Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Olivier delloye succède à thierry delègue a la tête de france galop

Autres informations / 12.01.2016

Olivier delloye succède à thierry delègue a la tête de france galop

OLIVIER DELLOYE SUCCÈDE À THIERRY DELÈGUE A LA TÊTE DE FRANCE GALOP

 L’année 2016 commence sur un rythme élevé pour Édouard de Rothschild et son équipe : France Galop et Thierry Delègue se séparent ; Olivier Delloye, actuel directeur d’Arqana, lui succède. Il prendra ses fonctions en février et sera accompagné dans sa nouvelle mission par Thierry Delègue jusqu’au Comité du 21 mars 2016.

Diplômé d’HEC, Olivier Delloye a œuvré dans des postes de direction, essentiellement marketing et communication, au sein des groupes Pinault-Printemps-Redoute et Procter&Gamble, avant de prendre la direction générale d’Arqana en 2006.

« Trois dimensions m’ont intéressé dans son profil, nous a confié le président de France Galop. Olivier Delloye a fait ses preuves au sein de l’Entreprise, dans l’ère de la révolution numérique ; c’est un développeur ; et enfin, c’est un fin connaisseur et un vrai amoureux des courses et de l’élevage. »

Une fois sa nomination approuvée par le Conseil d’administration de France Galop, Olivier Delloyer nous a déclaré : « Je suis particulièrement heureux de rejoindre les équipes de France Galop et de pouvoir œuvrer, dans mes nouvelles fonctions, au développement des courses françaises. Les défis sont nombreux mais nos atouts ne manquent pas ; j’aborde donc cette mission avec beaucoup de confiance et d’enthousiasme. J’y mettrai autant de passion et d’énergie que lors des dix années passées chez Arqana que je quitte avec tristesse, bien sûr, mais en ayant le sentiment que l’entreprise est parfaitement armée pour poursuivre son  propre développement dans les années qui viennent. »

Olivier Delloye n’est pas tout à fait novice en matière institutionnelle ; il a en effet déjà eu l’occasion de s’intéresser de près à ces sujets dans le cadre de l’Association Génération Galop, qui fut le principal générateur d’idées de ces dernières années au sein du galop français.

 

Arqana, Génération Galop, France Galop

Enfin, on attendait la réaction d’Éric Hoyeau, le président d’Arqana. C’est lui qui, en 2006, avait recruté Olivier Delloye à la tête de l’agence de ventes : « La nomination d’Olivier à la tête de France Galop est une formidable nouvelle pour le galop français. Il présente toutes les qualités nécessaires pour orchestrer le plan de modernisation et de reconquête annoncé par Édouard de Rothschild lors de son élection. Mon souhait le plus cher est que l’Institution, consciente de l’opportunité qui lui est offerte, lui accorde les moyens nécessaires, et que les professionnels se réunissent autour du projet d’avenir qui leur sera proposé. Ce choix est également un signe fort de reconnaissance du “modèle Arqana” tel qu’il s’est affirmé depuis la fusion entre l’Agence Française et Goffs France il y a dix ans. Il se caractérise par un état d’esprit ouvert, positif, résolument tourné vers l’avenir et l’international ; des fondamentaux sains et fermement établis, transcendés par une quête permanente d’innovation ; une qualité de service que nous cherchons sans cesse à améliorer au bénéfice de nos clients ; enfin une aspiration à l’excellence, concrétisée grâce à l’apport des moyens et compétences nécessaires. Je suis donc ravi que France Galop exprime, à travers le choix d’Olivier pour mener le plan de réformes dont la filière a tant besoin, sa volonté de nous emboîter le pas sur la voie de l’innovation et du service. Au nom de l’ensemble des équipes, je tiens à remercier Olivier pour tout ce qu’il a accompli au cours de ses dix années chez Arqana. Cette nouvelle décennie qui s’amorce promet d’être aussi excitante que la précédente, et sera placée sous le signe de la continuité…dans le renouvellement.

En outre, Arqana comme l’ensemble des éleveurs français bénéficieront grandement de l’énergie impulsée par la nouvelle équipe à la tête de France Galop. »

 

[Encadré]

LE POINT SUR LA MIRE

Le dossier de la télévision était aussi au programme du Conseil d’administration. France Galop a choisi de prendre son temps (n’étant pas sous pression contrairement aux trotteurs qui devaient préserver le Prix d’Amérique). Et aujourd’hui, la société-mère note un vrai intérêt de la part de deux grands groupes de télévision. « Deux, c’est mieux qu’un » se dira-t-on… Et cela montre que les courses peuvent intéresser.

Par ailleurs, Édouard de Rothschild a réexaminé et approuvé le budget 2016, organisé autour de la réduction du déficit 2015 et de la recherche de nouveaux axes de développement pour relancer l’activité.

Jean-Christophe Giletta, directeur de la communication, du marketing et du développement, a présenté l’activité de son département et les perspectives 2016. L’évolution vers le numérique et le modèle d’exploitation du futur Longchamp sont au centre des projets.

 

UN WEEK-END DE PRESTIGE À DEAUVILLE

Enfin, les diverses modifications apportées au programme des courses de galop pour le 1er semestre 2016 ont été étudiées ; le transfert des courses de Longchamp a permis en particulier l’organisation d’un prestigieux week-end à Deauville à la Pentecôte. Celui-ci rassemblera trois courses de Groupe 1 : la Poule d’Essai des Poulains, la Poule d’Essai des Pouliches et le Prix Saint-Alary, auxquels il convient d’ajouter le Prix Hocquart et le Prix de Saint-Georges. La promotion en Groupe 3 du Prix Bernard de Tarragon, ainsi que le déclassement de deux Listed Races n’ayant plus le rating requis ont également été expliqués.