Lionel prive bold eagle de la "triple couronne

Autres informations / 29.02.2016

Lionel prive bold eagle de la "triple couronne

ACA

LIONEL PRIVE BOLD EAGLE DE LA "TRIPLE COURONNE"

Bold Eagle (Ready Cash) partait couru dans le Grand Prix de Paris (Gr1), marathon de 4.150m et dernière manche de la toute jeune Triple couronne de Vincennes. Le champion de Pierre Pilarski tentait de devenir le premier cheval à remporter ce challenge et d’être le premier cheval à réaliser le triplé "Amérique-France-Paris" depuis Bellino II. Ses supporters y auront cru, jusqu’aux cent derniers mètres… Bold Eagle a en effet dû s’incliner devant Lionel (Look de Star). Le Scandinave entraîné par Fabrice Souloy s’impose et, à la victoire, il y ajoute la manière.

Lionel a en effet eu l’un des parcours les plus désastreux possible, constamment en deuxième épaisseur, le nez au vent. Timoko (Imoko), le mieux parti, s’est placé aux commandes. Bold Eagle s’est un temps retrouvé lui aussi en deuxième épaisseur et le nez au vent, avant que Lionel ne se place devant lui. Björn Goop n’a pas laissé Lionel prendre les commandes, préférant laisser passer Bird Parker (Ready Cash). Après un premier tour plutôt cadenassé, comme souvent sur cette distance, Bird Parker a lancé la course au second tour, accélérant en progression. Dans le dernier tournant, Franck Nivard a décalé Bold Eagle et l’a lancé, craignant de se retrouver derrière un Lionel sur ses fins. Bold Eagle a montré sa fameuse accélération, contournant ses adversaires. Mais Örjan Kihlström, driver de Lionel, a pris le sillage de Bold Eagle, le filant avant de le lancer. Après une belle lutte, Bold Eagle s’avoue vaincu. Tagada Tagada (Meaulnes du Corta) créé une petite surprise en venant prendre la troisième place à Bird Parker. Quant à Timoko, il n’a pas été menaçant pour le succès, concluant cinquième, payant certainement ses durs combats de l’hiver.

Après la course, Sébastien Guarato et Pierre Pilarski ne cherchaient pas d’excuses, avouant être battus par plus fort aujourd’hui. L’entraîneur a tout de même estimé que les 350 grammes aux antérieurs de Bold Eagle avaient pu jouer un rôle, tout comme le fait que le cheval ait entamé la saison de monte. Cela n’enlève rien au succès de Lionel, un très bon cheval que Franck Nivard avait avoué craindre en début de meeting. Le pilote de Bold Eagle avait drivé Lionel lors de quasiment toutes ses sorties depuis son arrivée en France, en janvier 2015 jusqu’au Prix Ténor de Baune 2015 (Gr2). Il en connaissait la classe. Lionel arrivait avec plus de fraîcheur sur ce Grand Prix de Paris que Bold Eagle. Parti au galop dans le Prix d’Amérique Opodo, il s’était mis à la faute dans le Grand Prix de France après avoir été gêné. Nommé en l’honneur de Lionel Messi, il n’a, cette fois, pas manqué le cadre.