Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les problématiques nationales sur le devant de la scène lors de l’assemblée générale des éleveurs du sud-ouest

Autres informations / 25.01.2016

Les problématiques nationales sur le devant de la scène lors de l’assemblée générale des éleveurs du sud-ouest

ACA

 LES PROBLÉMATIQUES NATIONALES SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE LORS DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DU SUD-OUEST

Le 23 janvier, l’hippodrome de Pau accueillait l’assemblée générale et le Gala du Syndicat des Éleveurs de Chevaux de Sang du Sud-Ouest. La réunion a été introduite par le président, Yves Fremiot, accompagné par Mathieu Daguzan-Garros, Jean Biraben et Loïc Malivet. En préambule, un hommage a été rendu aux personnalités disparues au cours de l’année, Yann Poirier, Jean-François Bernard, Nadja Govaert, Véronique Briat, Jean-Jacques Piquet, Léon Flavien et Michel Henochsberg.

 

Photo vue générale assemblée générale

 

Changer le mode de scrutin du Président de France Galop

Loïc Malivet, le Président du Syndicat des Éleveurs de Chevaux de Sang de France, a fait un bilan des dernières élections de France Galop : « En ce qui concerne les élections nationales, j’avais un peu peur que nous passions à trois élus et nous sommes à quatre. Le score est correct sans plus. L’élection présidentielle est un échec. On peut l’analyser de différentes façons (…) Les deux grands syndicats, les propriétaires et les éleveurs, n’ont été ni forts ni unis sur le plan national. Comme nous sommes allés en ordre dispersé aux élections, la marche était trop haute (...) Nos voix se sont effritées au fil des semaines (…) C’est un mode d’élection très particulier. On ne pouvait pas se fier à ce que l’on entendait aux courses ou aux ventes. Beaucoup d’éleveurs et de propriétaires voulaient un changement, avec un socioprofessionnel élu. Or ce ne sont pas les 12.000 socioprofessionnels qui votent, mais ce sont les membres élus au comité. Je pense, mais ce n’est peut-être pas juste qu’un vote des socioprofessionnels aurait changé beaucoup de choses. Cela fait partie des éléments que je souhaite défendre dans les semaines qui viennent. Il serait peut-être plus judicieux que le Président de France Galop soit élu par les 12.000 socioprofessionnels et non plus par un petit groupe de personnes, qui sont très manipulables. Il y a du marchandage (…) »

 

Photo : Loïc Malivet

 

Créer une association transversale propriétaires-éleveurs

« Nos deux associations, les éleveurs et les propriétaires, sont deux associations vieillissantes. Nous manquons d’éléments nouveaux. Il y a quatre ans, j’avais proposé au Syndicat des Propriétaires une association transversale. Lors des dernières élections, ce sont deux associations transversales qui ont tiré leur épingle du jeu, les PP et Génération Galop. Cela se fait dans d’autres pays, comme aux États-Unis. Nous avons de nombreux sujets communs. De même, sur un peu plus de 2.000 adhérents au Syndicat des Éleveurs, 1.000 sont également inscrits au Syndicat des Propriétaires (…) À l’époque j’avais un schéma en tête, avec des personnes à proposer. Philippe Bouchara [qui était alors Président du Syndicat des Propriétaires, NDLR] a commencé à proposer des noms, mais le projet n’a pas avancé. J’ai insisté pendant six mois, puis j’ai posé les mains (…) Il avait envie de le faire, mais après il fallait avoir la volonté (…) Si on ne trouve pas un système pour rebondir, nous allons sombrer tranquillement (…) Il n’y a quasiment aucun renouvellement dans nos listes. Je suis très inquiet (...) Il y a une prime à la nouveauté au niveau des listes lors des dernières élections. »

 

Loïc Malivet va solliciter un vote de confiance

« Je n’ai pas été très suivi à l’occasion des élections. Je ne suis pas certain de garder la Présidence du Syndicat des Éleveurs. Je mettrai ma présidence au vote lors du prochain comité. Malheureusement, je pense que mon collègue des propriétaires ne le fera pas, alors que son échec a été encore plus important (…) Édouard de Rothschild m’a proposé au conseil d’administration (…) J’ai obtenu 47 voix sur 50, ce qui m’a permis de rebondir. Cela m’a donné un peu de baume au cœur. Pendant ce temps-là le Président des propriétaires, proposé par Édouard de Rothschild, qui l’avait soutenu pendant la campagne, n’a décroché que 17 voix sur 50 (…) Le plus sage est donc de remettre ma présidence au vote (…) Il faut essayer d’insuffler de la nouveauté. »

 

La télévision, la province et l’obstacle

Loïc Malivet a ensuite poursuivi son allocution en tant qu’élu à France Galop : « Le grand sujet actuel est la télévision. Nous n’avons qu’un accord pour le Prix d’Amérique sur BFM TV. Nous sommes en négociations avec plusieurs chaînes. La télévision a beaucoup changé ces dernières années. Il y a plus de concurrence. Avant, la filière devait payer plusieurs millions d’euros chaque année pour que les courses soient diffusées. À présent, on pourrait se diriger vers une situation inverse (…) Le conseil d’administration de France Galop est très parisien. Sur les 12 membres, seulement trois sont issus des régions. La plupart des dossiers qui vont être étudiés dans les semaines prochaines vont l’être par ces personnes. La répartition et la suppression des courses sont un exemple de sujet à venir. Avec un Conseil d’Administration très parisien, cela pourrait causer des difficultés à la province et à l’obstacle (…) Le problème des partants en obstacle est réel, même s’il y a un peu une chape de plombs sur ce sujet. Il faut aussi être conscient que les chiffres du PMU ne sont pas bons (…) On peut craindre un retour à la filière en baisse de 7 millions d’euros (…) Je vais peut-être entrer au conseil des régions. C’est en discussion. »

