Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

On s’incline tous devant bold eagle

Autres informations / 01.02.2016

On s’incline tous devant bold eagle

ON S’INCLINE TOUS DEVANT BOLD EAGLE

Un trotteur à la Une de Jour de Galop ? Oui, mais quel trotteur ! Immense favori du Prix d’Amérique Opodo, Bold Eagle (Ready Cash) a offert un magnifique moment de sport à tous les amoureux des courses. Le 5ans portant les couleurs de Pierre Pilarski s’est imposé à la manière des forts, prenant la tête tôt pour ne jamais la lâcher. À son sulky, Franck Nivard a su gérer le cheval, tendu quelques minutes avant le départ, et Sébastien Guarato, son entraîneur, a honoré la mémoire de son père, disparu mercredi dernier, en remportant son premier Prix d’Amérique. Ce succès n’a pas laissé indifférents les professionnels du galop, dont certains s’étaient même déplacés à Vincennes. Voici les réactions de ces hommes de chevaux, séduits par le champion.

 

Alain de Royer Dupré, qui a assisté au Prix d’Amérique Opodo à Vincennes

« Bold Eagle a dominé la question. Il a employé la tactique des forts, en venant tôt en tête de course. Ce fut un spectacle magnifique ! Le fait que ce soit un cheval de 5ans qui gagne montre aussi l’évolution de la race trotteur. Les chevaux courent plus tôt, et ont une accélération plus acérée. J’ai l’habitude d’aller à Vincennes pour voir le Prix d’Amérique tous les ans. Je pense que le galop et le trot gagneraient à se rapprocher. Nos méthodes de travail sont assez différentes, mais on peut toujours apprendre en regardant comment font les autres… »

 

Marcel Rolland

« Je n’ai pas pu me rendre à Vincennes cette année, mais j’ai suivi la course devant mon écran de télévision. Ce fut une course superbe, et il faut vraiment saluer le travail des hommes derrière Bold Eagle, qui n’a pas l’air d’être un cheval de tout repos. Il a mis le doute lors des heats qui n’étaient pas parfaits, et au départ, le cheval était tendu. Franck Nivard doit le connaître parfaitement. Il bat le record de l’épreuve, tous les favoris sont à l’arrivée : vraiment, c’était un très beau spectacle ! Bold Eagle était archi-favori, et Sébastien Guarato a dû avoir beaucoup de pression dans la semaine précédant la course. Il a néanmoins répondu aux nombreuses sollicitations des medias ; c’est bien pour l’image des courses. Le cheval n’a que 5ans, et sans problème physique, il peut en gagner d’autres, Prix d’Amérique, et ainsi rejoindre dans l’histoire des chevaux comme Bellino ou même Ourasi, le seul à avoir gagné quatre fois la course. Dans son modèle, il ressemble à un pur-sang, et il est peu enrêné. C’est encore plus beau à voir ! Des spectacles comme celui-ci, on ne redemande ! »

 

Guy Cherel

« Je ne loupe aucun Prix d’Amérique, même si je suis rarement sur place pour assister à la course. J’ai beaucoup d’amis dans le trot ; j’aime l’ambiance qui règne dans ce milieu. J’ai bien sûr regardé la course. Bold Eagle m’a surtout fait peur au départ. On avait le sentiment que le cheval pouvait faire une bêtise. C’est un crack, c’est certain, mais Franck Nivard est un magicien ! Il connaît très bien son cheval et il est parvenu à gérer cela. En course, il n’a rien demandé à personne. Le cheval a montré toute sa classe. Il a eu le contrôle tout au long de la course, comme un cheval vraiment au-dessus des autres. Il n’a pas l’air d’avoir une grosse carrosserie, mais il a un sacré moteur ! Je suis content pour son éleveur, Jean-Étienne Dubois, et pour sa famille en général, avec qui je suis très lié. C’est vrai que nous, professionnels de l’obstacle, sommes assez proches des gens du trot. Dans les deux disciplines, il y a un gros travail de mise au point. Trotter à une telle vitesse, ce n’est pas naturel, de la même façon que sauter très vite n’est pas donné à tout le monde non plus ! Il faut beaucoup de réglages le matin. »

 

Didier Prod’homme, présent à Vincennes

« Je suis venu de Cagnes voir ce Prix d’Amérique et je suis ravi pour l’entourage de Bold Eagle, d’autant plus que Thomas Bernereau, le courtier qui a réalisé la transaction du cheval, a des clients qui ont des chevaux à l’écurie. Et puis j’ai une poulinière, en association avec monsieur Giraudon, qui est pleine de Bold Eagle ! Le cheval a été impressionnant. Il est toujours très calme, imperturbable, et c’est un vrai champion. J’ai toujours fréquenté le monde du trot. Mon père était ami avec Jean-René Gougeon, et j’ai quelques trotteurs à l’entraînement, en association. Les courses à haut niveau, quelle que soit la discipline, c’est toujours magnifique ! »

 

Jean-Claude Rouget

« J’ai regardé la course sur BFM TV, et j’ai beaucoup aimé leur retransmission. Ils ont vraiment fait du bon boulot. Quant à la course, eh bien on peut dire qu’il n’y en a pas eu ! Bold Eagle était tellement au-dessus… C’est un champion, avec une classe extraordinaire. Timoko, qui est un super cheval, n’a jamais pu l’accrocher. Il n’a que 5ans, et il peut en gagner d’autres… Son père, Ready Cash, lui a sûrement donné sa vitesse et sa précocité. Le Prix d’Amérique reste une course mythique, qui offre des grands moments de sport et qui sacre des champions. »