Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le fabuleux destin de trêve

Autres informations / 28.09.2015

Le fabuleux destin de trêve

 

Le 4 octobre 2015,

Trêve tentera de réaliser un exploit historique, remporter une troisième

victoire dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et, à cette occasion, de

franchir la barre des 10.000.000 d’euros de gains. L’opportunité de reprendre

en détail toutes ses performances à travers les temps partiels.Par

Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

 1’52’’84. Un

record dès sa première course !

C’est

le 22 septembre 2012 que Trêve débute sur l’hippodrome de Longchamp, dans un maiden

pour pouliches de 2ans disputé sur les 1.600m, moyenne piste, en terrain souple

(lice à 27m). Elle gagne et se fait d’emblée remarquer avec à la clef un

record… celui de la lenteur, puisque 1’52’’84, c’est le temps brut le plus

mauvais enregistré dans les mêmes conditions depuis 1997 ! On est encore

très loin des lendemains qui chantent. Seul point positif, dès cette première

course, il existe un élément important qui deviendra la "marque de

fabrique" de Trêve : la fréquence d’accélération. Celle-ci est très

bonne : 17,91m/seconde.

 Une saison

parfaite à l’âge de 3ans.

Un

PSR de 88+ (pace speed rating) dès sa deuxième course. Saint-Cloud, 15

mai 2013 : c’est le jour de la rentrée pour Trêve. Dans une course B sur

1.600m pour femelles, Trêve gagne facilement, avec des réserves. La phase d’early

speed est toujours faible (14,50m/sec.) mais l’accélération est progressive

et consistante : 18,02m/sec. Une performance suffisante pour valider sa

participation dans le Prix de Diane Longines 2013. Un

mois plus tard, c’est la consécration dans l'épreuve cantilienne. Le doute n’est

plus permis, Trêve fait partie des chevaux d’exception. À la clef, le record de

l’épreuve et de la piste en 2’03’’77. Trêve l’emporte avec beaucoup de classe,

par quatre longueurs, en pulvérisant de 2,13 secondes l’ancien record de

l’épreuve détenu par Confidential Lady

(2006) et Lypharita (1985).

Afin

de bien saisir l’importance de cette performance, prenons un exemple concret.

Si Trêve avait affronté une pouliche de 3ans "lambda" gagnante du

Prix de Diane, cotée PSR 100 (PSR fondé sur l’historique de la course dans les

mêmes conditions de terrain), voilà ce que cela aurait donné en se basant sur

les temps partiels : Trêve est supérieure dans toutes les phases de la

course : Sa

vitesse dans la première section (E.P) de course lui permet de gagner : 10

longueurs

Sa

vitesse moyenne pondérée (A.P) : 9 longueurs Son

accélération (AC) : 3 longueurs et trois quarts Trêve,

un parcours sans faute qui se termine avec deux victoires supplémentaires au

niveau Gr1. Le Qatar Prix Vermeille est, en termes de rythme et de vitesse (PSR

105+), sa plus mauvaise performance dans les Groupes. Une course qui fut

disputée lentement en terrain souple : + 6,12 secondes par rapport au

temps standard (temps brut pour un cheval coté PSR 90 – bon terrain). C’est sa

très bonne accélération qui lui permet de l’emporter avec brio.

Le

Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2013 positionne Trêve parmi les meilleurs

chevaux au monde. Une victoire par cinq longueurs, une excellente accélération

(17,37ms), un temps brut de 2’32’’04 parmi les cinq meilleurs temps pour un Gr1

disputé à Longchamp sur 2.400m, grande piste, en terrain souple.

 4ans, l’année de

tous les dangers.

