en plat. Là encore, Amélie Foulon a

réalisé un exploit en s’imposant dans ce Grand Prix de Vichy. Elle est ainsi

devenue la première femme jockey à enlever un Groupe en plat en France.

Apprentie chez André Fabre, la jeune femme de 22 ans compte, après le Grand

Prix, 414 courses disputées pour soixante-dix victoires et cent

cinquante-quatre places. Elle avait débuté en course école à Longchamp avec

Regency Romance. L’an dernier, en début d’année, elle a connu un souci à un

genou et elle venait tout juste d'effectuer sa réapparition sur les pistes. La

victoire avec Elliptique tombe donc à point nommé. « Aujourd’hui, nous avions

décidé de le monter de l’avant pour ne pas subir la course s’il n’y avait pas

de train, a déclaré Amélie Foulon. Il a pu avoir toutes ses aises. Il a bien

répondu aux attaques à la fin. Le fait de le connaître le matin m’a énormément

aidée. À un moment donné dans la course, je me suis demandée si le cheval irait

au bout. Mais comme je l’ai dit, il est loin d’être bête et il connaît bien son

métier. Nous avions également décidé, avec mon patron, de venir à l’extérieur,

pour avoir l’appui du rail notamment. Je suis heureuse d’être la première femme

à gagner un Groupe en plat. J’espère que ça ne va pas s’arrêter là. Je voudrais

remercier mon patron et ma patronne qui me font confiance pour monter ces

courses et ces chevaux-là, et mon entourage qui me soutient au quotidien. Cette

victoire, je l’ai gagnée avec mon cheval, mais aussi avec toutes les personnes

qui sont autour de moi. En comptant mon apprentissage, cela va faire dix ans

que je suis au service de monsieur Fabre. Je viens du Nord-Pas-de-Calais.

Lorsque j'étais plus jeune, mon oncle m’emmenait sur les hippodromes. Une

passion est née dès que j’ai vu mes premières courses. J’ai commencé comme

cavalière d’entraînement et cela fait trois ans que je suis jockey

d’entraînement. Je prends énormément de plaisir à monter tous les jours, à

travailler les chevaux pour les amener à leur meilleur niveau. La confiance

s’installe avec le temps et le travail que l’on fournit. Je suis très heureuse

d’avoir perdu ma décharge, mais je ne vais pas baisser les bras et j’espère

continuer sur ma lancée. Passer professionnelle est un cap difficile à

franchir. Mais maintenant que c’est effectué, je vais continuer à me battre. Ça

fait vraiment plaisir de s’imposer dans une course de Groupe, surtout face aux

garçons, puisqu'il est vrai qu'il s'agit d'un milieu très masculin. Et aujourd’hui

je voudrais prouver qu’avec cette victoire, nous avons, nous aussi les femmes,

notre place dans ce monde parmi les garçons. Je reste très motivée pour

l’avenir. C’est un jour exceptionnel, une soirée qui restera toujours gravée

dans ma mémoire. Je suis la plus heureuse aujourd’hui et j’espère que j’aurai

d’autres moments comme celui-ci. Chaque victoire est un plaisir, mais gagner à

ce niveau-là décuple ce plaisir ! »Poulain très régulier, Elliptique avait

débuté victorieusement dans le Prix d’Etreham (B) avant d’enlever à l’automne

le Prix de Condé. Au printemps de ses 3ans, il n’a pas répondu aux attentes

avant de remontrer le bout de son nez à l’automne.  Oscillant entre Listeds et Grs3, catégories

dans lesquelles il est redoutable, il doit avoir la pointure pour enlever une

épreuve de prestige en Italie, en Allemagne ou aux États-Unis.

