La cressonnière, qui m’aime me suive

Autres informations / 22.10.2015

La cressonnière, qui m’aime me suive

DEAUVILLE, JEUDI

 

PRIX ISONOMY (L)

LA CRESSONNIÈRE,

QUI M’AIME ME SUIVE

La Cressonnière

(Le Havre) s’est imposée de bout en bout dans le Prix Isonomy (L). Vite en

tête, la pensionnaire de Jean-Claude Rouget a mené à un train peu élevé, bien

détendue en tête. Dans la ligne droite, elle est facilement repartie, plaçant

une belle accélération et s’imposant sans trembler par trois longueurs et

demie. Elle devance Notte Bianca

(Kendargent), jamais loin et courageuse jusqu’au bout pour reprendre un petit

nez à Secret Existence (Sakhee’s

Secret), troisième. Les trois pouliches se sont donc emparées des trois

premières places devant les trois mâles.

 

Une future

pouliche de Groupe

La Cressonière reste invaincue pour sa troisième sortie.

Gagnante facile de son maiden à Clairefontaine, elle avait ensuite

confirmé en s’imposant par cinq longueurs dans le Prix Yves Lalleman (D) à

Craon. Pour son premier essai au niveau Listed, La Cressonnière fait mouche

d’emblée et de belle manière. Jean-Claude Rouget a déclaré : « C’est une bonne pouliche. Elle a

couru trois fois et gagné trois fois. Elle va aborder son année de 3ans en

n’étant pas fatiguée. C’est une pouliche qui a effectué des débuts assez

tardifs et elle a eu un programme en progression, comme j’aime à le faire. Je

pense que c’est une pouliche de Groupe. À quel niveau, voilà désormais la

question. Ce n’est pas une grande pouliche, mais elle a beaucoup d’action et

énormément d’abattage et j’aime les petits chevaux comme ceux-là. »

 

Notte Bianca à

nouveau courageuse

À nouveau, Notte Bianca fait preuve de cœur, cette fois pour

aller chercher la deuxième place. La pensionnaire de Satoshi Kobayashi est

venue prendre un tout petit nez au passage du poteau à Secret Existence. Elle

pourrait recourir tout prochainement, comme nous l’a expliqué Satoshi

Kobayashi : « Elle est repartie

à la fin pour prendre la deuxième place. Elle devrait pouvoir aller sur plus

long. Elle est engagée dans le Critérium de Saint-Cloud (Gr1), dans neuf jours.

Nous allons voir comment elle récupère et elle pourrait courir. »

 

La grande famille

de Highclere

La mère de La Cressonnière est Absolute Lady, une fille

de Galileo (Sadler’s Wells) qui

s’est montrée modeste en compétition (deux places). Il s’agit d’une propre sœur

de Paris Winds (Galileo), une

gagnante de Listed aux États-Unis, par ailleurs troisième des Blandford Stakes

(Gr2) en Irlande. Au haras, Absolute Lady n’avait pas convaincu jusqu’à présent

puisque ses deux premiers produits, par Le

Havre (Noverre), comme La Cressonnière, n’avaient pu briller. Au niveau de

la cinquième mère, on trouve la championne Highclere

(Queen’s Hussar), lauréate du Prix de Diane et des 1.000 Guinées (Grs1).

Sa descendance est riche et compte notamment les

authentiques champions Nashwan

(Blushing Groom) et Deep Impact

(Sunday Silence). La Cressonière a été élevée au haras de la Cauvinière par

Gérard Augsustin-Normand.