La plus belle victoire de fiestine

Autres informations / 24.10.2015

La plus belle victoire de fiestine

ENGHIEN-SOISY, SAMEDI

 

PRIX

ROGER SAINT (L)

LA PLUS BELLE VICTOIRE DE FIESTINE

Fiestine (Martaline) a signé le plus beau

succès de sa carrière dans le Prix Roger Saint (L), ce samedi à Enghien. La

protégée d’Arnaud Chaillé-Chaillé s’était déjà imposée à Enghien au printemps,

avant de finir cinquième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Dans le Prix Roger

Saint, elle trouvait une tâche à sa portée. Attentiste, elle a regagné du

terrain au dernier passage en face, pour se retrouver en tête dans le tournant

final. Elle a creusé l’écart entre les deux dernières haies, avant de gagner facilement.

Très à l’aise sur le steeple d’Enghien, Bathilde

(Nickname) a conclu bonne deuxième, dix longueurs devant Ardina (Doctor Dino), courageuse pour finir et très bien montée par

Félix de Giles, lequel n’a pas fait un pouce de terrain en trop. Mathieu

Carroux, le jockey de Fiestine, a déclaré au micro du cheval émetteur : « C’est

une belle victoire. Elle le fait très bien et a remis les pendules à l’heure. À

la haie d’essai, elle a eu besoin d’un petit rappel à l’ordre. » Après deux sorties sur les haies cet

automne, dont une bonne quatrième place dans le Prix Dominique Sartini (L), à

Enghien, Fiestine retrouvait le steeple, discipline dans laquelle elle est plus

dangereuse. Son succès dans ce Prix Roger Saint est plaisant et elle devrait

pouvoir s’affirmer en vieillissant.

Favorite

de cette Listed, Balle au Centre XX (Poliglote)

revenait sur les obstacles, après une rentrée probante en plat. Très allante

dans le parcours, elle a évolué à l’arrière-garde, David Cottin, son jockey, essayant

de la détendre. Mais au dernier passage en face, elle a été gênée par des

chevaux à terre. Elle a dû se contenter de la sixième place.

 

Une fille d’une placée de Groupe en plat

Élevée

par la famille Chassagneux, Fiestine est une fille de Gloirez (Saumarez), laquelle défendait les couleurs Bader. Gloirez

s’était imposée dans un gros handicap, avant de se classer troisième du Prix de

Barbeville (Gr3). Elle avait même été jugée digne de prendre part au Prix

Vermeille (Gr1), sans succès. Fiestine est, pour le moment, la seule lauréate

de sa mère. Glaoutchka (Glaieul), la

deuxième mère, a pris deux places de Listed en plat. Outre Gloirez, elle a

produit Golden Clou (Kendor),

quatrième d’un Prix Cléopâtre (Gr3).