PRESQUE

30 ANS APRES L’OBSTACLE ET PLUS DE 10 ANS APRES LE TROT

Si l’on

veut établir un parallèle avec l’obstacle, il faut citer Béatrice Marie. En

selle sur Goodea (Goodland), elle remporta la Grande Course de Haies d’Auteuil

en 1988, à une époque où les courses d’obstacle n’étaient pas labellisées

Groupe. Dans la décennie suivante, Anne-Sophie Madeleine allait grimper au

firmament, notamment grâce à Mon Romain (Nerio), auteur avec elle d’un doublé

dans le Grand Prix d’Automne (Gr1) en 1997 et 1998. Depuis Nathalie Desoutter a

pris le relais, commençant sa collection de Groupes dans le Prix Héros XII

(Gr3) en 2004, en selle sur Kario de Sormain (Gunboat Diplomacy). Avec la même

Kario de Sormain, elle a aussi remporté le Prix Georges Courtois (Gr2) la même

année. Au trot, Nathalie Henry a multiplié les succès dans les Groupes en 2004,

décrochant notamment le Prix du Président de la République (Gr1) avec Migraine

(Alligator). Depuis Céline Leclerc, 

Camille Levesque et consorts ont pris le relais.

MAMBOMISS

TOUT PROCHE D’UN PREMIER GROUPE

Il y a

un an, Mambomiss avait brillamment gagné sa course lors de cette même réunion.

Là, elle n’est pas passée loin d’un premier succès de Groupe. Après avoir

attendu, elle a attaqué Elliptique, donnant un instant l’impression de pouvoir

l’emporter. Mais elle n’a rien pu faire quand le protégé d’André Fabre est

reparti sous les sollicitations d’Amélie Foulon. « La jument venait très bien au

passage de route, a dit Damien de Watrigant, entraîneur de Mambomiss.

Aujourd'hui, la piste est bonne et elle est plus incisive sur un terrain

souple. Elle est peut être battue par meilleur. Franck [Blondel, son jockey,

ndlr] lui a donné un bon parcours. Nous sommes déjà plusieurs fois placés de

Groupes, c’est une jument élevée à la maison, 

ce n’est que du bonheur. Nous allons apprécier la façon dont elle rentre

de sa course et peut-être l’engager dans le Prix Jean Romanet (Gr1). » Second

pensionnaire d’André Fabre, Meadow Creek (Dansili) s’est classé troisième

devant Baz et Free Port Lux  (Oasis

Dream). Favori de la course, ce dernier s’est montré tendu dans les stalles

après que Dartagnan d’Azur a lui-même fait des siennes dans les boîtes. Après

avoir patienté, Free Port Lux a été incapable de changer de vitesse pour finir.

LE FRERE

DE CICEROLE

Élevé

par la famille Rothschild, Elliptique est le frère de la bonne Cicerole,

gagnante des Prix de Lieurey, Coronation et de Montretout (Ls), mais aussi

quatre fois placée de Groupe. Il est aussi le frère de Lower East Side, son

compagnon d’entraînement, vainqueur pour ses débuts sous le sable. Mère

d’Elliptique, Uryale (Kendor), a gagné trois courses et conclut troisième du

Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L). Elliptique est aussi le neveu de

Wedding Night (Valanour), vainqueur du Prix Caravelle-Haras des Granges (L).

Troisième mère d’Elliptique, Green Rosy (Green Dancer) a donné America (Arazi),

lauréate du Prix de Malleret (Gr2), avant de produire Américain, gagnant du

Melbourne Cup (Gr1), et Majorien (Machiavellian), gagnant du Prix du Conseil de

Paris (Gr2).

AMÉLIE

FOULON FAIT ENTRER LES COURSES DANS UNE NOUVELLE ÈRE

Amélie

Foulon. 22ans. 70e succès ce mercredi soir dans le Grand Prix de Vichy (Gr3). En

2’07’’48,  le temps mis par Elliptique

(New Approach) pour décrocher son titre, les courses de plat en France sont

entrées dans une nouvelle ère ce 22 juillet 2015. Amélie Foulon est en effet

devenue la première femme à s’être imposée dans un Groupe en plat. Et pour que

cette victoire historique revête encore plus d’importance, au moins pour

elle-même, Amélie Foulon est du même coup entrée dans le cercle des

professionnels, perdant sa décharge d’apprentie grâce à sa 70e victoire. Cet

exploit permet de mettre au diapason l’histoire française du galop, en plat,

avec celles des autres grandes nations du galop. En effet, il y a longtemps que

les courses américaines et britanniques avaient fait leur place, au plus haut

niveau, aux femmes. Outre-Atlantique, Julie Krone et Rosie Napravnik en ont été

des ambassadrices exemplaires. Avec plus de 3.700 succès à son actif, la

première compte nombre de titres de Groupes, dont les Belmont Stakes (Gr1) de

1993 avec Colonial Affair (Pleasant Colony). Après cette première féminine dans

une épreuve de la Triple couronne US, elle devient la première femme à

décrocher une épreuve du Breeders’s Cup. Ce sera en 2003 avec Halfbridled

(Undbridled), dans le Breeders’s Cup Juvenile Fillies (Gr1). Plus près de nous,

Rosie Napravnik a remporté deux courses du Breeders’ Cup : en 2012 avec

Shanghai Bobby (Harlan’ Holiday) et l’an dernier avec Untapable (Tapit).

