Eruption de nouveaux talents

Autres informations / 14.07.2015

Eruption de nouveaux talents

Comme un

signe, Francis-Henri Graffard, trente-huit ans et représentant la nouvelle

génération des entraîneurs français, a remporté son premier Gr1 pour pur-sang

anglais le jour de la Longchamp Garden Party, l’événement dédié à la jeunesse.

Erupt (Dubawi), l’un des poulains les moins expérimentés au départ, lui a

offert cette grande joie en s’imposant dans le Juddmonte Grand Prix de Paris

(Gr1). Erupt appartient à la famille Niarchos qui a fait confiance au jeune

entraîneur dès son installation, en octobre 2011. Francis-Henri Graffard se

souvient même : « J’avais la sœur d’Erupt à l’entraînement lors de mon premier

hiver comme entraîneur. Elle a dû me faire tomber une trentaine de fois ! J’ai

une relation très privilégiée avec la famille Niarchos. Ma femme, Lisa, a même

travaillé pour Maria Niarchos avant de faire le Darley Flying Start. C’est

encore plus spécial de gagner mon premier Gr1 pour eux. »

UN

PARCOURS EN OR

Pour

enlever cette course, Erupt a bénéficié d’un parcours en or. Il a galopé en

troisième position, bien détendu, derrière Archangel Raphael (Montjeu) et Storm

the Stars (Sea the Stars), qui ont animé l’épreuve sans se presser pendant les

trois quarts du parcours. Derrière, Ampère (Galileo) faisait les bras à Mickaël

Barzalona. À quatre cents mètres du but, Stéphane Pasquier a décidé de lancer

son partenaire qui a alors pris plusieurs longueurs d’avance sur ses

poursuivants. Une tactique judicieuse en bon terrain à Longchamp, d’autant plus

qu’Ampère a mis du temps à trouver le passage. Le pensionnaire d’André Fabre

est venu bien finir, mais trop tard pour priver Erupt de la victoire, qui a

gardé deux longueurs d’avance. Derrière, l’arrivée a été beaucoup plus

disputée, mais Storm the Stars (Sea the Stars), supplémenté comme Erupt, a

conservé la troisième place devant Silverwave (Silver Frost) et Balios

(Shamardal). Erupt n’a débuté qu’à 3ans, à Lyon, gagnant son maiden facilement,

avant de confirmer sur ce même hippodrome au niveau Listed, dans la Coupe des 3

Ans. À Chantilly, il a ensuite gagné le Prix du Lys Longines (Gr3) au courage,

devant Sarrasin (Monsun), plus expérimenté que lui.

FRANCIS-HENRI

GRAFFARD : « LA BASE DE LA RELATION ENTRE UN ENTRAÎNEUR ET UN PROPRIÉTAIRE,

C’EST LA CONFIANCE »

Très

sollicité après ce premier succès dans un Gr1 pour pur-sang anglais (il avait

déjà gagné à ce niveau chez les pur-sang arabes avec Chaddad), Francis-Henri

Graffard a pris le temps de répondre à nos questions. Il explique le parcours

d’Erupt, mais aussi son parcours personnel qui lui a permis d’atteindre ce

niveau en moins de quatre ans.

JOUR DE

GALOP. – ERUPT A UN PARCOURS ATYPIQUE, N’AYANT DEBUTE QU’A 3ANS, ET A LYON.

POURQUOI CE CHOIX ?

Francis-Henri

Graffard. – Il était presque prêt à débuter en fin d’année de 2ans à

Fontainebleau, mais manquait d’un travail. J’ai donc pris mon temps, et j’ai

choisi Lyon, un hippodrome où j’aime débuter mes chevaux. C’est un poulain qui

ne montre strictement rien le matin, c’est pour cette raison qu’il n’avait pas

été engagé dans les classiques. Il est comme les bons "Dubawi", très

lymphatique. Mais il progresse de course en course. Et les terrains souples de

l’automne ne vont pas le déranger. Il avait travaillé à 2ans en terrain souple

et ce n’était pas le même cheval.

QUELLE

SERA LA SUITE DE SON PROGRAMME ?

Il faut

en discuter avec Alan Cooper et la famille Niarchos, mais la logique voudrait

qu’il dispute le Qatar Prix Niel pour préparer le Qatar Prix de l’Arc de

Triomphe.

