Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les cellules souches à la réunion sanitaire du syndicat des éleveurs

Autres informations / 20.11.2015

Les cellules souches à la réunion sanitaire du syndicat des éleveurs

LES CELLULES SOUCHES À LA RÉUNION SANITAIRE DU SYNDICAT DES

ÉLEVEURS

Dimanche dernier, à Deauville, les

quelques 40 élevages présents ont beaucoup appris sur les cellules souches considérées de nos jours comme le socle de la

médecine régénérative. Pour ne citer qu’un exemple, les premiers constats font

état d’un taux de récidive des tendinites de 25 % au lieu de 70 %

après injection de ces fameuses cellules.

C’est d’abord Stéphane Maddens,

biologiste et créateur de la société Vetbiobank, qui a exposé en quoi les

cellules souches sont le réservoir de cicatrisation de l’organisme et peuvent

être utilisées en orthopédie pour des synovites, l’arthrose, le ménisque du

genou ou bien sûr les tendinites, mais aussi en ophtalmologie pour les ulcères

cornéens.

Les cellules proviennent soit du

patient lui-même (mais elles perdent de leur efficacité avec l’âge), soit d’un

autre cheval et notamment du cordon ombilical des foals qui sont le meilleur

réservoir. Le Docteur Marc Foursins a dit avoir utilisé cette technique dans

une centaine de cas, d’arthrose, de détérioration du cartilage, de fracture

articulaire, de problèmes de sésamoïde ou encore de kyste osseux. Beaucoup de

résultats satisfaisants en notant toutefois qu’il s’agit d’un traitement non

instantané pouvant rendre du temps.

Entre le prélèvement, le stockage et

l’injection, il faut compter de 1.500 euros à 3.000 euros, suivant le site à

traiter.

 

Problème de disponibilité du vaccin contre la

rhino-pneumonie

Autre sujet, le vaccin contre la

rhino-pneumonie dont la disponibilité reste problématique puisque les deux

labos qui le produisent, Pfeizer et Mérial, ne devraient plus fournir avant

avril 2016. En pratique, il semble que les vétérinaires ont fait provision…

Quant à l’aspect réglementaire impliqué par ce manque éventuel, le Dr Gadot a

indiqué que France Galop prendrait les dispositions qui conviennent tandis que

Tim Richardson, grand organisateur de cette réunion, et Julian Ince, en

tiendraient compte dans la rédaction du protocole de monte. À propos de ce

protocole, il est à noter que le standard minimum imposé par le stud book et

celui, plus élevé, du code international, restent inchangés pour 2016 avec le

rappel que chaque étalonnier reste libre d’imposer les dispositions

supplémentaires de son choix. Il est donc fortement conseillé aux éleveurs

propriétaires de juments de se conformer au protocole du haras de l’étalon

visité, pour éviter tout retard de saillie.

Le Syndicat des éleveurs remercie

l’ensemble des participants ainsi que les intervenants et experts

présents : les Docteurs Marc Foursins, Guillaume Fortier et Paul-Marie

Gadot, ainsi que messieurs Stéphane Maddens, Tim Richardson, Julian Ince.