Outre-Manche cette fois, Hayley Turner a décroché le July Cup (Gr1) en 2011

avec Dream Ahead (Diktat). Malgré ce fait d’armes, elle n’aura été que la

partenaire d’un jour du pensionnaire de David Simcock. La même année, elle

avait remporté plusieurs Listed-races et les Nunthorpe Stakes (Gr1) avec Margot

Did (Exceed and Excel).

ÉDOUARD

DE ROTHSCHILD :« SAVOIR ALLER AVEC SON CHEVAL PRIME SOUVENT SUR LA FORCE»

Joint

après le succès de son représentant, Elliptique (New Approach), dans le Grand

Prix de Vichy (Gr3),  Édouard de

Rothschild était visiblement ému et fier. La monte d’Amélie Foulon a été, à ses

yeux, exemplaire. « Je suis très heureux de ce succès de mon représentant

associé à une jeune femme, Amélie Foulon, car cela prouve, une nouvelle fois,

que la force n’est pas le seul critère de réussite avec les chevaux. Il faut

savoir "aller avec" eux ; il faut savoir s’entendre avec les chevaux

et non se battre contre eux. Et ce soir, Amélie Foulon a monté une course

merveilleuse. J’en avais longuement parlé avec André Fabre avant l’épreuve. Et

nous étions d’accord que déclarer Amélie Foulon sur Elliptique serait un

avantage. Le cheval est quelquefois difficile et peut se mettre à tirer. La

force ne sert à rien dans ces cas-là. Amélie le connaît très bien et s’entend

très bien avec lui ; elle le monte quasi quotidiennement à l’entraînement.

Amélie Foulon possède une excellente main, une main d’or,  et en a fait la preuve ce soir. Ce premier

succès d’une femme dans un Groupe en France est évidemment un symbole fort. Je

suis très fier que cela se soit produit avec un cheval qui porte les couleurs

de ma famille. J’espère que ce succès inspirera tout le monde. Et qu’on fera,

grâce à lui, encore plus confiance aux femmes à l’avenir. » Cette victoire en

rappelant une autre, Édouard de Rothschild nous a dévoilé une anecdote sur la

victoire de son représentant Bailador (Alzao) dans ce même Grand Prix de Vichy

(Gr3) en 2004. « André Fabre n’était pas là ce jour-là et j’avais moi-même

sellé le cheval. C’est évidemment quelque chose d’assez rare pour un

propriétaire. »

 

GRAND

PRIX DE VICHY

Gr3 -

Plat - 80.000€ - 2.000m

Pour

chevaux entiers, hongres et juments de 3 ans et au-dessus . Poids : 3 ans, 53

k.1/2 ; 4 ans et au-dessus, 58k.

 1er ELLIPTIQUE (58) M4

(New

Approach & Uryale)

Pr/

Famille Rothschild

El/

Famille Rothschild

Ent/A.

Fabre- J/A. Foulon

 2e MAMBOMISS (56,5) F4

(Mastercraftsman

& Mambo Mistress)

Pr/

J.-M. de Watrigant

El/

E.A.R.L. Beguerie

Ent/ A.

de Watrigant - J/ F. Blondel

Arqana,

Deauville, aout 2012, yearling, La Motteraye Consignment, 22.000 €, rachetée

 3e MEADOW CREEK (58) M4

(Dansili

& Gentle on My Mind

Pr/ Prce

A. Faisal

El/ Nawara

Stud Co. Ltd

Ent/ A.

Fabre - J/O. Peslier

Autre(s)

partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Baz, Free Port Lux, Dartagnan d’Azur Tous

couru (6). (Turf) Bon. 2'36"07. Écarts : 1 1/4 - 1 3/4 - 1 – 7 – 11