Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Magalen bryant, la fidélité récompensée

Autres informations / 14.01.2016

Magalen bryant, la fidélité récompensée

LE MAGAZINE

 MAGALEN BRYANT, LA FIDÉLITÉ RÉCOMPENSÉE

 Magalen Bryant a connu une superbe année 2015 avec onze succès de Groupe, dont cinq de Gr1, sur les neuf que propose le programme français en obstacle. Cette réussite est le fruit d’un travail de longue haleine, au cours duquel la sélection des futures poulinières s’est faite par les courses. Mais aussi grâce à la fidélité, aux hommes comme aux chevaux… Focus sur six poulinières exploitées par Magalen Bryant, qui ont été à la base de cette grande année 2015 pour la propriétaire américaine.

 

• WESTONNE, LA MÈRE DE SO FRENCH ET DEVICE

Élevée par Benoît Gabeur, Westonne (Mansonnien) a été louée par Magalen Bryant. Elle a eu une belle carrière de compétitrice, remportant cinq courses, dont le Prix Fleuret (Gr3). « Nous exploitons toute la famille de Westonne, nous a dit David Powell, représentant de Magalen Bryant. Nous faisons cela car c’est Benoît Gabeur ! » Les quatre produits répertoriés de Westonne (comme sa sœur Fassination et son demi-frère Off by Heart) ont tous été loués par Magalen Bryant et défendent l’entraînement de Guillaume Macaire, qui a entraîné la mère. La pouliche Whetstone (Saint des Saints) est le dernier produit répertorié de Westonne : « Elle est au préentraînement chez Jean-Hugues de Chevigny », nous a appris David Powell. Westonne symbolise à elle seule cette politique d’élevage de Magalen Bryant. Une politique de fidélité à la jument de course devenue poulinière, à l’éleveur et à l’entraîneur.

 

• LATRAN, À L’ORIGINE DE LATERANO

Latran (Pistolet Bleu) a été acquise inédite chez Jacques Ortet, sur ses conseils, par Magalen Bryant, pour laquelle elle a gagné huit courses, notamment celle de ses débuts, et s’est classée deuxième des Prix Duc d’Anjou et Fleuret (Grs3). Jument de qualité, elle a été gardée pour la reproduction. Elle est à l’origine de Land Baron XX (Lando), La Garde Royale (Kapgarde) et surtout de Laterano (Saint des Saints), vainqueur des Prix Jean Stern (Gr2) et Duc d’Anjou (Gr3) et deuxième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). « Latran nous a donné une yearling par Saint des Saints et elle est de nouveau pleine de Saint des Saints, nous a appris David Powell. Licara d’Airy, une autre bonne pouliche entraînée par Jacques Ortet pour Magalen Bryant, a aussi très bien produit pour nous. »

 

• NATHALIE BLUE, LA MÈRE DU CRACK BLUE DRAGON XX

Achetée foal, à Saint-Cloud, à Pascale Ménard, Nathalie Blue (Épervier Bleu) a gagné trois courses, dont le Prix Géographie. En raison d’un coup de chaud survenu sur le trajet d’Auteuil avant le Prix Sagan (L), dont elle a tout de même fini quatrième, elle n’a pu faire la carrière qui était pressentie. Conservée au haras par Magalen Bryant, elle a donné Un Dragon Bleu (Enrique), invaincu en trois sorties et lauréat du Prix des Platanes à Auteuil. Victime d'un problème de bassin comme sa mère, Un Dragon Bleu n’a pu montrer tout son potentiel. Deuxième produit de Nathalie Blue, Another Dragon (Enrique) a lui aussi gagné. Puis le troisième produit de la jument a été le crack Blue Dragon XX (Califet), invaincu sur les obstacles et gagnant des Prix Alain du Breil et Renaud du Vivier (Grs1). « Elle est bientôt à terme d’Enrique et ira à la saillie de Dalakhani », nous a dit David Powell.

 

• STAR D’AVRIL, LA GÉNITRICE DU CHAMPION MILORD THOMAS

Élevée par la famille Michel, Star d’Avril (Phantom Breeze) a été louée par Magalen Bryant pour sa carrière en course. Elle s’est imposée à trois reprises, une fois à Auteuil et deux fois à Enghien. « Elle est la première pouliche que nous avons prise en location à la famille Michel, qui m'a énormément aidé lorsque je me suis installé. Nous amitié est de longue date. Star d’Avril a été la première gagnante de Dominique Bressou, qui avait monté de beaux gagnants pour madame Bryant. Son premier produit fut Milord Thomas… » Milord Thomas (Kapgarde) est devenu la star des steeple-chasers d’âge à Auteuil avec un Grand Steeple-Chase de Paris, deux Prix La Haye Jousselin et un Prix Maurice Gillois (Grs1) à son palmarès. Milord Thomas est entraîné par Dominique Bressou, comme l’était sa mère.

 

• MA ROYALE, LA MÈRE DE VIVIANE ROYALE

Élevée par le haras du Chenet, Ma Royale (Garde Royale) a été la meilleure femelle de sa promotion. Elle s’est notamment classée deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris et du Prix Alain du Breil (Grs1). Magalen Bryant a loué ou possédé presque tous les produits de Ma Royale à partir du deuxième, Viviane Royale (Poliglote), lauréate du Prix Bournosienne (Gr1). Marcel Rolland était l’entraîneur de Ma Royale, mais aussi de Viviane Royale, et il a également deux de ses frères sous sa houlette, Beau et Royal (Martaline) ainsi que Discret et Royal (Poliglote). Magalen Bryant reste fidèle à "ses" souches et aux hommes qui les ont exploités. C’est l’une des clés de sa grande réussite au plus haut niveau.

 

• KILDA, À L’ORIGINE DE KICK ON

Après avoir été exploitée par André Fabre, Kilda (Night Shift) a été achetée à réclamer par Magalen Bryant. Entraînée par Tony Clout, elle a notamment gagné le Prix Samour à Auteuil. Son premier produit a été Kick On (Poliglote), vainqueur de l’Anjou-Loire Challenge (L). « Elle est actuellement pleine de Martaline et va retourner à Poliglote », nous a appris David Powell. Magalen Bryant a toujours élevé. Elle a notamment élevé Noblequest [Prix de la Salamandre, deuxième du Prix Robert Papin, troisième du Prix Morny (Grs1), ndlr], Pennekamp [Prix de la Salamandre, Dewhurst Stakes et 2.000 Guinées (Grs1)] et d’autres très bons chevaux. Lorsqu’elle a exploité les juments en course et qu’elles se sont révélées bonnes, elle les a gardées pour l’élevage. C’est la suite logique et la continuité car elle a toujours travaillé sur le long terme. »