Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le groupe carrus à la conquête de la russie

Autres informations / 18.09.2015

Le groupe carrus à la conquête de la russie

LE GROUPE CARRUS À LA CONQUÊTE DE LA RUSSIE

À l'occasion de la réunion hippique du 12 septembre, l'hippodrome de Moscou inauguré ses  nouveaux équipements, installés par le Groupe Carrus, principal prestataire de services informatiques du PMU. Les parieurs moscovites ont pu utiliser pour la première fois un système informatique de prise de paris sur hippodrome. Ce dernier a été conçu, installé et géré par le Groupe. Cette prestation s'inscrit dans le cadre d'un ambitieux partenariat visant à la création d'une filière hippique à l'échelle de la Fédération de Russie. Le Groupe prévoit que plus de 1.500 terminaux pourraient être installés à terme sur l'ensemble du territoire.

Une installation en temps record avec des outils adaptés à la législation russe

La réunion hippique du 12 septembre à Moscou est le temps fort de la saison hippique en Russie, avec la tenue du Prix du Président 2015. Le Groupe Carrus s'est vu confier l'installation et la gestion des terminaux de prise de paris sur l'hippodrome et cette mission a été menée à bien en un temps record, puisqu'elle fait suite à un accord signé le 18 juin dernier. Les terminaux fournis par le Groupe ont été mis en conformité avec la législation fiscale russe, qui oblige à la délivrance d'un récépissé de pari, mais aussi d'un reçu fiscal nominatif. Cette première phase démontre la capacité du groupe à adapter son offre pour contribuer au développement des paris hippiques en dehors des frontières françaises.

Développer la filière hippique russe

La fourniture de ces équipements s'inscrit dans le cadre d'un protocole liant la filière hippique française et les autorités de la Fédération de Russie. Réunies au sein d'un consortium national, véritable "équipe de France" de l'industrie hippique, les institutions françaises des courses et du pari mutuel (Le Trot, France Galop, PMU, Groupe Carrus) doivent participer à la structuration d'une filière hippique russe sur le modèle français. L'enjeu est de développer les paris sur les courses en Russie afin de pérenniser le financement de la filière hippique. Dans ce cadre, les parieurs russes auront également la possibilité de jouer sur les courses françaises.

TROIS QUESTIONS À... JÉRÔME CARRUS

Jérôme Carrus est revenu avec nous sur la mise en place de ce système informatique sur l'hippodrome de Moscou et son inauguration

Jour de Galop. depuis quand travaillez-vous sur ce marché russe ?

Jérôme Carrus. D'habitude, ce genre de marché ne prend jamais plus de deux ans. Là, cela a pris vingt ans ! Cela a été tellement long que l'on n'y croyait presque plus. En juin, nous avons finalement obtenu l'accord et il a fallu que nous réalisions en un peu plus de deux mois un logiciel adapté aux Russes, pouvant notamment fournir un récépissé... Nous avions déjà travaillé sur un logiciel en langue russe, mais pas de ce type. Cela a été très long au début et très rapide à la fin. La Russie est une grande Nation avec laquelle la France entretient parfois des relations difficiles, et nous commencions à ne plus y croire. Les personnes présentes sur l'hippodrome de Moscou ont ainsi pu jouer sur les courses françaises, sur la réunion de Vincennes et une réunion de province, en masse commune avec la France. Vladimir Poutine n'a finalement pas pu être présent, devant annuler sa participation à la dernière minute.

Allez-vous à présent mettre en place ce système sur d'autres hippodromes russes ?

L'idée serait désormais de s'étendre sur les trente-sept hippodromes russes. C'est important pour la filière hippique française, aussi bien au trot qu'au galop. La Russie est un marché qui peut avoir pas mal d'effets positifs pour nous. Nous avons, en France, toutes les forces nécessaires pour avoir des points d'entrée dans beaucoup de marchés, que ce soit en commençant par le pari, les courses ou l'élevage... Je crois à l'avenir de l'Institution des courses et, depuis 2010, la France a pris le bon chemin avec l'ouverture aux étrangers.

Comment s'est passée cette journée ?

Cela s'est très bien passé. La partie russe a été surprise que nous ayons réussi dans les temps impartis. Je ne sais pas s'ils connaissent la notion du mois d'août en France (rires) ! Je tiens vraiment à féliciter mes équipes. Ce fut une réussite totale sur le plan technique, avec zéro faute. La vraie difficulté tenait à la réglementation russe. Les paris ne sont pas anonymes et les parieurs sont répertoriés, un peu à l'image des accrédités. La gestion des comptes russes nécessite la délivrance d'un certificat fiscal, ce sont donc des contraintes "pénalisantes". Cela pourrait évoluer et j'espère que ce sera le cas pour encourager au pari. Nous avons eu deux mois et demi pour faire tout cela et, pour la suite, wait and see.... Je ne sais pas comment on le dit en russe ! C'est en tout cas le résultat d'un bon travail collectif qui dure depuis de nombreuses années.