Le sport par le temps : qatar prix de l'arc de triomphe, le verdict du chronomètre

Autres informations / 05.10.2015

Le sport par le temps : qatar prix de l'arc de triomphe, le verdict du chronomètre

LE SPORT PAR LE TEMPS : QATAR PRIX DE L'ARC DE TRIOMPHE, LE VERDICT DU CHRONOMÈTRE

Le 4 octobre 2015, Golden Horn a remporté le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe. Il a bénéficié de la monte très inspirée de Lanfranco Dettori. L'analyse des temps de la course nous apporte des éléments de compréhension. La victoire de Golden Horn et la quatrième place de Trêve sont le fruit d'un enchaînement d'éléments que le chronomètre nous permet de mieux appréhender.

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chron

Dimanche sur l'hippodrome de Longchamp, Golden Horn a remporté l'édition 2015 du Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, aidé dans son entreprise par un génial Lanfranco Dettori, à qui rien ne résiste cette saison. L'initiative qu'il a prise dès l'ouverture des stalles l'a conduit à la victoire. Si Attila revenait en 2015, il se nommerait sans aucun doute "Golden Frankie".

Un scénario de course idéal pour Golden Horn, dans une course "pliée" au bout de 1.400m

Dès le départ, Golden Horn a effacé son numéro de corde (14) pour venir se ce aller derrière Shahah, leader de Trêve, suivi par Flintshire et New Bay. Trêve, sortie lentement des stalles, se trouve à près de six longueurs de son leader. Les 1.400m sont franchis sur la base de 1'28''78, un rythme lent sur un terrain jugé rapide, typique d'une course "à la française". À ce moment de la course, les trois chevaux figurant derrière le leader finiront aux trois premières places et dans le même ordre : Golden Horn, Flintshire et New Bay.

Les 1.800m ont été parcourus en 1'52''97, soit près de deux secondes plus lentement que le temps standard pour un "Arc" en bon terrain. À cet instant, un scénario cauchemardesque se profile, semblable à celui du Prix Vermeille 2014. À 600m de l'arrivée, au moment où le grain aurait déjà dû être séparé de l'ivraie depuis longtemps, les meilleurs chevaux sont déjà très bien placés pour ajuster leurs pointes de vitesse. Les seconds couteaux ont déjà perdu tout espoir, par manque d'imagination ou de moyens, d'améliorer leurs positions face au trio de tête. Trêve est encore à plus de cinq longueurs de la tête, soit près d'une seconde.

Golden Horn a gagné la course à 600m de l'arrivée

Dans les six cents derniers mètres, on regarde les anges tomber... C'est dès le premier tiers de cette phase d'accélération que Golden Horn construit définitivement son succès. Il creuse un écart irréversible avec ses poursuivants immédiats, Flintshire et New Bay. Trêve progresse vivement de 600 à 400m, refaisant près de trois longueurs. Elle maintient ensuite sa vitesse. Les quatre cents derniers mètres ne changent pas la tendance avec un écart de variation de temps extrêmement faible : deux dixièmes de seconde entre le premier et le cinquième.

Trêve aurait dû inventer une vitesse finale qui n'existe pas pour refaire son retard

Dans l'"Arc de Triomphe" 2014 et 2015, Trêve a placé la même accélération pour finir sa course : 17,80m seconde. Cette vitesse lui permet de regagner entre 2 3/4 longueurs et 3 1/2 longueurs sur la tête de course. La position de Trêve dans le parcours, par rapport à son leader dans une course où l'Early Pace fut plus faible, réduit mathématiquement sa vitesse dans la première phase de la course : 15,79m seconde contre 16,03m par seconde, soit près de deux longueurs. On se trouve alors dans une situation imaginaire, où il aurait fallu inventer une vitesse finale qui n'existe pas et qui aurait permis de boucler les six cents derniers mètres en 33,26 secondes. Personne ne pourra affirmer que Trêve aurait dû gagner, mais elle aurait probablement pu lutter avec Golden Horn.

Trêve sort par la grande porte desservie par une accumulation d'éléments

- Un temps global trop lent provenant de la première phase de la course : 2'27''23. Compte tenu des conditions de course, on pouvait s'attendre à un temps brut autour de 2'26''00.

-Un terrain rapide qui ne favorise pas les attentistes, dans une course qui manque de rythme dans l'Early Pace : 1'52''97 à la marque des 1.800m. L'absence de leaders en provenance de Grande-Bretagne n'a pas été compensée par le rôle de Shahah.

- Un bon Golden Horn, en dessous de celui du début de l'été, mais dont le magicien Lanfranco Dettori a su tirer la quintessence.

- Un terrain un peu trop ferme pour ses aptitudes.

La nouvelle étoile montante de Coolmore boucle le parcours en 1'35''44, soit le deuxième meilleur temps de l'épreuve. Dans une course très rythmée, les trois quarts de mile ont été franchis en 1'12''51, contre 1'15''00 dans le Prix Jean Luc Lagardère (Gr1). Ballydoyle s'est imposée au prix d'une belle accélération.

Son Pace Speed Rating qui la positionne d'ores et déjà comme une très bonne pouliche, parmi les meilleures gagnantes de cette course depuis 2000 : PSR105.5+

On devrait la retrouver dans les Grs1 sur le mile à l'âge de 3ans.

Voici la photo de l'arrivée, à partir de leur Pace Speed Rating, départageant les dix meilleures gagnantes du Prix Marcel Boussac (Gr1), à l'issue des 1.600m (grande piste) à Longchamp.