Vente d’août arqana: et en chiffres, ça donne quoi ?

Autres informations / 14.08.2015

Vente d’août arqana: et en chiffres, ça donne quoi ?

Un

catalogue de vente, c’est la concrétisation de mois de travail. D’abord celui

des éleveurs, qui commence dès le choix du croisement entre la poulinière et

l’étalon ; puis celui des équipes d’Arqana, qui sélectionnent les poulains et

décident, en concertation avec les vendeurs, de la vente idéale pour chaque

yearling. Un vieil habitué des ventes nous faisait en milieu de semaine cette

remarque de bon sens : les chiffres ne mentent pas. Le prix de saillie des

étalons représentés par leurs produits, le pourcentage de juments black-type,

le nombre d’acheteurs présents, etc. sont autant de données décisives. La

formule peut sembler un peu lapidaire, et souffre assurément des exceptions,

mais elle reste néanmoins le plus souvent pertinente. Aussi, à la veille de la

vacation la plus importante du paysage français, nous avons choisi la voie des

chiffres pour tenter de décrypter l’édition 2015 concoctée par Arqana… tout en

rappelant les quelques données importantes de la vente 2014.

 

40.000

€ : LE PRIX DE SAILLIE MOYEN PONDERE DES ETALONS DE PREMIERE PRODUCTION

REPRESENTE DANS LE CATALOGUE D’AOUT (HORS V.2)

La

densité des étalons de première production est une des forces du catalogue

2015. Soixante-et-onze yearlings sont issus de dix-sept étalons de première

production différents, dont la superstar Frankel, et Redoute’s Choice, un cas

particulier puisque l’étalon fait la monte depuis 2007 en Australie, où il a

été de nombreuses fois tête de liste. Mais ce sont ses premiers yearlings

européens qui passeront en vente à partir de samedi. (À titre de comparaison,

le catalogue 2014 proposait quarante-neuf yearlings issus de neuf étalons de

première production différents.) Le prix de saillie moyen pondéré de ces étalons

qui représentent l’avenir s’établit cette année à 40.000 €, contre 15.000 €

l’an dernier. Cet écart s’est logiquement traduit au niveau de la qualité de la

jumenterie saillie. On peut donc prévoir une hausse des prix des yearlings

concernés, d’autant plus que les foals de ces étalons se sont bien négociés

l’an dernier. Quatre de ces pères font la monte en France : Redoute’s Choice,

Rajsaman, Rio de la Plata et Tin Horse.

 

2 :

LE NOMBRE DE PRODUITS DE DUBAWI INSCRITS AU CATALOGUE

Les

yearlings de l’étalon vedette de Darley sont rares sur le marché. En trouver

deux dans le catalogue d’août n’est donc pas négligeable. Pour Arqana : « On

peut même dire que nous avons 100 % des yearlings de Dubawi disponibles sur le

marché français ! » Ces deux poulains sont présentés par l’Écurie des Monceaux,

et sont des premiers produits de leur mère. Le lot 119 est issu de Pacifique

(Montjeu), une jument de tenue, soeur de la mère de Chicquita (Montjeu), la

lauréate des Irish Oaks (Gr1). Le lot 144 affiche plus de vitesse dans son

pedigree, puisque sa mère, Sabratah (Oasis Dream), a remporté les Prix Cor de

Chasse et de Bonneval (Ls), sur 1.100m. L’an dernier, un seul “Dubawi” était

catalogué. Présentée par Coulonces Consignment, cette pouliche avait été

achetée 500.000 € par Patrick Barbe et a été exportée au Japon. En revanche,

aucun produit de Dansili n’est catalogué cette année. Ils étaient 6 l’an

dernier, et avaient réalisé un chiffre d’affaires de 2.040.000 €. Kendargent,

avec 14 produits, Invincible Spirit, avec 12 yearlings, Siyouni et Dark Angel,

avec 11 produits chacun, sont les étalons confirmés les plus représentés dans

le catalogue.

 

61 :

LE NOMBRE DE YEARLINGS CATALOGUES EN PROVENANCE DE L’ETRANGER

16 % des

yearlings catalogués sont considérés comme provenant de l’étranger. Les « nés

et élevés » en France ou les assimilés sont donc largement majoritaires dans

cette vente pourtant très internationale.

 

22.000

€ : LE MONTANT POUR LEQUEL TREVE A ETE RACHETEE,  LORSQU’ELLE AVAIT ETE PRESENTEE PAR LE HARAS

DU QUESNAY EN OCTOBRE 2011.

Depuis,

la jument aux deux  “Arc” a dépassé les

7,5 millions d’euros de gains. Sa propre sœur passera en vente dimanche soir.

