Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Milord thomas, le roi d’auteuil

Autres informations / 09.11.2015

Milord thomas, le roi d’auteuil

MILORD THOMAS, LE ROI

D’AUTEUIL

PRIX LA HAYE JOUSSELIN (GR1). AUTEUIL, DIMANCHE. Savourer. C’est

le maître mot lorsque le champion Milord

Thomas (Kapgarde) est en piste. Il faut profiter de chaque instant avec lui

car au fil de ses sorties, il entre chaque fois un peu plus dans l’histoire. Ce

dimanche à Auteuil, il a signé le doublé dans le Prix La Haye Jousselin (Gr1)

et il a ainsi conservé son titre acquis en 2014. "Milord" a rejoint Remember Rose et Rubi Ball, les deux derniers chevaux à avoir gagné deux "Haye

Jousselin". Il imite aussi le premier nommé dans le sens où il a réussi le

doublé "Grand Steeple-Haye Jousselin" la même année. Et Remember Rose

était le dernier à l’avoir fait, en 2009. Nous ne sommes qu’au début de

l’épopée de Milord Thomas et il va encore étoffer son palmarès, c’est une

certitude. Ce cheval a confirmé qu’il était et entend rester le roi d’Auteuil.

 

UNE VICTOIRE ACQUISE QUASIMENT DE BOUT

EN BOUT

En

l’absence de leaders, Milord Thomas a rapidement dû prendre les commandes de la

course. Après un premier saut de la rivière un peu hésitant, il a pris la tête

de l’épreuve au premier passage en face. Le deuxième saut de cet obstacle s’est

mieux passé. Milord Thomas a vu Vézelay XX (Dom Alco) le

rejoindre et l’accompagner pour sauter le rail-ditch. Dans le dernier tournant,

Vézelay paraissait avoir la course à sa mesure. Mais sur le plat, il n’a pu

contrer les retours de Milord Thomas et Saint

Palois (Saint des Saints), plus expérimentés que lui. Vézelay a conservé la

troisième place, à une longueur un quart du cheval de la famille Papot.

Désormais, un Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), deux Prix La Haye Jousselin

et un Prix Maurice Gillois (Gr1) ornent le palmarès de Milord Thomas… en

attendant de nouveaux exploits !

 

DOMINIQUE BRESSOU : « C’EST

VRAIMENT UN CRACK »

Dominique

Bressou a amené son crack Milord Thomas au sommet de son art pour le jour J.

Même s’il avait fini deuxième, Milord Thomas avait eu une bonne course dans le

Prix Héros XII (Gr3), tout en ayant des excuses. Ce dimanche, il était

étincelant au rond de présentation et il l’a été en piste, en faisant preuve de

courage. Dominique Bressou nous a dit : « Ce sont des moments terribles… C’est horrible de ne pas être en selle,

on ne peut rien faire. On ne peut que subir. C’est intense ! Je suis

soulagé. Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu autant d’émotions dans la

dernière ligne droite ! C’est vraiment un crack. Aujourd’hui, je crois que

l’on peut parler de crack, après deux "Haye Jousselin", un "Grand

Steeple", un "Maurice Gillois"… C’est le premier crack que j’ai,

sans avoir beaucoup de recul. Si j’avais vingt ans de métier, je dirais que

c’est normal. Cette victoire est grandiose pour moi, c’est aussi grandiose

d’avoir la confiance de Magalent Bryant et de David Powell. Je suis vraiment

heureux de gagner pour eux. Dans la ligne droite, j’ai cru qu’il était battu,

mais "Milord" s’est relancé, il a mis son cœur sur la piste pour

s’imposer. Pourtant, il en a fait beaucoup dans le parcours. C’est un

combattant, il a beaucoup de courage. Et son jockey a monté une superbe course.

Milord Thomas s’endurcit avec les courses. Mais il a toujours le même mental et

il est facile à entraîner. Nous allons apprécier la façon dont il récupère préalablement

à une participation au Prix Georges Courtois (Gr2). »

 

UN TROISIÈME SUCCÈS DANS LA "HAYE

JOUSSELIN" POUR JACQUES RICOU

Déjà

lauréat avec Golden Flight en 2005

et Milord Thomas en 2014, Jacques Ricou a ajouté un troisième succès dans le

Prix La Haye Jousselin (Gr1) à son palmarès avec le cheval de sa vie. « Nous sommes allés devant trop tôt, mais

c'est un cheval qui a besoin d'aller à son rythme, a dit Jacques Ricou au

micro du cheval émetteur. J’ai donc pris

le risque d'aller devant. Il a sauté un peu fort la rivière, mais il est

courageux. Au dernier tournant nous étions battus. Milord Thomas a un grand

cœur. Ce qui le fait gagner aujourd’hui, c'est sûrement le fait que nous

l'ayons respecté pendant ses courses préparatoires. »

 

