Spécial vente arqana : la vente d’octobre : une identité propre

Autres informations / 18.10.2015

Spécial vente arqana : la vente d’octobre : une identité propre

LA VENTE

D’OCTOBRE : UNE IDENTITÉ PROPRE

Août, octobre, novembre ? Comment répartir les

yearlings dans les différents rendez-vous proposés par Arqana ? Le sort

des quelques 2.200 yearlings inspectés par les équipes d’Arqana se décide assez

tôt dans l’année, à partir de la mi-mai. Il est le fruit d’un dialogue entre

les hommes de l’agence et les vendeurs, et tient compte de différents

paramètres : le pedigree du poulain, sa conformation, son degré de

maturité, l’évolution physique envisageable dans les deux ou trois mois qui

suivent cette première inspection… Chaque haras a une stratégie qui lui est

propre, selon ses effectifs et les profils des poulains. Certains arrivent à

présenter des yearlings aussi bien en août qu’en octobre, sans qu’une des

sélections ne vienne éclipser l’autre. D’autres se sont servis de cette vente

d’octobre pour acquérir de la notoriété, et venir ensuite en août. D’autres

encore font un choix plus radical : ne présenter qu’en octobre. Mais au

fur et à mesure que la vente d’octobre a pris de l’ampleur, ils sont de plus en

plus nombreux à attendre cette échéance qui permet de donner plus de temps aux

poulains qui en ont besoin.

 

 

Henri Bozo : « Pas le même type de yearlings »

L’Écurie des Monceaux est depuis maintenant trois ans

largement en tête du classement des vendeurs du mois d’août. Cette année,

l’équipe animée par Henri Bozo a même accru son avance, avec un chiffre

d’affaires dépassant les 12 millions d’euros (plus de trois fois supérieur à

celui de son suivant immédiat…) pour 27 poulains vendus. Mais les Monceaux sont

aussi présents en octobre, avec 26 lots catalogués. Après une telle réussite en

août, comment avoir encore de la ressource en octobre ? C’est la question

que nous avons posée à Henri Bozo.

« Pour

sélectionner les yearlings qui seront vendus en août et ceux qui le seront en

octobre, je me base principalement sur l’évolution physique des chevaux. Tout

est une question de maturité. Certains poulains sont naturellement disposés à

être préparés tôt dans l’année, d’autres ont besoin de temps, et dans ce cas,

ce serait une erreur de les forcer et d’aller contre leur nature pour qu’ils

soient prêts en août. Bien sûr, la date de naissance et le pedigree du cheval

nous donnent de bonnes indications quant au choix de la vente dans laquelle il

sera valorisé. C’est une discussion que nous avons avec Arqana, mais le choix

se fait assez naturellement. Il faut laisser le bon sens parler. C’est ainsi

que même si nous présentons chaque année un consignment très fort en

août, cela n’influe pas sur notre force de frappe en octobre, car on n’y

présente pas le même type de yearlings. Il faut aussi reconnaître que la vente

d’août ne tolère pas le moindre défaut physique… Je crois beaucoup dans la

vente d’octobre, qui s’améliore d’année en année, et nous continuerons d’y

présenter des chevaux de qualité. Elle est très intéressante de par sa

situation dans le calendrier, et je pense qu’elle a encore un bon potentiel de

développement. »

 

Éric Lhermite :

« Plus d’opportunités de vente »

Le haras de Grandcamp a acquis sa notoriété avec la vente

d’octobre, et s’est ensuite installé sur celle d’août. Mais Grandcamp est resté

très présent en octobre : le haras présente même le plus gros consignment

de la vente, avec pas moins de 47 lots ! Éric Lhermite explique

l’importance de cette vente pour son haras.

« En octobre, les

profils des acheteurs sont plus variés qu’en août, et il y a donc plus

d’opportunités de vente. Concernant la sélection entre août et octobre,

plusieurs facteurs entrent en jeu : la date de naissance, le pedigree, les

aplombs… Je ne pense pas qu’il soit raisonnable de pousser un poulain né un peu

tard pour l’amener en août. La vente d’octobre nous permet de leur donner plus

de temps pour arriver au mieux. Pour nous, cette vente représente plus de

travail, car nous y présentons plus de poulains qu’en août. Cette année, c’est

un lot de 47 yearlings que nous y amenons, avec des conditions climatiques

un peu plus difficiles lors de la préparation. Mais cette vente a réellement

progressé au cours des dernières années. On n’hésite plus à mettre un bon

poulain au mois d’octobre. En termes de qualité, la première journée d’octobre

équivaut facilement à la partie 2 d’août. C’est une bonne chose. La progression

de la qualité du catalogue génère une dynamique positive, car elle attire une

plus grande diversité d’acteurs. »

 

Des yearlings moins

matures… mais des résultats à 2ans !

Si les yearlings choisis pour le mois d’octobre l’ont

souvent été pour leur accorder plus de temps dans leur préparation, la vente

d’octobre est cependant une bonne source de gagnants à 2ans. Cette année, elle

a livré 36 gagnants individuels à 2ans, dont Robin of Navan (American Post), gagnant du Prix de Condé (Gr3) et

du Critérium du Fonds Européen de l’Élevage (L), Hiort (Rip van Winkle) et Cheikeljack

(Myboycharlie), deuxième et troisième du Prix Thomas Bryon (Gr3), Barwod XX

(Lope de Vega), London Protocol

(Muhtathir), lauréat du Prix des Planches (B), Jimmy Two Times (Kendargent), gagnant du Prix de Malmaison (B), ou

encore Siyounor (Siyouni), bon

gagnant à Lyon et qui pourrait courir le Prix Isonomy (L), le 22 octobre.

 

Une vitrine pour les

étalons français

À quelques exceptions près, tous les poulains catalogués

sont nés et élevés en France ou assimilés. Cette vente offre ainsi une belle

vitrine aux étalons français. Parmi les étalons confirmés, Myboycharlie est le plus représenté avec 32 lots, suivi par Kendargent avec 28 lots, Motivator avec 25 lots, Siyouni avec 17 lots, Sageburg avec 16 lots, Elusive City et Manduro avec 14 lots, Muhtathir

avec 12 lots, Makfi avec 11 lots, et

Le Havre avec 10 lots. Les jeunes

étalons Wootton Bassett, dont les

premiers 2ans se sont distingués sur les pistes cette année, et Zanzibari, sont aussi bien présents avec 6 et 5 lots. Très recherchés

notamment par les pinhookers, les étalons de première production sont

mis en avant. Cette année, l’offre comporte des produits de Rajsaman, Rio de la Plata, Tin Horse, No

Risk at All, mais aussi le cas particulier Redoute’s Choice dont il s’agit des premiers yearlings européens.

 

STATISTIQUES DE LA

VENTE D’OCTOBRE ARQANA

                 Présentés      Vendus (%)            Prix

moyen        Prix médian         C.A.                        Top

price

2014         573               435

(75,92 %)        36.203 €            26.000 €              15.748.500 €          350.000

2013         543               449

(82,69 %)        33.468 €            25.000 €              15.027.000 €          320.000

2012         478               345

(72,18 %)        31.655 €            23.000 €              10.921.000 €          210.000

2011         551               375

(68,06 %)        27.533 €            20.000 €              10.325.000 €          310.000

2010         525               384

(73,14 %)        27.773 €            21.000 €              10.665.000 €          300.000