On

sait à quel point il est difficile de franchir le cap des 3ans, mais durant la

première partie de la saison, Trêve oscilla entre mauvaise fortune et soucis de

santé. Trêve

effectue sa rentrée dans le Prix Ganay (Gr1) sur 2.100m, à Longchamp, en

terrain très souple. Dans une course menée tambour battant par son leader,

après une lutte de plus de quatre cents mètres avec Cirrus des Aigles, elle doit s’avouer vaincue aux abords du poteau. Un

mois plus tard, elle finit troisième dans les Prince of Wales’s Stakes (Gr1) à

Ascot. On commence à douter. Et si c’était fini… Cinq

longueurs, une mission impossible mais un sursaut de talent dans le Qatar Prix

Vermeille 2014. Cet Arc trial, le

plus lent de cette journée de septembre 2014, ne fut pas, pour Trêve, un remake

de Pour qui sonne le glas, comme

beaucoup l’ont prétendu ce jour-là, mais plutôt un véritable cas d’école. Dans

une course menée à un rythme faible, en bon terrain, la course s’est résumée à

un sprint violent sur six cents mètres. Au poteau des 1.800m, Pomology mène la course en 1’54’’33,

suivie d’une longueur par Baltic

Baroness en 1’54’’53. Trêve, en dernière position, passe en 1’55’’24, se

trouvant ainsi à près de cinq longueurs de la tête. Au prix d’une vive

explication, c’est Baltic Baroness qui l’emporte en 2’28’’22, bouclant les six

cents derniers mètres en 33,69 secondes. Trêve finit en 33,25. Elle aurait dû

parcourir les six cents derniers mètres en 32,98 secondes, soit 18,20m par

seconde pour gagner. Une cause perdue d’avance et physiquement impossible car

on ne peut pas finir au-dessous de 33 secondes au terme des 2.400m à Longchamp,

même en bon terrain. La nature a ses limites. Trêve

– ou Terminator – is back ! L’"Arc de Triomphe" 2014 lève

définitivement tous les doutes. Trêve s’impose de deux longueurs en 2’26’’05,

signant un doublé dans l’Arc. Elle réalise son meilleur pace speed rating

ce jour-là : 122.

 2015 : « Et ça continue encore et

encore… »

Cette

fois, Trêve ne manque pas sa rentrée, au mois de mai 2015, à Saint-Cloud, sur

les 2.100m du Prix Corrida (Gr2), en affichant un temps brut de 2’12’’99 en bon

terrain, avec une lice à 16m, de très bonnes phases d’accélération sans forcer

son talent. Un

mois plus tard, de retour sur 2.400m dans le Grand Prix de Saint-Cloud, Trêve

gagne son cinquième Gr1 en 2’27’’59, quatrième meilleur temps de l’épreuve. Les

phases d’accélération sont étourdissantes : 600m en 33,5 sec ; 400m

en 22,35 sec. Sa

récente victoire dans le Prix Vermeille 2015 porte les promesses d’une

troisième victoire dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. En franchissant le

poteau d’arrivée en 2’34’’09 mn, six longueurs devant ses adversaires, sur un terrain

très souple, on peut se demander désormais ce qui peut arrêter Trêve.

Trêve

a-t-elle un tendon d’Achille ? Comme on a pu le voir précédemment, Trêve

"performe" aussi bien corde à droite qu'à gauche. Elle se sort tout

autant du bon terrain que du terrain très souple. Elle donne le meilleur

d’elle-même dans des courses rapides.

Alors,

qui peut battre Trêve à part … elle-même ? La particularité des très bons

chevaux, du type de Trêve, c’est de pouvoir aller vite dans la première phase

du parcours en gardant un potentiel de réaccélération important. Pour exprimer

au mieux leurs talents, les très bons chevaux ont besoin de beaucoup de rythme

dès le début de course, qui oblige leurs adversaires à puiser dans leurs

réserves. Au moment où les choses sérieuses commencent, beaucoup d’entre eux

sont déjà dans la zone rouge. Dans une course où l’early pace est trop faible, la course se résume à un simple sprint

et dans ces conditions, la qualité d’accélération et votre position

hypothèquent plus ou moins vos chances. Ce

qui peut battre Trêve, c’est une course comme le "Vermeille" 2014,

où, dans une course lente en l’absence de leader, placée trop loin au moment de

l’accélération sur du bon terrain, elle fut battue par… elle-même.Shahah, une décision

salutaire. Dans un "Arc de Triomphe" désormais privé d’un très bon early

pacer, Postponed, et de son

leader, on aurait pu se retrouver dans un scénario d’une course lente disputée

sur un terrain qui pourrait être rapide. L’arrivée de Shahah comme leader,

capable d’imprimer un très bon early pace, est

désormais l’arme idéale contre le hasard.