Kauto star nous a quittés : farewell, champion

Autres informations / 30.06.2015

Kauto star nous a quittés : farewell, champion

 

La nouvelle est

tombée ce mardi matin : Kauto Star, légende des courses d’obstacles, n’est

plus. Le cheval a été victime d’un accident mercredi dernier. Comme d’habitude,

il a été lâché dans son paddock. Les circonstances de l’accident restent assez

floues. Selon Clive Smith, propriétaire de Kauto Star : « Il a été lâché au

paddock, comme c’est toujours le cas à cette période de l’année pour lui, et il

semblerait qu’il ait sauté quelque chose et trébuché, mais nous ne sommes sûrs

de rien. Il s’est blessé et il est vite apparu que cela était sérieux. Les

vétérinaires l’ont soulagé de la douleur, mais ils ont vite compris que cela

était grave. La chose la plus douce à faire était de l’endormir. Ce fut un

moment horrible. C’était un cheval merveilleux, mais il n’a pas souffert. »

Dans le rapport des vétérinaires, il est expliqué que le pauvre Kauto Star

souffrait de trois fractures au niveau du pelvis. Mais il s’est aussi

probablement fait une fracture au niveau de la colonne vertébrale, à la base de

l’encolure, entre les vertèbres C6 et T2. Selon le rapport vétérinaire, « il

s’agit là de la blessure la plus grave, qui l’empêchait de se lever ». Toutes

ces blessures ont entraîné de fortes complications, notamment une pneumonie et

une fourbure. L’entourage du cheval a donc fait le choix d’abréger ses

souffrances. La nouvelle a été reçue avec une très vive émotion. Sur les réseaux

sociaux, les hommages ont tout de suite afflué, les professionnels comme les

fans des courses faisant part de leur immense tristesse. Le nom de Kauto Star

est vite devenu le mot clé le plus recherché sur Twitter, en Angleterre, signe

de la popularité du cheval outre-Manche.

 

Une jeunesse

française

Kauto Star,

magnifique bai reconnaissable entre tous avec sa grande liste en tête, a été

élevé en France, chez Henri Aubert. C’est donc au Lion d’Angers que le futur

crack a grandi. Il est repéré par l’entraîneur Serge Foucher. Kauto Star débute

sa carrière sur l’hippodrome de Bordeaux-le-Bouscat. Ce jour-là, il s’impose de

peu devant Star Glory (French Glory), monté par Christophe Pieux. Kauto Star a

cependant gêné Star Glory ce jour-là. Après réclamation, le résultat est

maintenu. Mais, après appel de l’entourage de Star Glory, Kauto Star sera

finalement rétrogradé à la deuxième place. Après cela, Kauto Star ouvre son

palmarès pour sa deuxième sortie, à Enghien, avant de confirmer à Auteuil dans

le Prix Go Ahead. À l’automne 2003, il remporte le Prix Robert Lejeune (L),

chute dans le Prix Georges de Talhouet-Roy (Gr3) avant de se classer deuxième

du Prix Cambacérès (Gr1) de la championne Maia Eria (Volochine). Son dernier

succès en France aura lieu dans le Prix de Longchamp 2004 (Gr3). Après cela, il

s’est envolé vers l’Angleterre, où il a écrit sa propre légende…

 

Kauto Star, Paul

Nicholls, Ruby Walsh, et le meilleur ennemi Denman

Kauto Star est

acheté par Anthony Bromley pour Clive Smith, qui le place chez Paul Nicholls. À

Ditcheat, Kauto Star devient le voisin de box de celui qui restera comme son

plus gros adversaire : Denman (Presenting), surnommé "The Tank".

Denman et Kauto Star resteront longtemps indissociables. Ils feront vivre les

plus grandes années de Paul Nicholls, avec le renfort ensuite d’un autre

champion, mais sur les claies : Big Buck’s (Cadoudal). Ces années, ce sont

aussi celles de Neptune Collonges (Dom Alco), gagnant d’un Grand National de

Liverpool et troisième du Gold Cup 2008 (Gr1) derrière… Denman et Kauto Star !

Kauto Star débute sa carrière anglaise par une victoire par neuf longueurs dans

un Novice Chase à Newbury, en décembre 2004. Le 31 janvier 2005, il se fait

remarquer pour sa deuxième sortie anglaise. Lors d’un steeple-chase à trois

partants à Exeter, Kauto Star est le grand favori. Il allait librement jusqu’à

ce qu’il se trompe à un fence et s’écrase à la réception. Ruby Walsh, son

fidèle partenaire, ne peut pas rester en selle. Mais il rattrape Kauto Star et

se remet en selle, concluant la course sans étrier, échouant d’une encolure

pour le succès à la suite d’une belle fin de course. Ce n’était qu’un

"petit" Novice Chase, mais cela n’était pas banal. Chez Kauto Star,

rien n’était banal. Kauto Star ne réapparait pas avant le mois de novembre

2005. Pour sa rentrée, il est battu à nouveau à Exeter le 1er novembre. Pas de

quoi refroidir son entourage, qui l’engage dans le Tingle Creek Chase (Gr1), à

Sandown. Kauto Star s’impose et décroche son premier Gr1. Il remportera en tout

deux Tingle Creek Chase, en deux participations. Après cette victoire, Kauto

Star participe à son premier Festival de Cheltenham, en mars 2006.

