Bonito du berlais se permet même quelques facéties

Autres informations / 14.03.2016

Bonito du berlais se permet même quelques facéties

AUTEUIL, DIMANCHE

PRIX COUSIN PONS

Bonito du Berlais se permet même quelques facéties

Le Prix Cousin Pons, steeple-chase réservé aux seuls 5ans, était le cadre des débuts en steeple de Bonito du Berlais (Trempolino), le lauréat du Prix Cambacérès (Gr1) 2014, avant de buter à 4ans face à Blue Dragon (Califet), notamment dans le Prix Renaud du Vivier-Grande Course de Haies des 4ans (Gr1), sa dernière sortie. Bonito du Berlais a rempli sa mission en s’imposant nettement, par huit longueurs devant Poliboy (Policy Maker), toujours vu en deuxième position.

Bonito du Berlais a contrôlé la course d’un bout à l’autre, mais en sautant fort, notamment le bull-finch qu’il n’a pas traversé. Il a aussi failli faire une blague à la rivière des tribunes, manquant de passer à droite de cette difficulté, comme s’il allait prendre la piste de haies qu’il connaît si bien. Il est parti de très loin sur cet obstacle, comme sur la rivière du huit. Malgré toute cette débauche d’énergie, Bonito du Berlais était une classe au dessus de ses adversaires. Présent à Auteuil pour voir son champion, James-Douglas Gordon nous a indiqué : « Ce sont des débuts convaincants sur le steeple ! » Bertrand Le Métayer, qui manage les intérêts du propriétaire anglais, a ajouté : « Il a sauté fort sur pas mal d’obstacles, et a bien failli prendre la piste de haies au lieu d’aller sur la rivière des tribunes, comme il en a l’habitude. Logiquement, il a un peu payé ses efforts, même s’il gagne facilement. Concernant son programme, rien n’est arrêté, et il est possible qu’il revienne en haies. Le but ultime est d’en faire un cheval de "Grand Steeple" en 2017. »

 

Le frère de Nikita du Berlais. Bonito du Berlais n’est autre que le frère de la championne Nikita du Berlais (Poliglote). Tous deux ont été élevés par Jean-Marc Lucas, au haras du Berlais. Ce sont des produits de Chica du Berlais (Cadoudal), une jument entraînée par Jean-Paul Gallorini, qui n’a couru qu’une seule fois en obstacle, pour une cinquième place à Auteuil. Elle est la mère de cinq produits référencés, dont Bonita du Berlais (King’s Theatre), le premier, qui était l’une des meilleures pouliches de sa promotion à 3ans, remportant consécutivement les Prix Georges Pelat et de Chambly (Ls) et se classant quatrième du Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2). "Bonita" est aussi à l’origine de Carlita du Berlais (Soldier of Fortune), lauréate du Prix Sagan (L) l’an dernier, et de Morito du Berlais (Turgeon), exporté outre-Manche et gagnant de trois courses.

La deuxième mère, Chica Bonita (Badayoun), est à l’origine des bons Enzo du Berlais (Mansonnien) et Karoo du Berlais (Indian River), tous deux lauréats de Listed à Auteuil.