Elvstroem, un citoyen du monde

Autres informations / 26.01.2016

Elvstroem, un citoyen du monde

ELVSTROEM, UN CITOYEN DU MONDE

ELVSTROEM

Danehill & Circles of Gold, par Marscay

1er Victoria Derby, 1er Dubai Duty Free, 1er Underwood Stakes, 1er Caulfield Cup, 1er Orr Stakes (Grs1), 1er Autumn Classic, 1er Turnbull Stakes, 1er St George Stakes (Grs2), 1er Guineas Prelude (Gr3), 2e Prix d’Ispahan, 3e Prince of Wales’s Stakes, 4e Grand Prix de Saint-Cloud (Grs1).

Stationné au haras du Petit Tellier - 7.000 € H.T. poulain vivant

 

Né en Australie, Elvstroem (Danehill) a écrit son histoire dans les courses à travers plusieurs continents. Désormais étalon, il continue ses voyages et se fixe en France au haras du Petit Tellier.

Les frontières n’ont jamais été un frein pour Elvstroem. Lauréat de Gr1 dans son pays à 3ans et à 4ans, Elvstroem trouve ensuite l’Australie trop petite pour lui. En 2005, il tente l’aventure au-delà des mers et s’impose dans le Dubai Duty Free (Gr1, ex-Dubai Turf, la course de Solow) avant de se produire en France et en Angleterre. Il termine deuxième de notre Prix d’Ispahan, troisième des Prince of Wales’s Stakes et quatrième du Grand Prix de Saint-Cloud (Grs1).

Elvstroem n’est pas le cheval australien typique, pur sprinter, que l’on peut imaginer. Bien évidemment, il possède de la vitesse, ayant gagné à l’âge de 2ans sur 1.300m. Mais ce qui frappe chez lui, c’est sa polyvalence : il a gagné de 1.300m à 2.500m et a remporté à 5ans les Orr Stakes (Gr1) sur 1.400m, alors que sa sortie précédente était une quatrième place dans le Melbourne Cup (Gr1) sur 3.200m !

Cheval multi-distances, Elvstroem appartient à une famille vivante qui est également une citoyenne du monde. Elvstroem est l’oncle d’un cheval dont on a beaucoup parlé en 2015 : Highland Reel (Galileo). Entraîné en Irlande par Aidan O’Brien, il a terminé deuxième de notre Prix du Jockey Club et s’est imposé aux États-Unis dans les Secretariat Stakes (Grs1). La mère d’Elvstroem, Circle of Gold (Marscay), est lauréate des Australian Oaks (Gr1) et on retrouve sous le nom de sa deuxième mère le top sprinter Starspangledbanner. Comme Elvstroem, il a brillé en Australie et en Europe : en 2010, il a gagné les Golden Jubilee Stakes à Royal Ascot et le July Cup (Grs1), ce qui a fait de lui le sprinter de l’année en Europe.

Il ne faut pas passer sous silence la carrière d’Elvstroem au haras. Il est le géniteur de Hucklebuck, cheval de l’année sur l’exercice 2014-2015 en Australie. Elvstroem a obtenu les titres de tête de liste des étalons de première et deuxième production dans l’État de Victoria, et il a déjà montré qu’il était capable de produire des chevaux compétitifs sur plusieurs créneaux de distances.

Dès cette année, le "Petit Tellier" n’hésite pas à faire confiance à Elvstroem, comme nous l’a expliqué Patrick Chedeville : « Nous avons quelques juments de Groupe à la maison et toutes vont rencontrer Elvstroem. Je peux citer Ma Préférence [Prix Fille de l’Air, ndlr], This Time [Prix d’Arenberg], Moonee Valley [Prix des Réservoirs], Goldtara [placée de Gr1] ou Belle Suisse [la mère d’El Suizo]. C’est un carnet de bal de qualité pour Elvstroem, qui le mérite. Nous souhaitons le limiter à cent juments et il ne reste déjà que peu de saillies disponibles. Nous avons vu Elvstroem durant un voyage, en novembre 2015, en Australie. Nous avons alors pu juger de la qualité de ses foals, et lui-même est un cheval magnifique. C’est un vœux pieux, mais avec le recul que j’ai en tant qu’éleveur, beaucoup d’éléments permettent de penser que c’est un étalon qui va tout à fait convenir à la jumenterie française. »

En course, le talent d’Elvstroem a su traverser les frontières. Et, désormais, rien ne s’oppose à ce qu’il connaisse la même réussite comme étalon...

 

Liens vidéos :

Trois vidéos d’Elvstroem disponible sur la chaine Youtube du haras du Petit Tellier : https://www.youtube.com/playlist?list=PLd30smHXzW_G8mU1brbgsOP1dgEkmACw3