AVEC DES

CHEVAUX COMME SUMBAL, KARAR ET MAINTENANT ERUPT, VOUS SEMBLEZ AVOIR FRANCHI UN

CAP CETTE ANNEE EN TANT QU’ENTRAINEUR. COMMENT L’EXPLIQUEZ-VOUS ?

Il y a

plusieurs facteurs. Le premier, c’est que j’ai des chevaux de meilleure

qualité. Peut-être que mes propriétaires se sont aussi montrés plus patients…

Et nous avons beaucoup travaillé pendant l’hiver. Je n’ai pas pris de vacances.

Il est important d’être prêt tôt pour être compétitif au printemps. Je crois

aussi que j’ai gagné en expérience, et c’est très important dans notre métier.

REMPORTER

VOTRE PREMIER GR1 POUR LA CASAQUE DE LA FAMILLE NIARCHOS, CELA REVET-IL UNE

IMPORTANCE PARTICULIERE?

La

famille Niarchos m’a fait confiance dès mon installation. Ce sont des

propriétaires en or, qui ne remettent jamais en cause le travail de

l’entraîneur. La base de la relation entre un entraîneur et un propriétaire,

c’est justement la confiance. Je suis vraiment ravi de gagner mon premier Gr1,

encore plus pour eux. J’avais déjà couru des Grs1 l’an dernier, avec Pearl

Flute, mais je me suis rendu compte cette année, après la Poule d’Essai des

Poulains et le Prix du Jockey Club, à quel point il était difficile de gagner

une telle course.

QUEL

PARCOURS AVEZ-VOUS SUIVI AVANT DE VOUS INSTALLER?

J’ai

d’abord effectué des études de droit, dans le but de devenir avocat spécialisé

dans les courses hippiques. Mais après la maîtrise, j’ai décidé de voyager, et

de me former au métier d’entraîneur, car j’ai le goût de la compétition. J’ai

fait le Darley Flying Start, puis travaillé comme représentant du cheikh

Mohammed à Newmarket. Enfin, j’ai travaillé trois ans comme assistant d’Alain

de Royer Dupré avant de m’installer en octobre 2011. Quand j’ai volé de mes

propres ailes, Alain de Royer Dupré m’a donné deux conseils principaux : de

toujours avoir de beaux chevaux au rond, et de les courir s’ils étaient

compétitifs.  J’ai suivi ses conseils,

tout en adaptant sa méthode. J’ai ma façon de faire, car je n’ai pas les mêmes

chevaux, et je n’entraîne par sur les mêmes pistes

ALAN

COOPER : « TRÈS HEUREUX DE LUI OFFRIR SON PREMIER GR1»

Alan

Cooper, le manager de la famille Niarchos, a confié ses impressions après ce

succès : « C'est un poulain qui progresse tout le temps. Il est très calme,

presque nonchalant. Il encaisse très bien ses courses et il progresse à chaque

fois. Il faut vraiment féliciter l'entraîneur et son équipe qui ont su l'amener

tout en progression. Nous avons quatre chevaux actuellement chez Francis : deux

2ans et un 3ans qui n'ont pas débuté. Nous l'avons soutenu depuis qu'il s'est

installé et nous sommes vraiment très heureux de lui offrir son premier Gr1

chez les pur-sang. Nous discuterons ensemble de la suite du programme. Mais

logiquement ce devrait être le Qatar Prix Niel puis le Qatar Prix de l'Arc de

Triomphe. C'est le seul cheval que nous avons engagé dans l'“Arc”. Nous pensons

qu'il sera meilleur en terrain souple, ayant des fers spéciaux. Mais il a gagné

sa Listed à Lyon en terrain rapide, c'était très rapide à Chantilly et du bon

terrain aujourd'hui. ».

AMPERE

PERD SON INVINCIBILITE AVEC LES HONNEURS.

Le

poulain du haras de Saint-Pair s’est montré trop brillant pour fournir sa vraie

valeur, d’autant plus qu’il n’a pas connu une ligne droite très fluide. Son

manque d’expérience a aussi pu jouer. Andreas Putsch, le propriétaire du

poulain, nous a déclaré : « Je suis très content de sa performance. Dans la

descente, il y a eu du mouvement, ce qui l’a déséquilibré et lui a fait perdre

son rythme. Il vient néanmoins très bien finir. Nous attendrons de pouvoir

apprécier la façon dont il récupère avant d'envisager la suite de son

programme. C’est lui qui nous dira. »

