Le pmu tient ses engagements en 2015 : le recul du pari hippique attenué par la croissance de l’international

Autres informations / 14.01.2016

Le pmu tient ses engagements en 2015 : le recul du pari hippique attenué par la croissance de l’international

LE PMU TIENT SES ENGAGEMENTS EN 2015

LE RECUL DU PARI HIPPIQUE ATTENUÉ PAR LA CROISSANCE DE L’INTERNATIONAL

 

Le PMU a dévoilé ce mercredi ses résultats pour l’année 2015. Après un premier trimestre difficile, les chiffres se sont améliorés tout au long de l’année du côté des enjeux, tout en affichant une légère baisse par rapport à 2014. Les enjeux sur les paris hippiques sont en baisse de 1,8 % en 2015, contre moins 5 % en 2014. Le produit brut des jeux (PBJ) présente aussi une baisse contenue, de 1,9 % en 2015 contre 2,6 % en 2014. Xavier Hürstel, président directeur général du PMU, a déclaré : « Malgré un environnement très perturbé, le recul de l’activité a été freiné en 2015 grâce à une mobilisation très forte de l’entreprise pour mettre en œuvre de nombreux chantiers stratégiques du plan PMU 2020. Après un début d’année très difficile, l’activité s’est améliorée au fur et à mesure de la mise en œuvre opérationnelle d’importants chantiers de back office, sans oublier les nouvelles offres et tout en développant la qualité de service au client. Au final, nous avons cette année encore tenu nos objectifs sur le niveau des enjeux et du produit brut des jeux. Cela, combiné à une stricte maîtrise des charges, nous permettra de délivrer un résultat net conforme à nos engagements, au bénéfice de la filière hippique française. »

Au cours de l’année 2015, le PMU a distribué près de 7,4 milliards d’euros aux parieurs sous forme de gains. Cela représente un taux retour joueurs de 75 % et près de 600.000 gagnants. Le total de l’activité PMU (hippique, sportif et poker) présente une baisse des enjeux de 1,8 % à 9.797 milliards d’euros, et un P.B.J. en baisse de 2 % à 2.413 milliards d’euros.

 

Une année de transformation et de concrétisation de chantiers majeurs

Comme prévu, 2015 a été une année marquée par la transformation et la modernisation du réseau PMU, dans le cadre du plan PMU 2020. Cela s’est traduit, au cours du second semestre, par la rénovation d’un quart des points de vente du réseau PMU, segmentés selon les différents univers happy PMU, PMU express et PMU, conçus pour mieux répondre aux attentes et aux différentes typologies de clients. Ces nouveaux concepts, aux offres de services différenciées, bénéficient d’une nouvelle interface de jeu sur borne interactive innovante et totalement relookée, hipiGo, qui permet un accès facilité aux paris hippiques, notamment pour les joueurs novices.

Le PMU a également doublé son parc de PMU City, boutiques destinées à reconquérir les grands centres urbains en proposant le meilleur du PMU : écrans géants de retransmission des courses, guichets, bornes et écrans tactiles d’information de dernière génération. Neuf de ces boutiques en propre dédiées au pari hippique ont été créées en 2015, portant leur total à 17.

Enfin, il y a aussi eu du changement sur les hippodromes parisiens. Deux mille quinze a été l’année de la transformation – cessation du G.I.E. P.M.H. Le P.M.H. a été opérationnel jusqu’au 15 septembre, où ses activités ont été reprises par le PMU sur les hippodromes parisiens et le groupe Carrus sur l’hippodrome de Deauville. Cela a conduit à la création d’un nouveau parcours client sur les hippodromes parisiens. Les bornes automatiques ont quasiment remplacé les guichets P.M.H., avec des conseillers du PMU présents sur les différents espaces multi-services adaptés aux différentes typologiques de parieurs. Ces conseillers ont pour but d’être une vraie force de vente, avec vocation d'accueillir, de conseiller et d'assurer un accompagnement personnalisé des clients grâce à leur proximité. Le parcours client a ainsi été redessiné et réadapté, dans le but de proposer différents espaces d’accueil personnalisés pour une expérience client unique.