Elle porte le numéro 176 et, si l’on voulait faire un peu d’humour, on dirait

qu’elle se prépare à faire un meilleur “score” que sa sœur sur le ring. La

pouliche est beaucoup sortie, faisant logiquement l’objet d’une grande

curiosité.

 

1.600.000

AUS$ : LE PRIX DU TOP PRICE REALISE PAR UN FILS DE SEPOY AUX VENTES DE

YEARLINGS D’INGLIS, EN AVRIL DERNIER.

Les

premiers yearlings australiens de Sepoy ont affolé les compteurs lors des

ventes de Magic Millions et d’Inglis. L’un de ses yearlings a même atteint 1,6

million de dollars australiens (un peu plus d’un million d’euros), soit le

record australien pour un produit d’un étalon de première production. James

Harron avait signé le bon pour l’ancien entraîneur du cheval, Peter Snowden.

Cinq yearlings de l’étalon de Darley sont proposés à Deauville, dont un à la

v.2…

 

44 :

LE NOMBRE DE VENDEURS DIFFERENTS PRESENTS POUR LA VENTE D’AOUT (POUR 374 LOTS

AU TOTAL).

Quatre

haras, tous basés en France, présentent trente yearlings ou plus. Il s’agit des

haras d’Etreham et des Capucines, vendeurs historiques de Deauville, ainsi que

Coulonces Consignment et l’Écurie des Monceaux, des structures plus récentes,

mais qui ont connu une progression très rapide sous l’impulsion de leurs jeunes

directeurs, Anna et Étienne Drion pour l’un, et Henri Bozo pour l’autre. Les deux

structures occupaient d’ailleurs les deux premières places du palmarès des

vendeurs l’an dernier, en terme de chiffre d’affaires. L’Écurie des Monceaux

avait vendu les deux top prices, à 1,2M€ et 1,1M€. Le troisième yearling

millionnaire avait été vendu par le haras de la Reboursière et de Montaigu.

 

3:

LA VENTE V.2, QUI AURA LIEU AU LENDEMAIN DE LA VENTE D’AOUT, LE MARDI 18 AOUT,

ET QUI FAIT L’OBJET D’UN CATALOGUE DISTINCT, FETERA CETTE ANNEE SON TROISIEME

ANNIVERSAIRE.

137

poulains sélectionnés sur la précocité y seront présentés, avec la part belle

donnée aux étalons français. Kendargent aura le plus de produits, avec 16

yearlings catalogués, suivi par Myboycharlie, avec 11 yearlings. L’an dernier,

cette vente avait enregistré un taux de vendus exceptionnel de 91 %, et le prix

médian s’était établi à 28.000 €. Rééditer de tels scores serait déjà une

réussite en soi.

 

LES

GRANDS INDICATEURS 2014

231.012

€ : LE PRIX MOYEN REALISE PAR LES YEARLINGS SUR LES JOURNEES DU SAMEDI ET

DIMANCHE (PARTIE 1 DU CATALOGUE).

Cet

indicateur affichait une hausse de 8,5 % par rapport à 2013. Le prix médian,

lui, s’établissait à 170.000€ (contre 132.500 € en 2013).

 

71.441

€ : LE PRIX MOYEN REALISE PAR LES YEARLINGS DE LA JOURNEE DU LUNDI,

REPRESENTANT LA PARTIE 2 DE LA VENTE.

Cet

indicateur était en hausse de 17,9 % par rapport à 2013. Le prix médian était

de 60.000 € (contre 52.000 € en 2013).

 

80,56

% : LE TAUX DE VENDUS SUR LES PARTIES 1 ET 2.

Ce

pourcentage affichait une hausse de plus de cinq points par rapport à 2013, et

c’était l’un des vrais motifs de satisfactions de l’édition 2014.

 

1.200.000

€ : LE TOP PRICE REALISE PAR UNE FILLE DE MONSUN.

Le lot

11 a lancé la vente 2014 sur des bases très élevées. Fille de Monsun, disparu

en 2012, et de Sasuela (Dashing Blade), une jument allemande déjà mère de trois

produits black type (Seismos, Soberina et Samba Brazil) et appartenant à la

famille maternelle de Sea the Moon (Sea the Stars), qui venait de gagner le

Derby allemand (Gr1), la pouliche fait monter les enchères jusqu’à 1.200.000 €.

L’homme qui signe le bon n’était pas venu à Deauville depuis des années… Il

s’agit de Tony Nerses, agissant pour le compte de Saleh Al Homaizi et Imad Al

Sagar, propriétaires d’Authorized notamment.

 

39.417.000

€ : LE CHIFFRE D’AFFAIRES, AMIABLES INCLUSES, DE LA VENTE D’AOUT.

En 2014,

le volume d’affaires progressait de 13 % par rapport à 2013. On frôlait ainsi

les niveaux records des années 2008 et 2009, où le chiffre d’affaires avait

dépassé les 40millions d’euros.