STORM

THE STARS ENCORE PLACE DE GR1

Troisième

du Derby d’Epsom, puis deuxième du Derby irlandais, Storm the Stars est encore

placé au niveau Gr1. Maureen Haggas, la femme de son entraîneur, a analysé : «

Storm the Stars a probablement couru un peu moins bien que dans le Derby

d'Epsom et le Derby d'Irlande. Aujourd'hui, 

c'était assez compliqué car, dans les écuries, il s'est retrouvé très

proche des pouliches et cela tendance à vite le déconcentrer ! Il n'était pas

totalement à son travail.  Ceci dit, il

est à nouveau placé de Gr1, après sa deuxième place au Curragh et sa troisième

place à Epsom. Il a déjà beaucoup couru cette saison. Mais le Grand Prix de

Paris était l'une des dernières occasions pour n'affronter que les 3ans et nous

l'avons donc saisie. Désormais, je pense qu'il va avoir droit à un peu de

repos. Nous allons le laisser respirer et probablement viser le St Leger de

Doncaster. »

SILVERWAVE

RASSURE

Silverwave

a rassuré après sa performance décevante dans le Prix du Jockey Club. Le

poulain de l’écurie Hspirit, attentiste, n’a pas été servi par le train peu

sélectif, mais il a bien fini pour prendre une proche quatrième place. Son

entraîneur, Alain Couétil, nous a dit : « Le jour du "Jockey Club",

le poulain n’avait pas respiré et avait été un peu allant. Aujourd’hui, il se

réhabilite et vient bien finir, pour n’être battu que de très peu pour un

meilleur classement. Nous déciderons avec le propriétaire des suites que nous

allons donner à son programme. Balios a longtemps patienté à l’arrière-garde,

s’appuyant beaucoup sur son mors, comme Ampère. Il finit cinquième, tout près,

et son entraîneur, David Simcock, a analysé : « Nous sommes très satisfaits de

sa course. Je pense que l’épreuve n'a pas eu assez de rythme à son goût. Avec

lui, nous pensons avant tout à l'année prochaine. Il trouvera son jour. Rien

n'est encore décidé quant à la suite de son programme, nous allons en parler

avec ses propriétaires. »

UN FILS

DE MARE NOSTRUM

La mère

d’Erupt n’est pas une inconnue. Mare Nostrum (Caerleon) était en effet une

concurrente de haut niveau au début des années 2000. Elle compte à son tableau

de chasse le Prix Vanteaux (Gr3), la deuxième place du Prix Saint-Alary ainsi

que la troisième place du Prix Vermeille (Grs1). Au haras, on lui doit Marie de

Medici (Medicean), gagnante d’une Listed à Newmarket et deuxième du Prix des

Réservoirs (Gr3). Cette dernière est déjà à l’origine de l’excellente Local

Time (Invincible Spirit) qui s’est imposée trois fois durant l’hiver à Dubaï

dont une fois au niveau Gr3. Elle a en revanche échoué dans les 1.000

Guinées  (Gr1). Mare Nostrum a aussi

produit Hespera, la mère de la bonne Lady Penko (Archipenko), troisième du Pour

Moi Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1). La deuxième mère, Salvora (Spectacular

Bid), a donné les compétitrices de Groupe Aube Indienne (Bluebird) et

Raisonnable (Common Grounds), la mère de Sensible, troisième du Prix Ganay

(Gr1).

 

JUDDMONTE

GRAND PRIX DE PARIS

Gr1 –

Plat – 600.000 € - 2.400m

Pour

poulains entiers et pouliches de 3ans. Poids : 58k

 1er ERUPT (58) M3

(Dubawi

& Mare Nostrum)

Pr/Famille

Niarchos

El/Suc

S. Niarchos

Ent/F.-H.

Graffard

J/S.

Pasquier

 2e AMPERE (58) M3

(Galileo

& Amorama)

Pr/Scea

Haras de Saint Pair

El/Scea

Haras de Saint Pair

Ent/A.

Fabre

J/M.

Barzalona

 3e STORM THE STARS (58) M3

(Sea the

Stars & Love Me Only)

Pr/Cheik

Juma Dalmook Al Maktoum

El/Summer

Wind Farm

Ent/W.

Haggas

J/P.-J.

Cosgrave

Autre(s)

partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Silverwave, Balios & Archangel Raphaël.

(Turf) Bon. 2’31’’07. Ecarts : 2 – 1 1/4 - Ctête.