 

Photo : Hervé Chamarty

 

Ouvrir les deux grands syndicats aux nouvelles forces en présence

Hervé Chamarty, le Président de l'Association des Propriétaires du Sud-Ouest, a regretté le manque de reconnaissance des électeurs régionaux sur le plan national. Il a également proposé que l’Assemblée générale de l'Association des Propriétaires du Sud-Ouest soit organisée lors du deuxième jour des ventes de yearling d’Osarus. Hervé Chamarty a expliqué : « Il a manqué une passerelle entre le Président du Syndicat des Propriétaires et celui des Éleveurs, ainsi que des actions communes. Cela ne nous a pas été favorable lors des élections. Nous avons par ailleurs un besoin de renouveau (…) Si le Syndicat des Propriétaires ne s’est pas exprimé à ce sujet dans la presse, sa présidence va être remise en jeu, le 11 février. Nous allons débriefer le résultat des élections. Et établir un plan pour redresser la situation, qui passe par une ouverture. Il faut que les deux grands syndicats donnent de la place aux nouvelles forces qui ont émergé lors des dernières élections. Nous ne pouvons pas continuer en étant divisés pour l’avenir des courses (…) en sachant que les deux syndicats apportent des services et solutions, sur le long terme, que les mouvements de pensées ne peuvent pas fournir, par manque de structuration.»

 

Photo : Paul Couderc

 

Les nouveaux objectifs du Syndicat Anglo-Course

Paul Couderc, le Président d’Anglo-Course, a déclaré : « Nous sommes un bon exemple d’association transversale, qui rassemble éleveurs, propriétaires et entraîneurs. Lors des dernières élections, nous avons joué le jeu de nos partenaires, le Syndicat des Propriétaires et celui des Éleveurs. Nous souhaitons les remercier pour leur soutien lors du Grand Show de l’anglo-arabe, ainsi que pendant le reste de l’année (…) Pour rebondir sur les interventions précédentes, je pense qu’il serait aussi utile de simplifier le système de vote, qui peut être déconcertant (…) Le programme de courses d’anglo-arabes, en plat en obstacle, évolue au fil de l’eau, pour essayer de fournir un nombre de partants optimum dans les épreuves Premium, en tenant compte du nombre de naissances et du nombre de chevaux à l’entraînement (…) En 2016, le Grand Show de l’anglo-arabe de course en sera à sa troisième édition. Nous souhaitons stimuler l’aspect commercial et plusieurs propositions seront faites dans ce sens au Conseil d’Administration d’Anglo-Course. Comme l’a souligné le Président Fremiot, 19 % des naissances d’anglo-arabes sont issues d’étalons pur-sang anglais. Avec l’arrivée des 12,5 % de sang arabe, souvent issus de pur-sang, nous avons donné une grande place à la performance en obstacle. Mais il faut que la base de la race [les 25, 37,5 et 50 %, NDLR] reste forte et solide. Nous allons donc nous préoccuper de la voie mâle et femelle, en créant une commission élevage. »

 

L’élection du conseil d’administration du Syndicat des Éleveurs de Chevaux de Sang du Sud-Ouest

Cette assemblée générale fut également l’occasion d’élire les membres du conseil d’administration du Syndicat régional. Alain Chopard, Mathieu Daguzan-Garros,

Herve Dardenne, Patrick Davezac, Christophe Jouandou, Yan de Kersabiec, Louis Lafitte, Chantal Laval et Dominique de Saint-Palais ont été élus.

 

LES CHEVAUX RÉCOMPENSÉS LORS DE LA SOIRÉE DE GALA

Après avoir accueilli l’assemblée générale des éleveurs pendant l’après-midi, le hall de l’hippodrome de Pont-Long a été le théâtre de la soirée de Gala. Pendant cette soirée, les porte-drapeaux régionaux dans les différentes catégories du Galop ont été mis à l’honneur et leurs éleveurs récompensés.

 

Photo : Gailo Chop a gagné un Gr1 en Australie. Il est né en Gironde chez Alain Chopard.

 

LES GAGNANTS À L’ÉTRANGER

Les victoires à l’international de plusieurs chevaux nés dans le Sud-Ouest ont également été mises à l’honneur : Gailo Chop, Kitten Rock (Laverock), un élève de Jean-Michel Campos et du Gaec la Seguegne, Martalin (Martaline), élevé par l’Écurie Biraben, Kamelie (Martaline), un élève de Bernard Ducasse et Al Mourtajez (Dahess), issu de l’élevage d’Hassan Moussli. 

 

LA SOCIÉTÉ DES COURSES DE PAU MISE SUR LA COMMUNICATION

Jean Brouqueyre, le Directeur du Centre d’entraînement et de l’hippodrome de Pau, et son équipe ont entrepris d’importants efforts de communication. Le meeting hivernal a été très suivi par la presse régionale, en particulier par la République des Pyrénées. La page Facebook de la société des courses paloise est elle aussi très active, et régulièrement remise à jour, avec des photos et des textes. Avant le dimanche du Grand Prix, Pont-Long a déjà accueilli 26.926 spectateurs et une moyenne de 12,5 partants par épreuve. Le jour du Grand Prix a rassemblé 7.428 spectateurs.

Pour accéder à la page Facebook de l’hippodrome de Pau, cliquer ici :

 

Lien à insérer : https://www.facebook.com/Hippodrome-de-Pau-245185528941790/?fref=ts

 

Photo : La République des Pyrénées