Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le g.t.i. fait escale à tours / trois questions à marie-france peltier

Autres informations / 17.09.2015

Le g.t.i. fait escale à tours / trois questions à marie-france peltier

LE G.T.I. FAIT ESCALE À TOURS / TROIS QUESTIONS À MARIE-FRANCE PELTIER

La Société des courses de Tours-Chambray existe depuis plus de 160 ans, la première réunion ayant eu lieu le 18 avril 1845. Elle organise cinq réunions de courses par an et son programme comporte des épreuves dans les trois disciplines : plat, trot, obstacle. Les résultats 2014 ont été à nouveau très encourageants, avec une hausse de 2,73 %, quand la tendance régionale est de moins 5,34 % et la tendance nationale  de  moins  7,10  %. Côté affluence, grâce à ses actions auprès du public, Tours a connu une croissance de 11 % par rapport à la moyenne nationale. En 2014, l'hippodrome a reçu une moyenne de 4.400 visiteurs par journée de courses. Dimanche, il accueillera une nouvelle étape du Galop Tour Interrégional. L'occasion de parler de la Société des courses de Tours avec sa présidente, Marie-France Peltier.

JDG. Que représente le Galop Tour Interrégional pour la Société des courses de Chambray-les-Tours ? Marie-France Peltier. Cela représente une reconnaissance du travail effectué par la société, les bénévoles, pour tirer l'hippodrome vers le haut. Tout a commencé par l'arrivée du Trophée Vert sur l'hippodrome, car France Galop a voulu créer il y a quelques saisons un équivalent de ce challenge réservé aux trotteurs. Les enjeux sont bons et le G.T.I. nous apporte une manne supplémentaire. C'est un cercle vertueux.

Vous avez aussi de bons retours en termes de nombre de spectateurs...

Nous avons fait un travail important de communication pour fidéliser le public. Nous avons su fédérer et communiquer pour amener un public familial, avec beaucoup d'enfants. Il y a un côté festif sur notre hippodrome, qui est coquet et fleuri. Beaucoup de professionnels nous ont dit qu'ils n'avaient pas le même public dans leur région. C'est normal, c'est le public de Tours !

Quels sont vos projets pour la saison 2016 ?

Cette année, nous avons inauguré un nouveau bâtiment technique, réalisé notamment grâce aux subventions de la Fédération nationale, de la commune, de la Région et aux recettes de l'hippodrome, car nous réinvestissons chaque centime gagné. Il y a une belle synergie avec la commune et un beau partenariat. D'ailleurs, le maire et ses adjoints viennent souvent sur l'hippodrome. Ils seront là ce dimanche. Nous avons aussi des sponsors comme les garages Lexus ou encore Moët et Chandon. Cela donne de l'allure et tire l'hippodrome vers le haut.

Pour 2016, nous sommes en réflexion autour de la création de boxes supplémentaires. Ils sont nécessaires car ce dimanche, nous allons louer cinquante boxes démontables pour compléter les vingt-cinq "en dur" qui existent déjà.