Bernay prend une sérieuse option sur le "défi

Autres informations / 07.09.2015

Bernay prend une sérieuse option sur le "défi

GRAND PRIX DE LA VILLE CRAON-MAYENNE-10E ÉTAPE DU DÉFI DU GALOP (L)

BERNAY PREND UNE SÉRIEUSE OPTION SUR LE "DÉFI"

Le Défi du Galop 2015 a un solide leader : Bernay (King's Best). Le pensionnaire de Christophe Ferland a signé sa troisième victoire dans le challenge européen à l'occasion du Grand

Prix de la Ville de Craon-Mayenne (L), la dixième étape du "Défi". Il s'était déjà imposé à Bordeaux et Vichy. Et Bernay réunit donc la condition sine qua non pour être déclaré vainqueur du "Défi". En effet, selon le règlement du challenge : " Le cheval gagnant sera celui qui, ayant participé à au moins trois épreuves, aura obtenu trois victoires ou plus, dont au moins une après le 1er septembre. " Bernay coche toutes les cases pour décrocher la victoire finale, même s'il reste encore cinq étapes à disputer (Strasbourg, Baden-Baden, Nantes, Marseille-Borély et Toulouse). Sur un tracé corde à droite comme il les aime, Bernay n'a pas dérogé à sa tactique de prédilection. Il est bien parti et s'est installé aux avant-postes, à trois quarts de longueurs de l'animateur, Quidamo (Monsun).

Il a fait mouvement à la sortie du tournant final, prenant la mesure de Quidamo à trois cents cinquante mètres du but. Dans les deux cents derniers mètres, Bernay s'est détaché pour l'emporter facilement. Pour la troisième année consécutive, Quidamo a conclu deuxième de cette Listed devant Amirant (Shirocco) et le bon finisseur Vermont (Muhtathir).

Christophe Ferland : " On ne connaît pas du tout ses limites "

Entraîneur de Bernay, Christophe Ferland a déclaré au micro d'Equidia : " Il m'a impressionné aujourd'hui, avec la charge qu'il avait sur le dos, tout en supportant le poids de la course, ce qui n'était pas évident. Mais il progresse de mois en mois. On ne connaît pas du tout ses limites. Apparemment, nous aurions gagné le Défi du Galop puisqu'il a ses trois victoires, dont la troisième après le 1er septembre. Pour le sport, je pense que nous allons continuer le "Défi". Je vais réfléchir pour choisir entre Strasbourg et Toulouse. Nous allons sûrement privilégier Toulouse en fin d'année. Nous en discuterons avec messieurs Augustin-Normand et Vidal. C'est un super compétiteur. Je crois qu'il est capable de tout faire, il a gagné de 1.600 à 2.400m. Nous avons eu du mal à l'avoir, l'année de 3ans était compliquée. Mais j'avais un peu d'espoir avec lui et nous ne l'avons pas castré. Une fois que les joutes du printemps étaient passées, nous avons pris la décision de le castrer pour en faire un cheval d'âge. "

Le frère de Don't Hurry Me

C'est Sylvain Vidal qui a signé le bon pour acquérir Bernay, pour 48.000 euros, aux ventes d'octobre 2012 d'Arqana. Élevé par Gérard Rollain, Bernay, fils de King's Best, est le frère de la bonne Don't Hurry Me K (Hurricane Run), lauréate du Prix Pénélope (Gr3) et deuxième du Premio Mario

Incisa (Gr3). Il est aussi le propre frère de Gold Save the King (King's Best), bon cheval de gros handicaps. Mère de Bernay, Beringold (Bering) est restée inédite. Bernay est aussi le neveu de Gold and Steel (Shining Steel), gagnant de l'American Derby (Gr2), Befuto (Saint Andrews), vainqueur de trois Listeds, Golden Marvel (Linamix), lauréat du Prix de Suresnes (L), et de Rose Melody (Galileo), deuxième du Prix Casimir Delamarre (L). Au haras, cette dernière a donné Hard Dream (Oasis Dream), gagnant du Prix Noailles (Gr2).