UNE BELLE VICTOIRE D’ÉQUIPE

Le

succès de Milord Thomas couronne un excellent travail d’équipe où la confiance

est l’un des piliers. Magalen Bryant a réagi après l’arrivée : « C’est une superbe victoire d’équipe. Je

tiens à la féliciter, avec David Powell et Dominique Bressou en tête. Et bien

sûr Milord Thomas ! »

 

plat]

LA GENÈSE DE MILORD THOMAS

André Michel a vibré avec la victoire de

son élève, Milord Thomas, dans le Prix La Haye Jousselin. Très proche de la

famille Powell depuis trente-cinq ans, il a coélevé le cheval avec son filleul,

Thomas Le Boucher, au haras du Lieu des Champs. Il nous avait raconté la genèse

de Milord Thomas lors de sa victoire dans le Grand Steeple-Chase de Paris. Nous

reproduisons ici son interview.

 

JDG. – Pourquoi avoir choisi Kapgarde

pour Star d’Avril ?

André Michel. – Nous avons été à

Kapgarde car c’était évidemment une belle origine. Côté maternel, nous avions

déjà une génétique obstacle car grâce à cette même lignée, nous avons eu Haut

Plessis, double gagnant du Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3), qui avait

dominé Al Capone II. Kapgarde est un cheval puissant, qui a du battant, de

l’allure. Et puis, j’avais deux Kapgarde sur la mère et la grand-mère de Milord

Thomas. Ce sont deux chevaux totalement différents. Il y en a un qui est très

typé Milord, qui a beaucoup d’allure, et l’autre qui est un peu plus puissant.

Mais bon, la génétique, si c’était comme les mathématiques, tout le monde

gagnerait. Star d’Avril a malheureusement coulé de Saint des Saints. Elle a eu

un 3ans par Martaline qui est également chez Dominique . J’ai un 2ans par Al

Namix et cette année, elle est suitée du propre frère de Milord Thomas.

 

Comment était Milord Thomas lorsqu’il

était jeune ?

Nous,

les éleveurs, nous les voyons toujours avec les yeux de l’amour. Mais je dirais

que c’était un cheval commun. Dans les prés, c’était un cheval comme les

autres, joli, bien fait, pas trop de gabarit, allant. Mais bon, bien malin qui

aurait pu dire qu’il aurait cette destinée. Par contre, lorsqu’on l’a mis au

débourrage, très, très vite, David Powell m’a dit qu’il avait quelque chose

d’autre, dans sa façon de galoper, dans sa façon de faire. Il m’avait dit qu’il

devrait être un bon cheval. Il ne s’est pas trompé, mais on peut faire

confiance à David.

 

Combien de poulinières avez-vous ?

Je

n’ai que quatre poulinières au haras du Lieu des Champs. J’ai donné dix pour

cent de Milord Thomas à mon filleul [Thomas Le Boucher, d’où Milord Thomas,

ndlr] pour son quinzième anniversaire. Je lui avais dit que je lui donnais

dix pour cent et qu’à ses dix-huit ans, le cheval aurait 3ans et que s’il

prenait de l’argent, il pourrait faire la fête. À 3ans, il n’a pas fait

beaucoup la fête, mais maintenant, je pense qu’il va se rattraper.

 

Comment êtes-vous arrivé dans le monde

des courses et de l’élevage ?

Mon père était originaire de la Manche et il avait des

chevaux. Il avait notamment des chevaux de concours hippique et il a d’ailleurs

fait naître quelques chevaux de concours. Au début des années soixante, il a

acheté un lot de chevaux à la boucherie pour manger l’herbe, et dans ce lot de

chevaux, il y avait, entre autres, une jument fille de Wild Risk qui ne devait

théoriquement plus jamais faire de poulain. Mais elle avait été vue par le

docteur Plainfossé, qui nous avait dit qu’il ne voyait pas pourquoi elle ne

ferait pas de poulains. La première fille de cette jument, nous l’avons récupérée,

la suivante a été accidentée à l’entraînement. C’est elle qui nous a donné

notre bonne lignée d’où provient Haut Plessis.

 

encadré

MILORD THOMAS SUR LA TOILE

Jeune

coéleveur passionné de Milord Thomas, Thomas Le Boucher est à l’origine de la

présence du champion sur les réseaux sociaux, comme Facebook et Twitter.

D’ailleurs, les pages Facebook et Twitter du cheval sont de plus en plus

populaires. Et grâce à elles, nous avons pu suivre les dernières 48 heures de

la préparation de Milord Thomas, mais aussi ses travaux et sa vie quotidienne.

Une excellente initiative pour populariser un champion comme nous avons pu le

voir avec Trêve (Motivator) cette

année.

