Haras du mezeray

Autres informations / 11.08.2015

Haras du mezeray

61120

TICHEVILLE

PHILIPPE

BROSSET

JOUR DE

GALOP. – COMMENT AVEZ-VOUS DECOUVERT L’ELEVAGE DE CHEVAUX DE COURSE ?

Philippe

Brosset. – J’ai découvert les courses par hasard avec mon père, qui était

turfiste. Étant angevin, je sillonnais les hippodromes de province et

particulièrement ceux du Maine-et-Loire. Travailler dans ce milieu me semblait

être un rêve. Puis mon père a sauté le pas et a pris des parts dans des

chevaux, ce qui m’a rapproché du milieu professionnel. De mon côté, entre la

classe de première et la terminale, j’ai effectué un travail d’été chez Laurent

Henry, au haras de Puits Gasnier. Je devais y rester trois semaines et je suis parti

après trois mois. Finalement, je me suis lancé. Pur autodidacte, j’ai appris le

métier entre les stages, les voyages aux États-Unis et en Irlande, et en développant

mes connaissances avec beaucoup de lecture.

L’ELEVAGE

EST UNE ACTIVITE DIFFICILE : QUELLE EST VOTRE MOTIVATION PERSONNELLE POUR

RELEVER LE DEFI JOUR APRES JOUR ?

C’est la

passion et le rêve qui, chaque jour, nous donnent l’envie .C’est difficile à expliquer.

Si les résultats sont mauvais, on se dit que demain sera mieux… Il y a des

grandes satisfactions aussi qui font oublier les moments plus difficiles. Il

faut garder la foi et la passion, en ayant aussi la chance d’avoir une famille

qui partage les hauts et les bas.

QUEL

PREMIER CONSEIL DONNERIEZ-VOUS A UN AMI QUI SOUHAITERAIT SE LANCER DANS

L’ELEVAGE ?

S’il est

novice, il doit s’encadrer de gens de confiance possédant de l’expérience.

L’élevage est un travail d’équipe.

QUAND

VOUS REPENSEZ AUX MEILLEURS CHEVAUX CONÇUS AU HARAS, VOUS SOUVENEZ-VOUS DES

CRITERES QUI VOUS AVAIENT POUSSE A FAIRE TEL OU TEL CROISEMENT ?

Pour

moi, il faut à la fois bien connaître sa jument et étudier les croisements qui

ont déjà fonctionné dans son courant de sang. Désert Blanc, par exemple, qui a

gagné au niveau Gr1 aux États-Unis : croisement confirmé Desert Style sur Indian

Ridge. Il est rare que nous réutilisions le même étalon pour une jument, en

revanche nous pouvons refaire un croisement similaire [dans ce sens, la mère de

Désert Blanc, Lumière Rouge, est suitée d’Invincible Spirit cette année, ndlr].

Autre exemple : Coquerelle (Gr1) est issu du confirmé Mr Prospector sur

Nijinsky [tout comme Green Tune]. Cracovie, sa mère, était toute petite,

légère, mais avec de la tenue. Avec Zamindar, qui faisait 1,70 m au garrot,

nous avons amené à la fois de la taille et de la vitesse.

FAIRE

NAITRE UN POULAIN D’UNE JUMENT INEDITE ? EST-CE REDHIBITOIRE ? UN SIMPLE RISQUE

? PAS UN PROBLEME ? ET FAIRE NAITRE UN POULAIN D’UNE JUMENT N’AYANT PAS PRIS

UNE ALLOCATION ?

Je n’ai

aucun problème avec les inédites, mais il est important d’en connaître les

raisons. Le pedigree et le modèle peuvent racheter une jument. Tout dépend du

budget que l’on veut y mettre. Le but de la sélection est néanmoins d’intégrer des

juments qui ont montré de la qualité en course. Bien évidemment, chaque éleveur

a ses critères de sélection.

QUI EST

POUR VOUS LE PLUS GRAND ELEVEUR DE L’HISTOIRE ? ET POURQUOI ?

Federico

Tesio. Il a élevé tous ses chevaux en Italie. Il était avant-gardiste avec ses

croisements. Il avait des intuitions, il sentait ses croisements. Lui qui était

à la fois éleveur, propriétaire et entraîneur, il a toujours gardé la même

ligne de conduite, en étant très théoricien. Rien, dans son élevage, n’a été

fait au hasard. Pour moi, il reste un exemple.

ET VOTRE

CHAMPION PREFERE DANS TOUTE L’HISTOIRE ?

Northern

Dancer. Véritable chef de race dans le monde, réussissant à produire des

champions et des étalons sur tous les continents, tant sur gazon que sur le

dirt, c’était un tout petit cheval par la taille mais un grand et véritable champion.

RACONTEZ-NOUS

VOTRE PLUS BELLE HISTOIRE AUX VENTES DE DEAUVILLE.

L’achat

d’Alpine Rose ! Je l’avais remarquée en course car elle avait couru contre

l’une de nos pouliches. Alpine Rose était favorite mais avait fini derrière

nous ce jour-là. Inscrite aux ventes, elle m’a tout de suite intéressé. Nous

avons alors monté un partenariat avec les Monceaux et Skymarc Initialement

achetée pour entamer une carrière de poulinière, elle a cependant été gardée au

préentrainement, et, la pouliche étant tellement bien, nous avons décidé de l’envoyer

chez Alain de Royer Dupré. On connaît la suite : elle a gagné le Prix Jean

Romanet (Gr1). Et la belle histoire n’était pas terminée puisque ses deux

premiers produits ont passé la barre du million à Deauville.