Un cheval ne grandit pas plus que ce que sa génétique lui impose

Autres informations / 16.07.2015

Un cheval ne grandit pas plus que ce que sa génétique lui impose

À

l’occasion du séminaire annuel sur le thème de la nutrition et de l’élevage de

la Thoroughbred Breeder’s Association (le syndicat des éleveurs britannique) à

Tattersalls, de nombreux experts de la nutrition équine et des vétérinaires se

sont rassemblés pour discuter des « facteurs liés à la croissance d’un cheval,

y compris l’environnement et la nutrition». Joe Pagan, docteur au Kentucky

Equine Research, a expliqué : « On ne peut pas forcer la croissance d’un

cheval. Il ne grandira pas plus que ce que sa génétique lui impose.  Les pur-sang sont généralement aptes à la

compétition dès 2ans, âge auquel ils auront atteint 85 % de leur poids adulte

et 95 % de leur taille adulte. » Le fait de peser et mesurer des milliers de

poulains et yearlings à travers le monde a prouvé qu’ils atteignaient 50 % de

leur poids total dans les six premiers mois de leur vie, et 75 % durant leur

première année. Les données relevées ont aussi montré que les yearlings

enregistraient une importante croissance au printemps de leur première année,

peu importe leur mois de naissance. Le docteur Pagan a ajouté : « Si les

chevaux grandissent trop vite, ils peuvent développer certains problèmes. La

question à se poser est donc la suivante : si nous poussons nos poulains à devenir

de grands yearlings, cela sera-t-il bénéfique en termes de vente ? » La réponse

est oui. En effet, des analyses montrent que parmi des milliers de yearlings

pesés et mesurés avant la vente de Keeneland, ceux qui étaient achetés pour un

montant supérieur au prix médian étaient les plus lourds. Tandis que les plus

légers partaient pour un montant inférieur.