Fin encadré

 

SAINT PALOIS POURRAIT COURIR EN

ANGLETERRE

Saint

Palois avait réalisé deux très bonnes courses en vue de ce Prix La Haye

Jousselin. La distance de 5.500m ne pouvait que l’avantager et cela a été le

cas. Constamment aux premiers rangs, derrière Milord Thomas, il a très bien

sauté, hormis le mur. Il a perdu quelques rangs pour aller sur la piste

extérieure, mais il est revenu à l’assaut avec des ressources à l’entrée de la

ligne droite. Vézelay allait très bien à ce moment du parcours, mais Saint

Palois et Milord Thomas ont grignoté mètre après mètre pour dominer l’élève de

Michèle Juhen-Cyprès sur le plat. Entraîneur de Saint Palois, deuxième, et

Vézelay, troisième, Emmanuel Clayeux nous a dit sur le premier nommé :

« Saint Palois est un très bon

cheval. Il est passé par de drôles d'états au cours de sa carrière. Je ne sais

pas s'il va courir encore à Auteuil cette année, je pense qu'il ne faut pas

trop tirer sur la corde. Je l'ai engagé à Kempton, mais je ne pense pas qu'il

ira. Je me suis renseigné et c'est un hippodrome avec des courses rythmées qui

ne seraient pas idéales pour lui. S'il devait aller en Angleterre, ce serait en

janvier à Cheltenham, dans une préparatoire au Gold Cup. S'il s'y comporte

bien, il pourrait aller courir le Gr1. C'est plus difficile pour les chevaux

français de s'adapter à l'Angleterre que l'inverse. Mon rêve est de remporter

une course en Angleterre, mais je ne veux pas y aller pour faire de la

figuration. Un de mes confrères m'a dit : lorsque tu as gagné un Gr1 en

Angleterre, tu peux mourir après, il n'y a rien de mieux. Je rêve de gagner

là-bas... Mais je ne suis pas pressé de mourir ! » Xavier Papot a

ajouté : « Saint Palois est un

bon cheval. En dernier lieu,  il avait

très bien couru. Aujourd'hui, nous visions la victoire mais il est battu par

Milord Thomas, qui a remporté tous les Groupes 1 sur le steeple cette année.

Saint Palois aurait aussi été certainement mieux sur un terrain plus lourd. Il

n'est pas loin et c'est lui qui finit le mieux. »

 

EMMANUEL CLAYEUX : « LE JOUR

DU GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS, L'ORDRE POURRAIT BIEN S'INVERSER »

Encore

tendre dans ce genre de courses, Vézelay a réalisé une excellente performance

dans ce Gr1. Il a accompagné Milord Thomas tout au long de la piste extérieure

et a longtemps fait illusion pour la victoire. Sa troisième place est

encourageante. Emmanuel Clayeux nous a déclaré au sujet de Vézelay :

« J'avais dit cette semaine que

Vézelay serait troisième car il n'est pas encore assez dur. Bertrand Lestrade

m'a dit qu'il allait au-dessus de la mêlée dans le dernier tournant, mais il

l'a ensuite respecté pour finir. Le jour du Grand Steeple-Chase de Paris,

l'ordre pourrait bien s'inverser. Je n'avais plus de doute concernant sa

capacité à faire la distance car, lors de sa dernière sortie, il avait bien

fini. Je pense que Vézelay ne va pas recourir cette année. Le Prix Georges

Courtois serait la course de trop. »

Quatre

fois deuxième du "Grand Steeple", Shannon Rock (Turgeon) a fait l’arrivée du Prix La Haye Jousselin

pour la quatrième fois également. Le pensionnaire de Jean-Paul Gallorini, après

s’être rapproché facilement sur la piste extérieure, a conclu quatrième devant Saint Pistol (Saint des Saints).

 

LE NEVEU DE ROYALE FRANÇOIS

Milord

Thomas a été élevé par André Michel et Thomas Le Boucher, au haras du Lieu des

Champs, géré par Richard Powell. Il appartient à une souche que connaît bien Dominique Bressou. En

effet, il a entraîné la mère, Star d’Avril (Phantom Breeze) et

les deux neveux, Royale François (Kapgarde) et Pennylane (Northern

Park) de Milord Thomas. Star d’Avril a été jugé digne de prendre le départ de

la Grande Course de Haies d’Enghien et de la Grande Course de Haies de

Printemps (Grs3), sans succès. Elle a remporté deux handicaps, sur les haies

d’Auteuil et le steeple d’Enghien. Royale François a enlevé le Prix La

Périchole (Gr3) et s’est classé troisième du Prix Maurice Gillois (Gr1). Quant

à Pennylane, elle s’est classée troisième du Prix Montgomery (Gr3

Lien

à insérer : http://www.jourdegalop.com/documents/link_pdf/MILORDTHOMAS.pdf

 

Nouveau

!

VISIONNEZ LA VIDÉO DE LA COURSE

"JDG vidéo" est un nouveau service offert par JDG, en partenariat

avec Equidia et France Galop.

Cliquez ici pour revoir la course en vidéo

 

Lien à insérer

http://www.jourdegalop.com/video.php