Les trotteurs iront-ils un jour plus vite que les galopeurs ?

Autres informations / 11.02.2016

Les trotteurs iront-ils un jour plus vite que les galopeurs ?

Tribune libre

LES TROTTEURS IRONT-ILS UN JOUR PLUS VITE QUE LES GALOPEURS ?

« Dans JDG du 8 février dernier, Bruno Barbereau se posait la question. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est déjà le cas. Depuis fin décembre 2015, la Secf propose sur son nouveau site le replay gratuit de toutes les courses au trot, à la fois pour les socioprofessionnels et pour le public. Ce n’est que mi-janvier 2016 que France Galop annonçait à son tour la gratuité des vidéos des courses, mais uniquement pour les socioprofessionnels… enfin seulement pour les personnes agréées disposant d’un compte chez France Galop. A priori pas pour les associés des écuries de groupe. Pourtant, cette nouvelle forme de propriétariat est en expansion, unissant des personnes qui vivent ensemble la même passion et développent leurs écuries. La maison-mère doit leur ouvrir toutes ses portes. Celle de sa vidéothèque d’abord, celles de ses hippodromes ensuite.

A priori cette gratuité ne concerne pas non plus le grand public. Au sein du Syndicat des propriétaires, je suis le représentant et porte-parole des turfistes. À la base de cette mission, le constat, partagé avec son président, Patrick Fellous, d’une absence de liaison entre, d’un côté, France Galop et le PMU, et les problématiques et aspirations des turfistes de l’autre. Principaux acteurs du financement de la filière, ces derniers doivent pouvoir s’informer pour entretenir leur passion et enrichir leur expérience. Au même titre que pour les professionnels, le visionnage des courses est pour eux un "outil de travail". Dans le décret n° 2015-338 du 25 mars 2015 relatif aux sociétés de courses de chevaux et au pari mutuel, il est indiqué dans les missions de ces sociétés qu’elles « assurent la production, la collecte, la conservation et la diffusion, selon les modalités qu'elles déterminent, des données et des images relatives aux réunions de courses de leur spécialité. »

L’utilisation par la Secf de cet alinéa pour ouvrir au public sa vidéothèque n’est pas anodine. Non seulement elle augmente la fidélité de ses supporters, mais en attire peut-être d’ailleurs. Le rééquilibrage doit se faire très rapidement. Ce qui a été possible, somme toute assez facilement, pour une maison-mère, doit pouvoir l’être tout aussi facilement pour l’autre. Le Syndicat des propriétaires s’est félicité de la rapidité et de l’efficience des premières actions de la nouvelle gouvernance de France Galop, comme la nomination d’un nouveau directeur général ou l’accord avec une agence internationale de marketing. Ceci nous laisse espérer que le dossier des vidéos des courses ne restera pas arrêté à mi-chemin, mais poursuivra rapidement sa route jusqu’à son terme : la gratuité pour le public, donc pour les turfistes. »

Alain Kuntzmann

représentant des turfistes au Syndicat des propriétaires