Goldream foudroie le rêve français de rangali

Autres informations / 05.10.2015

Goldream foudroie le rêve français de rangali

C’est dans les toutes dernières foulées que Goldream (Oasis Dream) a privé Rangali (Namid) du succès dans le Qatar Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1). La photo a même été nécessaire, mais le dénouement était logique et prévisible. Le candidat anglais a fini plus fort que Rangali, qui avait tenté crânement sa chance au passage des trois cents derniers mètres, pulvérisant à cet instant la tête de course. Ce duo de tête a couru de manière assez similaire, tous les deux jouant les attentistes pendant la moitié du parcours. On notait en revanche parmi les premiers les très en vue Muthmir (Invincible Spirit) et Move in Time (Monsieur Bond). L’épreuve n’a jamais connu de temps mort et lorsque Rangali a changé de vitesse, à trois cents mètres du but, il y a eu lui et les autres. L’erreur était de ne pas suivre du regard à cet instant la casaque jaune et noire, celle de Goldream, qui progressait à ses côtés. Goldream avait été sollicité plus tôt que son rival dans le final mais a réussi à refaire mètre par mètre dans les deux cent derniers mètres.

 

Le doublé "King’s Stand-Abbaye"

Passé, comme souvent dans ce créneau de la vitesse pure, par l’école des handicaps britanniques, Goldream a vraiment accédé à la sphère des Groupes cette année. Vainqueur dès sa rentrée dans les Palace Houses Stakes (Gr3), en mai à Newmarket, ce pensionnaire de Robert Cowell s’est invité dans la cour des grands en décrochant les King’s Stand Stakes (Gr1) durant Royal Ascot, en juin. Il a confirmé, en quelque sorte, son rang, en concluant cinquième des Nunthorpe Stakes (Gr1), s’intercalant entre sole power (Kyllachy) et Muthmir. Ce deuxième titre de Gr1 à quelques mois d’intervalle est bien la confirmation qu'il s'agit d'un cheval de premier plan pour le sprint. Et non d’un simple météore. Pour son entraîneur, Robert Cowell, ce doublé est important : « Ce n’est jamais évident de remporter deux Grs1 dans la même saison, pour les sprinters. Cela prouve bien que Goldream est très bon. C’est un cheval "vite" qui est tout autant capable d’animer l’épreuve que d’évoluer avec les premiers. Le fait d’être un peu loin au début était donc plutôt un plan B. Mais Martin Harley a très bien fait car le rythme élevé de l’épreuve a servi sa fin de course. »

 

Pas de Breeders’ Cup

Non qualifié pour le grand rendez-vous américain du Breeders’ Cup, Goldream pourrait en revanche nourrir des ambitions lors de la grande réunion de Dubaï. Selon Robert Cowell, « l'Al Quoz Sprint pourrait être son prochain grand objectif. Mais je ne sais pas encore s’il courra au préalable une épreuve préparatoire. »

 

Le rêve d’un petit propriétaire

"Petits" propriétaires associés de Goldream, J. Sargeant et Mme Morley ont un effectif très réduit. Le premier possède deux autres chevaux à l’entraînement et avoue « vivre un rêve éveillé avec Goldream. »

 

Rangali, tout près de l’exploit…

une nouvelle fois Battu dans les dernières foulées après avoir transpercé la ligne des premiers à cent cinquante mètres du but (mais son effort avait été lancé plus tôt et avait déjà fait sensation au sein du peloton), Rangali manque l’exploit de peu et réédite sa performance de l’an dernier. Il avait été battu d’une tête par Move in Time. Henri-Alex Pantall n’a pas cherché d’excuse dans cette courte défaite, d’autant que son pensionnaire venait de courir modestement – huitième – dans le Qatar Prix du Petit Couvert (Gr3). « Rangali réalise une superbe performance. Cela aurait été sympathique qu'il gagne devant les Anglais, mais honneur à eux. Rangali se reprend devant et il aime slalomer avant de produire son effort. Il a produit une belle accélération. Nous sommes en train de le retrouver. Je tiens à souligner la bonne indication de Mickaël Barzalona qui nous avait dit qu'il fallait courir l'Abbaye après sa dernière sortie. Il reviendra l’an prochain pour l'Abbaye… » 

 

La grande famille de Montjeu

La mère de Goldream, Clizia (Machiavellian), n’a pas couru. Elle ne compte parmi ses produits qu’un seul gagnant, en l’occurrence Goldream. En revanche, une de ses filles, Galicuix (Galileo), est devenu la mère de Galileo Gold (Paco Boy), un 2ans lauréat cette année des Qatar Vintage Stakes (Gr2) et troisième ce dimanche du Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) ! La mère suivante, Cuixmala (Highest Honor), est une soeur du champion Montjeu (Sadler’s Wells). Elle a donné au haras Mont Rocher (Caerleon), multiple vainqueur de Listed, et Yayo (Petit Loup), placé au même niveau.

 

UN TEMPS EXTRA

Disputée à vive allure, notamment sous l’impulsion de Mirza (Oasis Dream) et Take Cover (Singspiel), puis de Muthmir, l’épreuve a livré un verdict chronométrique extra avec un temps final de 54’’79, tout proche du record d’Habibti (Habitat) de 1983 en 54’’30 !