 

Paris hippiques : la hausse de l’international compense la baisse en France

Sur l’année 2015, les paris hippiques enregistrent une baisse en France de 2,9 %, à 8,184 milliards d’euros. En 2014, cette baisse était de 6,3 %. Comme en 2014, on constate cependant une forte croissance des paris pris à l’international, qui compense ce recul des paris pris en France. Ces paris enregistrent une hausse de 11 % à 808 millions d’euros. En 2014, le PMU enregistrait une progression de 14 % sur les paris pris à l’international, qui ont été multipliés par quatre en l’espace de quatre ans et représentent désormais 11 % des enjeux sur les paris hippiques. La Norvège a rejoint la masse commune du PMU et les plus fortes croissances ont été enregistrées en Finlande (+ 62 %), en Suède (+ 57 %) ainsi qu’aux Pays-Bas (+ 43 %)… Soit des pays majoritairement tournés vers le trot…

L’année 2015 du PMU à l’international a été marquée par de nombreux développements. Numéro trois sur le marché mondial des paris hippiques, le PMU a ainsi pris une participation majoritaire dans le German Tote, opérateur hippique allemand, ce qui lui a permis de devenir opérateur direct en Allemagne. Le PMU s’est aussi développé hors d’Europe avec, en fin d’année 2015, la création de la filiale PMU Brasil. Le PMU est ainsi devenu opérateur de paris hippiques au Brésil pour le Jockey Club Brasileiro, et compte désormais trois filiales à l’étranger, étant présent en Belgique depuis 2013 avec Eurotiercé.

Le PMU indique par ailleurs que les échanges initiés depuis plusieurs années entre les pouvoirs publics chinois et la filière hippique française se sont intensifiés sur le projet de développement d’une filière hippique en Chine… Le PMU, France Galop, LeTrot ou encore Arqana sont en effet présents en Chine depuis quelques années pour aider à la création d’une filière hippique avec, en toile de fond, l’espérance de faire lever l’interdiction des paris hippiques dans le pays, qui représente un véritable vivier de parieurs potentiels.

Côté internet : une année marquée par la séparation des masses d’enjeux

En 2015, l’un des très gros chantiers du PMU a été la séparation des masses d’enjeux sur les réseaux en dur et online, imposé par l’Autorité de la concurrence. Cette séparation a mobilisé 150 personnes pendant de nombreux mois, nécessitant un projet informatique lourd, et a été effective à partir du jeudi 10 décembre. À cette occasion, le PMU a lancé une offre hippique spécifique à internet (PC, smartphones et tablettes). Les e-paris, duplication de la gamme historique, ainsi que l’e-Quinté+, seul pari à 5 chevaux proposant l’ordre sur le marché online, rencontrent d’ores et déjà un succès certain auprès des internautes. Il est encore un peu tôt pour faire un bilan des conséquences de cette séparation des masses.

 

Des nouveautés au service du parieur

Les parieurs jouant sur le réseau en dur ont pu bénéficier en 2015 du développement autour de la carte PMU et de son programme de fidélité, qui se poursuivront en 2016 : la carte PMU devient la carte MyPMU avec le programme MyPMU+. Le but est de mieux récompenser la fidélité des parieurs. Enfin, le passage en haute définition d’Equidia Live et d’Equidia Life a permis une meilleure mise en valeur des sports hippiques et équestres.

HAUSSE DU PARI SPORTIF, BAISSE DU POKER

Deux mille quinze a été dans la continuité des années précédentes du côté des paris sportifs et du poker. Les enjeux sur les paris sportifs sont en hausse de 3,6 % (237 millions d’euros) par rapport à 2014, qui avait enregistré un bond de 14,9 %, boostée notamment par la Coupe du monde de football. Le produit brut des jeux est en baisse de 4,8 %, à 43 millions d’euros. Les enjeux sur le poker sont à nouveau en baisse, de 4 % (568 millions d’euros), avec un produit brut des jeux évalué à 15 millions d’euros (- 4,7 %).