Cela ne se passe pas

bien : il tombe dans le Queen Mother Champion Chase. Un faux pas qu’il fera

vite oublier, signant six succès consécutifs, dont un premier Betfair Chase

(Gr1) à Haydock, son premier King George VI Chase (Gr1) – qu’il remportera en

tout à cinq reprises, un record – jusqu’au Gold Cup 2007, son premier succès

lors du meeting de Cheltenham. Battu pour sa rentrée en novembre 2007 à

Haydock, Kauto Star remontre son vrai visage en enlevant un deuxième Betfair

Chase, épreuve qu’il a enlevée en tout à trois reprises. En début de cette

saison 2007-2008, Kauto Star semble imbattable. Il remporte un deuxième King George

VI Chase, balayant l’opposition, avant d’enlever l’Ascot Chase (Gr1). Tous les

feux sont au vert pour le Gold Cup de Cheltenham. Mais, dans cette édition

2008, il tombe sur un os : Denman, son camarade d’entraînement. Lors de la

saison 2008-2009, Kauto Star enlève son troisième King George VI Chase et prend

sa revanche sur Denman dans le Gold Cup. Il devient le seul cheval à avoir su

récupérer sa couronne dans la mythique épreuve de Cheltenham. En 2010, il chute

malheureusement dans le Gold Cup. La saison 2010-2011 sera plus compliquée : il

est battu par Long Run (Cadoudal) dans le King George VI Chase, conclut

troisième du Gold Cup et est arrêté dans le Gold Cup (Gr1) de Punchestown.

Kauto Star est victime d’un petit souci physique. Alors que beaucoup le jugent

fini, il revient malgré tout pour la saison 2011-2012. Pour sa rentrée dans le

Betfair Chase, en novembre 2011, Kauto Star renait de ses cendres, montrant

qu’un champion avec un genou à terre peut toujours se relever. Il laisse Long

Run à huit longueurs et confirme un mois plus tard en le battant à nouveau

facilement dans son cinquième et dernier King George VI Chase. Il est ensuite

aligné dans le Gold Cup 2012. Alors que le premier tour vient d’être bouclé,

Ruby Walsh l’arrête, devant les tribunes, ne le sentant pas à 100 %. Le public

de Cheltenham réagit immédiatement : par une ovation, une grande salve

d’applaudissements saluant le champion qu’il est. Ce sera sa dernière sortie.

Dans une décision ayant fait polémique, Clive Smith confie Kauto Star à Laura

Collett, une jeune cavalière de concours complet, alors que Paul Nicholls

souhaitait garder le cheval à la retraite chez lui, afin que son bras droit

Clifford Baker puisse continuer à s’occuper du champion, son meilleur ami.

Laura Collett a fait découvrir le dressage au champion. Kauto Star se montre un

élève appliqué et a même fait une démonstration lors du dernier Olympia Horse

Show, à Londres, où il était aussi attendu que Charlotte Dujardin et son

champion Valegro.

 

Une Star

Kauto Star portait

bien son nom. C’était une vraie star. Avant d’être détrôné par le champion sur

les claies hurricane Fly (Montjeu), il était, avec le hongre américain John

henry, le recordman de victoires au niveau Gr1 avec seize succès. Sa carrière

est exceptionnelle par sa longévité : Kauto Star a répondu présent de 3ans à

11ans, malgré les durs combats qu’il a eus : battre des Denman ou des Long Run

au sommet, ce n’est pas chose facile. Durant l’hiver 2011-2012, il a été élu

cheval le plus populaire d’Angleterre, selon un sondage du Racing Post. Les

Britanniques avaient donc placé Kauto Star très haut dans leur coeur, plus haut

que Sea the Stars (Cape Cross) ou Frankel (Galileo). Ce mardi, c’est une étoile

qui nous a quittés.

 

UN ENTOURAGE TRÈS

TOUCHÉ Clive Smith, propriétaire

de Kauto Star : « Il a été un cheval fantastique et lorsque vous pensez à ce

qu’il a fait… Il avait le coeur  d’un

lion. Il était tellement courageux. Il avait tout pour lui. Il était le cheval

de course parfait. J’ai tellement de grands souvenirs, après ses seize

victoires de Gr1. C’était un cheval incroyable, capable de gagner sur 3.200m

puis de remporter des courses de longue haleine comme un Gold Cup. Il avait un

caractère exceptionnel, d’une grande gentillesse, et il va beaucoup nous manquer.

Je suis juste tellement triste qu’il n’ait pas pu vivre plus longtemps. »

Paul Nicholls,

entraîneur de Kauto Star : « Intérieurement, j’aurais juste aimé que quelqu’un

nous informe, moi et Clifford Baker, pour que nous puissions lui dire adieu.

Laura Collett m’a gentiment téléphoné ce matin avant que le communiqué de

presse ne sorte ce matin. C’est la première fois que j’entendais parler de cet

accident arrivé pourtant une semaine auparavant. C’est un jour très triste et

une nouvelle très difficile. Je suis dévasté. Il était mon meilleur ami. Je le

voyais tous les jours et il avait un tempérament exceptionnel. Lorsqu’il est

parti de l’écurie, il a laissé un grand vide que nous avons tous dû combler. Il

a été tellement bon pour les courses et pour tout le monde. Il était brillant,

pas toujours facile à gérer, car il avait sa façon de faire les choses. Mais il

était juste exceptionnel et, dès le premier jour, bourré de classe. »

Ruby Walsh, jockey

de Kauto Star : « Kauto Star était une superstar et c’est vraiment triste que

sa nouvelle vie loin des hippodromes se soit terminée si tôt. Il était

magnifique à monter et m’a fait vivre quelques-uns de mes plus beaux moments

comme jockey. Il est sans aucun doute le meilleur steeple-chaser que j’aie

monté. Le cheval d’une vie. Je ne retrouverai jamais un cheval comme lui.

Comment cela serait-il possible ? Regardez son palmarès. Kauto, tout

simplement, était l’un des plus grands chevaux d’obstacle de l’histoire. Je

n’ai que de bons souvenirs avec lui. »