Amérique du nord : les naissances pour la première fois stables depuis 2005

Autres informations / 27.02.2016

Amérique du nord : les naissances pour la première fois stables depuis 2005

INTERNATIONAL

AMÉRIQUE DU NORD : LES NAISSANCES POUR LA PREMIÈRE FOIS STABLES DEPUIS 2005

Le Jockey Club a publié les différentes statistiques de l’année 2015 en Amérique du Nord : naissances, ventes, étalons… Cela comprend trois pays : États-Unis, Canada et Porto Rico. Il y a plusieurs enseignements intéressants.

Naissances : de la stabilité

Selon les dernières estimations, le nombre de naissance 2015 est similaire à celui du nombre de naissance 2014. C’est la première fois depuis 2005 que ce nombre n’est pas à la baisse. En tout, il y aurait eu 20.300 naissances environ cette année, dont 20.300 aux États-Unis, 1.400 au Canada et 300 à Porto Rico. On est encore très loin du nombre de naissances enregistrées en 1990 : 44.143, où elles étaient déjà à la baisse. Comparé à 2005, le nombre de naissance a baissé de 42,56 % en l’espace de onze ans. 

Ventes : un prix moyen en hausse, un prix médian en baisse

Dans l’ensemble, les statistiques autour des ventes sont plutôt bonnes. Concernant celles de yearlings, on enregistre une hausse du chiffre d’affaire malgré un nombre de yearlings vendus en baisse, en corrélation avec les évolutions de naissances. Sur les ventes de yearlings, l’embellie constatée depuis 2011 s’est donc poursuivie en 2015, à un détail près. On assiste en effet à une baisse du prix médian (- 9,8 %). Cela est assez significatif de ce que nous avons pu constater aux ventes aux États-Unis l’année dernière, mais aussi en Europe : un haut du marché très puissant, mais un bas du marché plus en difficulté.

Sur l’ensemble des autres ventes, les chiffres sont presque tous positifs, du moins en ce qui concerne le prix moyen (le prix médian n’a pas été communiqué). Pour les foals, le prix moyen enregistre une hausse de 17,3 %, et une hausse de 11,9 % pour les 2ans. Il faut cependant noter un marché des juments et poulinières plus compliqué, avec un prix moyen en baisse de 12,4 %.

Courses : le nombre de partants par course en légère hausse

En moyenne, les courses américaines et canadiennes rassemblent 7,82 partants par course. Un chiffre en légère hausse par rapport à 2014 (7,69), année qui enregistrait un record en termes de plus petit nombre moyen de partants par course. Les chiffres remontent jusqu’à 1950, année la plus forte, avec une moyenne partants par course de 9,07. Il y a eu moins de partants en 2015 qu’en 2014, mais aussi moins de courses, ce qui permet à la moyenne de partants par course de progresser légèrement. Les allocations sont, elles, en légère baisse (- 2 %).

L’autre statistique intéressante est celle du nombre moyen de courses par cheval. Il est en baisse quasi constante depuis 1950 (10,91), s’établissant en 2015 par 6,18. La moyenne la plus basse avait été enregistrée en 2010 (6,11). En comparaison, en France, en 2014, la moyenne de courses par cheval s’établissait à 5,25. Il est tout de même intéressant de noter que la moyenne de courses courues par cheval chute particulièrement à la fin des années 70 et surtout dès les années 80. Il y a certainement plein de raisons pour expliquer ce phénomène et on peut se demander si la démocratisation de l’utilisation de la médication dans les années 80 n’a pas jouer un petit rôle.

 

Insérer tableau 1 

Légende : Average starts = moyenne courses/cheval

Field size = moyenne partants/course

 

Paris : en hausse aux États-Unis

Les paris hippiques enregistrent une hausse de 1,2 % aux États-Unis en 2015. En tout, 10.675.000.000 dollars ont été joués, dont 1.122.000.000 sur les hippodromes et 9.553.000.000 hors hippodrome. Concernant les paris sur hippodrome, ce sont les plus bas enregistrés depuis que le référencement existe, en 1996. Sur la moyenne, on est encore loin du record enregistré en 2003, avec un total de 15.180.000.000 dollars (- 29,67 % depuis 2013).