Le contrat de location des étalons "nationaux" n’est pas reconduit…

Autres informations / 17.11.2015

Le contrat de location des étalons "nationaux" n’est pas reconduit…

ACA

LE CONTRAT DE LOCATION DES ÉTALONS "NATIONAUX" N’EST PAS RECONDUIT…

Désignée l’an dernier au terme d’un appel d’offre pour exploiter les étalons des ex-Haras nationaux, la Société coopérative agricole des éleveurs de chevaux de course (Scaecc), qui gère le haras de Cercy-la-Tour, vient de mettre fin au contrat de location.

Cela faisait plusieurs semaines que les négociations avaient été entamées avec l’Institut français du cheval et de l’équitation (Ifce), en charge de ce dossier. Mais les deux parties n’ont pu trouver un accord. Au cœur du différend d’affaires, le coût d’exploitation jugé excessif par les gérants de la Scaecc, et en particulier celui imputé au seul Network (Monsun), l’élément phare du groupe des onze étalons loués cette année. Président de la coopérative, Jacques Cyprès nous a expliqué : « L’Ifce nous loue le lot d’étalons, sachant que la plus grosse part du contrat concerne Network. Or, ce dernier saillit de plus en plus mal et a affiché en 2015 un taux de fertilité inférieur à 50 %. Vu ses difficultés à saillir, nous ne pouvons pas prendre le risque de continuer à l’exploiter dans les conditions actuelles. Cela aurait pu mettre la coopérative en danger que de continuer la prochaine saison dans les mêmes conditions. Nous avons proposé à l’Ifce de revoir notre accord. Nous étions prêts à travailler avec sept étalons nationaux et à réétudier à la hausse la location de certains d’entre eux. Mais l’État n’a pas voulu renégocier et partager les risques. Ajoutons que plus les années passent, et plus Network est compliqué à saillir. Et, à 19ans l’an prochain, il n’est plus assurable. Voilà ce qui nous a conduits à mettre un terme à notre contrat de location. »

…NETWORK ET CINQ AUTRES ÉTALONS "NATIONAUX" EN VENTE EN DÉCEMBRE À DEAUVILLE

Du côté de l’Ifce, la vente des étalons nationaux est confirmée. Techniquement, la révision du processus de révision du contrat de location était impossible juridiquement, compte tenu du fait que l’accord était le fruit d’un appel d’offre. Dès lors, une modification des conditions de location nécessitait d’ouvrir un nouvel appel d’offre concurrentiel. Pour Laurent Vignaud, en charge du dossier à l’Ifce, « la vente est la seule solution. Il faut aussi rappeler qu’il s’agissait du scénario de sortie initialement prévu avec les étalons, jusqu’à ce qu’une décision dérogatoire du ministre [de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, ndlr] n’autorise leur location. Quatre étalons sont actuellement en vente sous pli cacheté auprès de l’Ifce. Il s’agit d’Axxos, Daramsar, Honolulu et Day Flight. Six passeront sur le ring d’Arqana lors de la vente d’élevage de décembre, à savoir Crossharbour, Khalkevi, Lauro, Network, Policy Maker et Racinger. Restera ensuite à traiter le cas de Spanish Moon, qui ne peut pour le moment passer en vente pour des raisons juridiques. »