Fusion ladbrokes - coral : creation d’un nouveau geant du pari

Autres informations / 24.07.2015

Fusion ladbrokes - coral : creation d’un nouveau geant du pari

 « Bigger is better » (« plus grand, c’est

mieux »). Voilà un des préceptes de l’économie libérale du marché de masse. Les

numéro deux et numéro trois du marché des paris et jeux outre-Manche, à savoir

Ladbrokes et Gala Coral, viennent d’annoncer leur fusion. Le nouveau Groupe

deviendrait le nouveau numéro un britannique, avec un chiffre d’affaires de

plus de trois milliards d’euros (3,2 milliards d’euros), devant William Hill

(2,3 milliards d’euros). Les pourparlers et négociations étaient en cours

depuis plusieurs semaines et se sont concrétisés cette semaine par la signature

d’un accord entre Jim Mullen et Carl Leaver, respectivement directeurs généraux

de Ladbrokes et de Gala Coral.

UNE

COMPLEMENTARITE NATURELLE ET DES SYNERGIES

Les deux

groupes ont justifié cette fusion par une stratégie de développement. Le

rapprochement des deux groupes permettra « d’accélérer la croissance en ligne,

de réaliser des synergies importantes et de générer de la valeur », ont

expliqué les responsables de l’opération. Il faut dire qu’il existe une vraie

complémentarité de marché et d’occupation du terrain entre les deux groupes.

D’un côté, Ladbrokes développe une activité internationale forte, avec un

savoir-faire dans le pari mutuel et une présence significative en Australie

depuis 2013. De l’autre, Gala Coral possède un réseau de proximité en

Grande-Bretagne très développé, avec plus de 1.800 points de vente, soit à

peine moins que Ladbrokes. Au final, le nouveau Groupe disposera dans un

premier temps de presque 4.000 "betting shops", avant d’inévitables

regroupements sur le terrain, tant les points de vente peuvent être voisins

dans certaines zones urbaines britanniques. L’autorité de la concurrence

anglaise pourrait d’ailleurs émettre un avis sur ce nouveau réseau, surtout si

la concurrence proteste et porte devant elle des arguments justifiant d’un

possible déséquilibre du marché. Mais, au-delà du simple réseau des boutiques,

les synergies seront importantes dans le cadre de cette fusion. Les dirigeants

les chiffrent déjà à 65 millions de livres annuels (92 M€). Pour le président

de Ladbrokes, Peter Erskine, « Cette fusion est une étape stratégique majeure

pour Ladbrokes. Cela permettra d’accélérer encore de manière très forte notre

plan de développement qui s’appuie sur notre expérience client et vise à

augmenter notre place dans l’industrie du loisir et du divertissement.

Ladbrokes et Coral ont deux activités très complémentaires, avec une histoire

riche, une implantation forte au Royaume-Uni et un développement international

indéniable. Ensemble, nous allons créer le leader sur le marché du pari et des

jeux, en proposant notamment des offres multicanaux commercialement sans

équivalence. Cela dans le cadre d’une couverture nationale et internationale

très forte. Cette transaction nous permettra de générer de la valeur et de

réaliser des économies grâce aux synergies. Nul doute que nos actionnaires

devraient en toucher rapidement les dividendes. »

UN

DEVELOPPEMENT PAR L’ONLINE

Pour le

président de Gala Coral, Rob Templeman, la complémentarité va permettre de

grandes choses. « Ensemble, nos deux sociétés seront plus fortes dans

l’économie du numérique. Nous serons plus forts dans les marchés de haute technologie

et aurons plus de ressources pour continuer notre croissance. » La stratégie de

développement de cette nouvelle entité passe par l’online. Les offres de paris

sur Internet devraient être multipliées et largement mises en avant lors des

prochaines campagnes de communication. La notion de client, d’expérience client

et d’offres ludiques sont aussi partie intégrante du vocabulaire du groupe en

construction. Côté joueurs, la fusion permettra aussi d’accéder à des masses

d’enjeux supérieures et, par conséquent, à des espoirs de gains en hausse. La

forte présence à l’international de Ladbrokes, où il propose souvent des offres

en pari mutuel, fera souvent du nouveau mastodonte britannique un acteur leader

du marché. Ce sera notamment très rapidement le cas en Australie où Ladbrokes a

massivement investi depuis 2013. C’est Jim Mullen, directeur général de

Ladbrokes, qui héritera de la direction du nouveau groupe. Son homologue chez

Gala Coral, Carl Leaver, sera quant à lui président exécutif pendant les douze

prochains mois et aura en charge le déploiement des synergies.

LE BON

MOMENT POUR LADBROKES

Cette

fusion arrive au bon moment pour Ladbrokes qui traverse une période difficile.

Le numéro deux britannique vient ainsi de dévoiler ses résultats semestriels et

ils sont en baisse sur le premier semestre 2014. Si son chiffre d’affaires

reste stable à 588,8 millions de livres (831,9 M€), son résultat opérationnel a

baissé de 39 % pour s’établir à 41,7 millions de livres (58,9 M€), contre 67,5

en 2014 (95,3 M€).

CHIFFRES

CLÉS

-

Chiffre d’affaires prévisionnel 2015 : 2,97 Mds £ (3,25 Mds €)

- Betting

shops : presque 4.000

-

Estimation des économies annuelles dues aux synergies : 65 M£ (92 M€)

WILLIAM

HILL : ACTUEL NUMERO UN QUI DEVIENDRA NUMERO DEUX APRES LA FUSION

Avec un

chiffre d’affaires de 1,61 milliard de livres en 2014 (2,30 Mds €), William

Hill, leader du marché des jeux et paris en Grande-Bretagne, devra laisser sa

première place au nouveau mastodonte Ladbrokes Gala Coral.